Le régime à index glycémique bas (ig Bas) : une piste santé et minceur

Le régime à index glycémique bas
Le régime à index glycémique bas : en privilégiant les glucides d’index glycémique bas, le corps réapprend à utiliser les graisses comme source d’énergie.

Pour distinguer les bons et les mauvais glucides on parle d’index ou de charge glycémique (IG ou CG). Ces outils mesurent  l’impact d’un aliment sur la glycémie, c’est à dire le taux de sucre dans le sang. Consommer des aliments à index glycémique bas peut directement influencer votre état de santé. Voyons plus en détails ce qu’il en est…

  1. Index et charge glycémique
  2. Diversifier plus que restreindre

En privilégiant les glucides d’index glycémique bas, le corps réapprend à utiliser les graisses comme source d’énergie. Au contraire, une consommation importante d’aliments à index glycémique élevés (contenant sucres raffinés, farines blanches, huiles végétales…), entraine une augmentation du taux de sucre dans le sang.

Le corps libère alors une dose d’insuline, hormone susceptible d’enclencher la prise de poids. Mais pas seulement, la sécrétion d’insuline impacte également sur la croissance du cancer. La sécrétion d’insuline déclenche la libération d’une autre molécule appelée IGF (insulin-like growth factor-I) dont la caractéristique est de stimuler la croissance des cellules.

Le sucre nourrit et fait rapidement croître les tissus. En résumé, une personne souhaitant éviter la maladie doit donc réduire les aliments à index glycémique élevé et privilégier ceux qui ont un index glycémique bas (extraits sucrant naturels, céréales complètes et mélangées, lentilles, haricots, fruits).

Tandis que l’index glycémique donne la mesure de la qualité des glucides, la charge glycémique considère la quantité de ces glucides dans l’aliment ou dans une portion d’aliment, ce qui est plus précis. La charge glycémique se calcule par unité et 1 unité correspond à 1 g de glucose.

En moyenne, on ne devrait pas dépasser 60 à 80 unités de CG par jour. Mais en prenant un bol de cornflakes avec du lait et un verre de jus d’orange, on arrive déjà à une charge glycémique de 33, soit la moitié de ce que l’on devrait consommer! Par contre si vous prenez 3 tranches de pain aux céréales avec du beure, du miel et une orange, la charge n’est que de 21.

Ainsi, remplacer la purée par une assiette de lentilles, préférer le riz complet au riz blanc et manger des fruits, permettrait déjà de diminuer sa charge glycémique de façon considérable.

Le but d’un régime à index glycémique bas n’est pas de se priver de sucre, le corps pour fonctionner en a besoin en quantité raisonnable, ni de restreindre son alimentation. Il s’agit plutôt de diversifier celle-ci en se nourrissant avant tout de légumes et de légumineuses et en utilisant des extraits sucrants naturels tels que le sirop d’agave par exemple (extrait de sève de cactus disponible en magasin bio). Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Voir aussi : Les boissons « light » font grossir

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.