Le formidable effet anti-inflammatoire des fruits, légumes et épices

En plus de leur contenu élevé en plusieurs vitamines, minéraux et divers composés phytochimiques, des recherches indiquent que les végétaux contiennent également le principe actif de l’aspirine, l’acide salicylique. L’acide salicylique est un anti-inflammatoire naturel de premier plan. Les fruits, légumes et épices ont plus d’un tour dans leur sac et le bénéfice de leur consommation sur notre santé ne cesse de nous émerveiller.

On sait depuis plusieurs années que les personnes qui mangent une abondance de végétaux ont un risque moins élevé d’être touchées par plusieurs maladies chroniques. Cet effet protecteur est dû non seulement à la présence de composés phytochimiques qui ciblent plusieurs processus impliqués dans le développement de ces maladies, mais également à l’action anti-inflammatoire puissante associée à ces aliments. En effet, quand vous mangez vos 5-10 portions quotidiennes de végétaux, les molécules présentes dans ces aliments bloquent la production d’une enzyme (appelée COX-2) qui joue un rôle capital dans le développement de l’inflammation, empêchant du même coup la création d’un climat inflammatoire dans votre organisme. Cet effet est extrêmement important car plusieurs études ont montré hors de tout doute que plusieurs maladies qui touchent actuellement la population, soit les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, le cancer ainsi que les neurodégénérescences comme la maladie d’Alzheimer, sont directement liées à l’inflammation chronique.

De l’aspirine dans les végétaux et surtout les épices

Découverte il y a plus de 100 ans, l’acide salicylique (l’ingrédient actif de l’aspirine) demeure la molécule anti-inflammatoire la plus connue et la mieux caractérisée. Particulièrement abondante dans l’écorce de saule, un remède utilisé par les médecines traditionnelles depuis des millénaires pour soulager la fièvre et l’inflammation, l’acide salicylique est également présent dans plusieurs végétaux, en particulier dans certaines épices comme:

– Le curry qui en contient 2180 mg/kg,

– le paprika: 2030 mg/kg

– le rhum séché: 1830 mg/kg.

Des études réalisées auprès de personnes végétariennes (et qui en conséquence consomment beaucoup de végétaux) ont indiqué que les niveaux sanguins de cette molécule sont suffisamment élevés pour bloquer l’action de certaines enzymes inflammatoires. D’ailleurs, les quantités d’acide salicylique mesurées dans le sang des végétariens sont similaires à celles retrouvées dans le sang de personnes qui consomment régulièrement de faibles doses d’aspirine. Cette observation est particulièrement intéressante car les personnes qui consomment régulièrement de l’aspirine ont une mortalité liée aux maladies cardiovasculaires et au cancer réduite de près de 20 % comparativement à celles qui n’en consomment que rarement. Il est donc possible que la présence d’acide salicylique associée à la consommation abondante de végétaux puisse contribuer au plus faible risque de maladies chroniques observé chez les personnes qui consomment une abondance de végétaux.

Les fruits rouges aident aussi notre organisme

En plus de la présence naturelle d’acide salicylique dans les végétaux, certaines plantes contiennent également des substances qui peuvent être utilisées par notre organisme pour fabriquer cette molécule. Par exemple, une étude a montré que les personnes qui consommaient de l’acide benzoïque, une substance particulièrement abondante dans les fruits rouges, avaient des quantités mesurables d’acide salicylique dans le sang et dans leur urine et ce, même si ces personnes n’avaient pas consommé d’aspirine depuis deux semaines et n’avaient mangé aucun aliment contenant cette molécule. Il semble donc que nous sommes capables de produire des quantités appréciables d’acide salicylique à partir de l’alimentation, illustrant à quel point cette molécule pourrait jouer un rôle important dans le bon fonctionnement de notre organisme. Une autre excellente raison de consommer nos portions quotidiennes de fruits et légumes !

Source

Paterson et al. Is there a role for dietary salicylates in health. Proc. Nutr. Soc. 65 : 93-96

Paterson et al. Salicylic acid sans aspirin in animals and man: persistence in fasting and biosynthesis from benzoic acid. J. Agric. Food Chem. 56 : 11648-11652.