Régime paléo: Perte de poids, ce régime est-il bon pour tout?

Le régime paléo est de plus en plus à la mode. Perte de poids, hypertension, cholestérol, peut-il vraiment faire des merveilles?

La promotion de certains modèles alimentaires comme moyen d’améliorer la santé globale est très courante. Ces dernières années, un modèle d’alimentation appelé le régime paléolithique
également connu sous le nom de régime paléo, a pris d’assaut le monde de la santé et du bien-être.

Malgré la popularité du régime paléo, de nombreux chercheurs et professionnels de la santé soutiennent qu’il ne s’agit pas nécessairement du meilleur régime pour la santé globale. En fait, certains pensent qu’il peut être nocif. Voici ce que la recherche sur le régime paléo dit afin de découvrir ses avantages potentiels pour la santé.

Qu’est-ce qu’un régime paléo ?

Le régime paléo, également appelé régime de l’âge de pierre ou régime de l’homme des cavernes, est un mode d’alimentation qui vise à reproduire la façon dont les chasseurs-cueilleurs se nourrissaient il y a des milliers d’années. Les personnes qui suivent un régime paléo mangent de grandes quantités de viande, de fruits, de légumes, de noix et de graines, mais limitent les légumineuses, les produits laitiers et les céréales.

Les aliments et les boissons qu’une personne suivant un régime paléo consommera fréquemment sont les suivants :

– de la viande, en privilégiant la viande de gibier ou d’animaux nourris à l’herbe
– le poisson
– les œufs
– l’eau
– tisane
– fruits
– herbes et épices
– noix
– graines
– huiles saines, comme l’huile de noix ou d’olive.

Les aliments qu’une personne suivant un régime paléo évitera souvent sont les suivants :

– les produits laitiers
– le sucre raffiné
– le sel
– les légumineuses, qui comprennent les haricots, les cacahuètes et les pois
– les ingrédients artificiels
– les aliments transformés
– les boissons gazeuses
– les céréales, notamment le riz, le blé et l’avoine
– les pommes de terre

L’une des idées fausses les plus répandues sur le régime paléo est que nos ancêtres survivaient principalement grâce à un régime à base de viande. Au fur et à mesure que nous en apprenons davantage sur l’ère paléolithique, nous découvrons que les personnes qui vivaient à cette époque avaient un régime à base de plantes, avec seulement 3 % de viande, selon les estimations.

Quels sont les avantages présumés du régime paléo ?

Les partisans du régime paléo estiment que le passage d’un régime de type chasseur-cueilleur à un régime agricole a augmenté la prévalence mondiale des maladies chroniques, notamment les maladies cardiaques, l’obésité et le diabète. Ils estiment que le corps humain n’est pas génétiquement équipé pour consommer les aliments modernes introduits par les pratiques agricoles. Par conséquent, ils pensent que notre santé globale s’améliorera en suivant un régime similaire à celui de nos ancêtres.

Les avantages revendiqués d’un régime paléo sont les suivants

– amélioration du taux de cholestérol
– réduction de la pression artérielle
– un meilleur contrôle de la glycémie
– réduction du tour de taille et perte de poids
– amélioration de la satiété
– amélioration de la santé intestinale
– réduction de la mortalité toutes causes confondues.

Passer d’un régime occidental riche en aliments transformés et riches en sodium à un régime paléo permet d’inclure davantage de fruits et de légumes frais, ce qui peut sans aucun doute être bénéfique pour la santé globale. De nombreuses personnes signalent également des améliorations en matière d’inflammation, de concentration et de sommeil. Elles font également état d’une perte de poids, probablement due au fait qu’elles mangent plus d’aliments complets tout en supprimant les principaux groupes d’aliments.
Bien que le régime paléo ait le potentiel d’être sain, est-il nécessaire de restreindre les céréales, les légumineuses et les produits laitiers pour en tirer des bénéfices ?
Voyons comment le régime paléo se positionne sur le plan scientifique.

Que dit la science à propos de ces allégations ?

Plusieurs avancées dans le domaine de la science et de la recherche nous ont permis d’explorer plus avant les avantages potentiels du régime paléo afin de déterminer s’il doit devenir un régime que les professionnels de la santé recommandent systématiquement.
Une revue de 2015 a examiné quatre essais contrôlés randomisés avec 159 participants qui présentaient une ou plusieurs des cinq composantes du syndrome métabolique.
Les chercheurs ont constaté que l’alimentation paléolithique entraînait des améliorations plus significatives à court terme dans les domaines suivants par rapport au régime de contrôle :

– tour de taille
– taux de triglycérides
– la pression artérielle
– taux de lipoprotéines de haute densité (HDL), ou « bon » cholestérol
– glycémie à jeun

Une étude publiée dans le Nutrition Journal a évalué plusieurs essais contrôlés randomisés afin d’établir une relation entre le régime paléolithique et la prévention et le contrôle des maladies chroniques et des mesures anthropométriques. L’étude a révélé une perte de poids moyenne de 3,52 kilogrammes, ainsi qu’une diminution du tour de taille et de l’indice de masse corporelle (IMC) chez les personnes suivant un régime paléolithique par rapport à celles suivant d’autres régimes communément recommandés. Les chercheurs à l’origine de cette étude suggèrent que suivre un régime paléo peut réduire le risque de maladies chroniques, car l’excès de poids est l’un des principaux facteurs de risque pour leur développement.

Le régime paléo est-il meilleur que les autres régimes ?

Une étude publiée dans le Journal of Nutrition visait à étudier les associations entre le régime paléolithique et le régime méditerranéen et la mortalité toutes causes confondues et par cause. L’étude a révélé que les personnes qui suivaient un régime paléo ou méditerranéen présentaient une réduction de la mortalité toutes causes confondues, une diminution du stress oxydatif et une baisse de la mortalité due aux maladies cardiaques et au cancer.

Une méta-analyse de 2020 a examiné quatre études pour comparer le régime paléo avec le régime méditerranéen, le régime pour diabétiques et un autre régime recommandé par le Conseil néerlandais de la santé. Les chercheurs ont examiné les effets de ces régimes sur l’homéostasie du glucose et de l’insuline chez des personnes dont le métabolisme du glucose est altéré. Ils ont constaté que les personnes qui suivaient le régime paléo ne présentaient aucune amélioration significative de la glycémie à jeun, des taux d’insuline ou des taux d’HbA1c par rapport à celles qui suivaient les autres types de régime. Les auteurs de l’étude concluent que le régime paléo n’est pas supérieur aux autres régimes nutritifs chez les personnes dont le métabolisme du glucose est altéré.

En outre, une étude publiée dans la revue Nutrition en janvier 2020 a examiné l’efficacité de différents régimes, dont le régime paléo et le jeûne intermittent. Ses auteurs ont constaté qu’il n’existe pas, à ce jour, de régime spécifique capable de favoriser efficacement la perte de poids chez tous les individus. Ils ont conclu que le meilleur régime pour la perte de poids consiste en un bilan énergétique négatif tout en se concentrant sur la qualité des aliments.

Les risques de suivre un régime paléo

L’élimination de certains groupes d’aliments peut améliorer certains marqueurs de santé et entraîner une perte de poids, mais elle peut également entraîner des carences en nutriments et augmenter le risque de conséquences sanitaires à long terme. Par exemple, un régime paléo restreint les produits laitiers, qui sont riches en calcium et en vitamine D, deux nutriments essentiels à la santé des os. Une carence en ces nutriments peut conduire à…
l’ostéoporose et des fractures osseuses.

Ce régime exclut également les haricots et les légumineuses. Les haricots sont une excellente source de minéraux, de fibres et de protéines végétales. Ils peuvent également contribuer à réduire le cholestérol et à favoriser la satiété.

De plus, de nombreuses personnes qui suivent un régime paléo affirment que celui-ci favorise la santé intestinale, mais de nouvelles recherches affirment le contraire.
Certaines études suggèrent que les personnes qui suivent un régime paléo ont un microbiote intestinal différent et des niveaux plus élevés de N-oxyde de triméthylamine (TMAO), un composé lié aux maladies cardiovasculaires. Ces recherches renforcent les recommandations diététiques actuelles qui préconisent de consommer des aliments riches en fibres et en céréales complètes pour préserver la fonction cardiovasculaire et la santé intestinale.

Les personnes qui adoptent une approche moderne du régime paléo s’en servent souvent comme d’une excuse pour manger trop de viande. Manger quotidiennement plus que les portions recommandées de viande, en particulier de viande rouge, peut entraîner des maladies chroniques. Un apport excessif en protéines, quelle que soit la source animale, augmente la production par l’organisme du facteur de croissance analogue à l’insuline 1 (IGF-1). Des niveaux élevés d’IGF-1 et un apport élevé en protéines alimentaires peuvent entraîner un risque accru de cancer, de diabète et de mortalité générale.

À moins qu’une personne ne souffre d’un problème de santé qui l’oblige à restreindre un groupe alimentaire spécifique, il n’existe aucune preuve scientifique montrant que le régime paléo est supérieur à d’autres régimes bien connus, comme le régime méditerranéen.

Les régimes riches en fruits, en légumes, en protéines maigres et en céréales complètes permettent une plus grande variété, sont plus durables et leurs effets bénéfiques sur la santé sont scientifiquement prouvés.
Il est possible d’absorber tous les nutriments nécessaires à partir des aliments autorisés dans le cadre du régime paléo, mais cela peut être difficile. Par exemple, les personnes devront s’efforcer d’obtenir du calcium à partir de sources non laitières, comme les légumes à feuilles vert foncé.

Sources

Paleolithic Diet

Paleolithic nutrition for metabolic syndrome: systematic review and meta-analysis

Influence of Paleolithic diet on anthropometric markers in chronic diseases: systematic review and meta-analysis

The Effect of the Paleolithic Diet vs. Healthy Diets on Glucose and Insulin Homeostasis: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials

Scientific evidence of diets for weight loss: Different macronutrient composition, intermittent fasting, and popular diets

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -