Le régime flexitarien : qu’est-ce que le flexitarisme ?

régime flexitarien

09Le journaliste américain Mark Bittman a dénoncé la consommation excessive de viande dans les années 1990. Il a soutenu son point de vue par la production de nombreux ouvrages sur le sujet. Il a ainsi inspiré la tendance flexitarienne. Le régime flexitarien est alors adopté aux États-Unis pour se propager à travers le monde.

Concepts de base du régime flexitarien

Malgré une certaine similitude avec le végétarisme, le régime flexitarien s’en distingue par la présence de viande.Il insiste plutôt sur la qualité de l’alimentation.

  • Une alimentation sans exclusion

Ce mode alimentaire ne présente pas d’exigence particulière. Il ne s’agit pas d’une règle diététique stricte. La perte de poids ne figure pas parmi ses objectifs. Il vise une évolution qualitative et moins quantitative de l’alimentation.

  • Une réduction des protéines animales

On attribue à ce régime le nom de semi-végétarisme. Cela vient du fait de la diminution de la quantité de viande et de poissons. Les adeptes ont droit à une ou deux portions hebdomadaires de viande. Ils consomment la même dose de poisson. Le concept préconise par contre une augmentation de la consommation quotidienne de fruits et légumes.

  • Consommer bio

En termes de qualité nutritive, les aliments issus de la production intensive présentent un indice assez bas. Ils affichent souvent un mauvais rapport oméga 3 — oméga 6. Le régime flexitarien oriente ainsi les consommateurs vers les viandes de boucherie plutôt que celles des supermarchés. Il encourage l’achat des fruits et légumes naturels de saison. Il déconseille ainsi ceux qui se retrouvent en permanence sur le marché. Ceux-ci proviennent des productions fermières industrielles. Il bannit de même toute forme d’aliments transformés.

  • Contre-indications

La limitation de la consommation de protéines animales peut induire certaines carences. Cela peut concerner le taux sanguin de vitamine B 12, de zinc ou de fer ainsi que les acides aminés essentiels. Bien qu’autorisé à toutes les personnes, le régime flexitarien peut se trouver contre-indiqué pour certaines catégories. La croissance des nouveau-nés et des enfants nécessite un apport important de protéines. De même, les femmes enceintes et les convalescents doivent en consommer pour assurer leur récupération.

Bienfaits du flexitarisme

La réduction de la consommation de viande diminue les risques de troubles digestifs. Le régime préserve notamment du cancer du côlon. Il bannit aussi les excès de gras passibles d’engendrer les troubles circulatoires et cardiaques.

L’adoption du flexitarisme peut constituer une étape transitoire vers le végétarisme.

Les inconvénients

L’inconvénient majeur de ce type de régime relève de l’organisation. Le mode de vie en général sera chamboulé : faire les courses, organiser et préparer les plats et les conserver. Mais il suffit de s’y habituer, vous pourrez même apprécier l’économie que vous faites. Pour rappel, la recommandation est de consommer locale. Au début, ce sera difficile de se familiariser avec ces nouvelles pratiques, qui demandent temps et patience, et même de l’investissement au niveau financier. Mais à long terme, le résultat est rapidement palpable.