Le chêne : un arbre majestueux et vertueux

Le roi Saint Louis rendait la justice sous un chêne, arbre majestueux très résistant aux maladies, d’une longévité parfois millénaire. Il appartient à la grande famille des Fabacées et est connu sous le nom scientifique de Quercus robur (le « chêne rouvre », dur, solide). Ses bienfaits médicinaux se diffusent des écorces jusqu’aux glands. Rien ne se perd en phytothérapie.

De quoi est composé le chêne ?

  • tannins catéchiques : aux propriétés astringentes, antiseptiques, anti-inflammatoires,
  • oligomères proanthocyanidoliques (OPC): une famille de flavonoïdes, aux propriétés angio-protectrices,
  • quercétol : composé organique du sous-groupe des flavonols, un puissant anti-oxydant et anti-inflammatoire.

Quels sont ses bienfaits ?

Cette plante est utilisée pour :

  • traiter les inflammations cutanées, engelures, gerçures, dermites et de la bouche et du pharynx,
  • apaiser les hémorroïdes, stopper les petites hémorragies,
  • contre les infections gastro-intestinales, diarrhées aigües,
  • contre la dénutrition légère, le surmenage, la fatigue.

Comment l’utiliser ?

  • décoction : faire bouillir 1 cuillère à soupe d’écorce dans un 1/2 litre d’eau une dizaine de minutes. Prendre la solution au plus 3 fois par jour, idéalement durant les repas. Appliquer sur la peau avec une compresse.
  • infusion : infuser des feuilles de chêne dans un litre de vin rouge pour les gargarismes et les angines. Ajouter au besoin du miel pour couvrir l’amertume. Infuser 30 grammes de poudre de gland dans un litre d’eau, prendre après le repas.
  • teinture-mère : 15 gouttes matin et soir sous la langue ou dilués dans un peu d’eau, en cure de 3 semaines, à prendre en dehors des repas.
  • macérat de bourgeons : 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d’eau en 1 à 3 prises dans la journée un peu avant les repas, durant 3 semaines.

Y a-t-il des précautions d’usage ?

Les tannins très puissants peuvent entraîner de la constipation et un assèchement du tube digestif. Des allergies peuvent être observées.

Le chêne est déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes et aux personnes souffrant de troubles rénaux.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand