Déclin cognitif: Qu’arrive-t-il au cerveau avec l’âge, comment ralentir le processus?

Le vieillissement cérébral est inévitable dans une certaine mesure, mais il n'est pas uniforme et peut être ralenti

Le vieillissement cérébral est inévitable dans une certaine mesure, mais il n’est pas uniforme. Il affecte chaque personne, ou chaque cerveau, différemment.

Ralentir le vieillissement cérébral ou l’arrêter complètement serait l’élixir ultime pour atteindre la jeunesse éternelle. Le vieillissement cérébral est-il une pente glissante que nous devons accepter ? Ou existe-t-il des mesures que nous pouvons prendre pour réduire le rythme de ce déclin ? Pesant environ 1,5 kg, le cerveau humain est une prouesse technique stupéfiante, avec environ 100 milliards de neurones.

Interconnectés par des trillions de synapses.

Au cours d’une vie, le cerveau change plus que toute autre partie du corps. Depuis le moment où le cerveau commence à se développer au cours de la troisième semaine de gestation jusqu’à la vieillesse, ses structures et fonctions complexes se modifient, les réseaux et les voies se connectent et se coupent. Au cours des premières années de la vie, le cerveau forme plus d’un million de nouvelles connexions neuronales chaque seconde. La taille du cerveau est multipliée par quatre au cours de la période préscolaire, et à l’âge de 6 ans, elle atteint environ 90 % de son volume adulte. Les lobes frontaux sont la zone du cerveau responsable des fonctions exécutives, telles que la planification, la mémoire de travail et le contrôle des impulsions. Ils font partie des dernières zones du cerveau à arriver à maturité et ne se développent pas complètement avant l’âge de 35 ans environ.

Vieillissement normal du cerveau

À mesure que les gens vieillissent, leurs systèmes corporels, y compris le cerveau, déclinent progressivement. Les « trous de mémoire » sont associés au vieillissement. Cela dit, les gens connaissent souvent ces mêmes légers trous de mémoire dans la vingtaine, sans y penser. Les adultes plus âgés s’inquiètent souvent des trous de mémoire en raison du lien entre les troubles de la mémoire et la maladie d’Alzheimer. Cependant, la maladie d’Alzheimer et les autres démences ne font pas partie du processus normal de vieillissement.

Les troubles de la mémoire courants associés au vieillissement normal sont les suivants :

– Difficulté à apprendre quelque chose de nouveau : La mémorisation de nouvelles informations peut prendre plus de temps.
– Multitâche : Le ralentissement du traitement peut rendre plus difficile la planification de tâches parallèles.
– Mémorisation des noms et des chiffres : La mémoire stratégique, qui aide à se souvenir des noms et des chiffres, commence à diminuer à l’âge de 20 ans.
– Se souvenir des rendez-vous : En l’absence d’indices permettant de se rappeler l’information, le cerveau peut mettre les rendez-vous en  » mémoire  » et ne pas y accéder à moins que quelque chose ne vienne rafraîchir la mémoire de la personne.

Bien que certaines études montrent qu’un tiers des adultes âgés ont des difficultés avec la mémoire déclarative, c’est-à-dire les souvenirs de faits ou d’événements que le cerveau a stockés et qu’il peut retrouver, d’autres études indiquent qu’un cinquième des personnes de 70 ans réussissent des tests cognitifs aussi bien que les personnes de 20 ans.
Les scientifiques rassemblent actuellement les pièces du gigantesque puzzle de la recherche sur le cerveau afin de déterminer comment le cerveau se modifie subtilement au fil du temps pour provoquer ces changements.

Les changements généraux qui, selon les chercheurs, se produisent au cours du vieillissement cérébral sont les suivants :

– La masse cérébrale : Le rétrécissement du lobe frontal et de l’hippocampe, qui sont des zones impliquées dans les fonctions cognitives supérieures et l’encodage de nouveaux souvenirs, commence vers l’âge de 60 ou 70 ans.

– Densité corticale : Il s’agit de l’amincissement de la surface externe du cerveau dû à la diminution des connexions synaptiques. La diminution du nombre de connexions peut contribuer au ralentissement du traitement cognitif.

– Matière blanche : La matière blanche est constituée de fibres nerveuses myélinisées qui sont regroupées en faisceaux et transportent les signaux nerveux entre les cellules du cerveau. Les chercheurs pensent que la myéline rétrécit avec l’âge et que, par conséquent, le traitement est plus lent et la fonction cognitive est réduite.

– Systèmes de neurotransmetteurs : Les chercheurs suggèrent que le cerveau génère moins de messagers chimiques avec l’âge, et c’est cette diminution de l’activité de la dopamine, de l’acétylcholine, de la sérotonine et de la norépinéphrine qui pourrait jouer un rôle dans le déclin de la cognition et de la mémoire et dans l’augmentation de la dépression.
En comprenant la base neuronale du déclin cognitif, les chercheurs peuvent découvrir quelles thérapies ou stratégies peuvent aider à ralentir ou à prévenir la détérioration du cerveau.

Découvertes récentes sur le vieillissement du cerveau

Plusieurs études sur le cerveau sont en cours pour résoudre l’énigme du vieillissement cérébral, et les scientifiques font fréquemment des découvertes.
Les sections ci-dessous décrivent certaines d’entre elles plus en détail.

Les cellules souches

Dans une étude sur les souris que les cellules souches de l’hypothalamus du cerveau contrôlent probablement la rapidité du vieillissement dans le corps. Ces recherches montrent que le nombre de cellules souches neurales hypothalamiques diminue naturellement au cours de la vie de l’animal, et que ce déclin accélère le vieillissement. Mais les chercheurs ont également découvert que les effets de cette perte ne sont pas irréversibles. En reconstituant ces cellules souches ou les molécules qu’elles produisent, il est possible de ralentir et même d’inverser divers aspects du vieillissement dans tout l’organisme. L’injection de cellules souches hypothalamiques dans le cerveau de souris normales âgées et d’âge moyen, dont les cellules souches avaient été détruites, a ralenti ou inversé les mesures du vieillissement. Les chercheurs affirment qu’il s’agit d’une première étape vers le ralentissement du processus de vieillissement et le traitement potentiel des affections liées à l’âge.

Superagers

Les « Superagers » sont un groupe rare de personnes âgées de plus de 80 ans qui ont une mémoire aussi vive que celle de personnes en bonne santé des décennies plus jeunes.
Des études menées par des scientifiques de la Northwestern University Feinberg School of Medicine de Chicago, a comparé les SuperAgers à un groupe témoin de personnes du même âge.
Ils ont constaté que le cerveau des SuperAgers se rétrécit plus lentement que celui de leurs homologues du même âge, ce qui leur permet de mieux résister à la perte de mémoire typique de l’âge. Cela suggère que le déclin cognitif lié à l’âge n’est pas inévitable.

Les SuperAgers résistent au taux normal de déclin que l’on observe chez les personnes âgées moyennes et ils parviennent à trouver un équilibre entre la durée de vie et la durée de vie en santé, qu’ils vivent vraiment bien et qu’ils profitent des dernières années de leur vie. En étudiant les particularités des SuperAgers, les chercheurs espèrent découvrir des facteurs biologiques qui pourraient contribuer au maintien des capacités de mémoire à un âge avancé.

Des thérapies pour aider à ralentir le vieillissement du cerveau

Les chercheurs ont découvert plusieurs facteurs qui accélèrent le vieillissement du cerveau. Par exemple, l’obésité au milieu de la vie peut accélérer le vieillissement cérébral d’environ 10 ans, et les boissons gazeuses sucrées et light peuvent accélérer le vieillissement cérébral.

De plus en plus de preuves suggèrent que les personnes qui connaissent le moins de déclin au niveau de la cognition et de la mémoire partagent toutes certaines habitudes :

– pratiquer une activité physique régulière
– s’adonner à des activités intellectuellement stimulantes
– rester actif socialement
– gérer le stress
– avoir une alimentation saine
– dormir correctement.

Des recherches récentes mettent en évidence une multitude de moyens permettant aux gens de prendre activement en charge leur santé et, peut-être, de réduire le rythme de vieillissement de leur cerveau.

Conseils pour ralentir le vieillissement du cerveau

Faire de l’exercice

L’exercice physique est une intervention qui revient sans cesse pour éviter le déclin mental lié à l’âge. La pratique d’une combinaison d’exercices d’aérobic et de résistance d’intensité modérée pendant au moins 45 minutes par séance, le plus souvent possible dans la semaine, peut considérablement augmenter les capacités cérébrales des personnes âgées de 50 ans et plus. De même, d’autres recherches ont révélé que les personnes de plus de 50 ans qui faisaient peu ou pas d’exercice physique voyaient leur mémoire et leurs capacités de réflexion décliner de façon comparable à 10 ans de vieillissement en 5 ans, par rapport à celles qui pratiquaient un exercice d’intensité modérée ou élevée.
Essentiellement, l’activité physique a ralenti le vieillissement du cerveau de 10 ans.

Jouer d’un instrument

Des chercheurs de Baycrest Health Sciences à Toronto, au Canada, ont révélé pourquoi jouer d’un instrument de musique peut aider les personnes âgées à éviter le déclin cognitif lié à l’âge et à conserver leurs capacités d’écoute. Les chercheurs ont découvert qu’apprendre à jouer un son sur un instrument de musique modifie les ondes cérébrales de manière à améliorer les capacités d’écoute et d’audition d’une personne. L’altération de l’activité cérébrale indique que le cerveau se recâble pour compenser les maladies ou les blessures qui pourraient empêcher une personne d’accomplir certaines tâches. Cette étude est la première qui permet d’observer des changements directs dans le cerveau après une séance, ce qui démontre que l’action de créer de la musique entraîne un fort changement dans l’activité cérébrale.

Adopter un régime alimentaire sain

Un élément clé de la santé du cerveau est l’alimentation. En 2018, des chercheurs ont établi un lien entre les acides gras oméga-3 et oméga-6 dans le sang et le vieillissement sain du cerveau. Une autre étude a également déterminé que la consommation d’aliments inclus dans le régime méditerranéen ou MIND est associée à un risque moindre de difficultés de mémoire chez les personnes âgées. Des recherches ont découvert que les personnes d’âge moyen ayant des niveaux plus élevés de lutéine, qui est un nutriment présent dans les légumes à feuilles vertes, comme le chou frisé et les épinards, ainsi que dans les œufs et les avocats, présentaient des réponses neuronales similaires à celles des personnes plus jeunes.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -