Infarctus: le café réduit les risques de mortalité après un accident cardiaque

Publicité

Même après un infarctus, la consommation de café, décaféiné ou non, semble bénéfique pour la santé cardiovasculaire, comme le rapporte cette large étude prospective menée en Hollande.

Longtemps considéré comme peu favorable à la santé cardiovasculaire en raison de la présence de caféine, la boisson voit sa perception inversée au cours des dernières années.

Plusieurs études d’envergure ont montré que la consommation modérée de café s’avérait plutôt favorable à la santé cardiovasculaire et que, contrairement à une idée très répandue, la caféine ne favorisait pas les arythmies cardiaques.

Si c’est clair pour les personnes en bonne santé, la question restait posée après un infarctus. Cette nouvelle étude permet d’y répondre.

Une consommation de café médiane de 3 tasses par jour

Il s’agit d’une étude d’envergure portant sur 4.365 patients âgés de 60 à 80 ans, ayant été victime d’un infarctus du myocarde au cours des 10 années précédant le suivi, et issus de la Alpha Omega Cohort.

Au début du suivi, entre 2002 et 2006, les habitudes alimentaires des mois précédents, dont la consommation de café, ont été évaluées. 96% des patients consommaient du café, avec un apport médian se situant à 375 ml par jour, soit environ 3 tasses.

Les causes de mortalité ont été enregistrées jusqu’en 2013. 945 décès sont survenus au cours de la période de suivi médian de 7,1 ans, parmi lesquels 396 étaient liés à une maladie cardiovasculaire et 266 à une maladie cardiaque ischémique.

Réduction significative de la mortalité

Après ajustement pour différents facteurs confondants liés au style de vie et à l’alimentation, la consommation de café s’avère inversement associée à la mortalité cardiovasculaire. Comparé à une consommation de 0 à 2 tasses par jour, le risque relatif de mortalité est réduit:

– de 31% pour une consommation quotidienne de plus de 2 à 4 tasses de café par jour,

– de 45% pour une consommation de plus de 4 tasses quotidiennes.

Pour la mortalité par maladie cardiaque ischémique, le risque relatif diminue de 23% pour plus de 2 à 4 tasses par jour et de 32% pour plus de 4 tasses par jour.

À noter que les associations sont similaires entre le café décaféiné ou non, avec ou sans ajouts.

Source

Laura H van Dongen: Coffee consumption after myocardial infarction and risk of cardiovascular mortality: a prospective analysis in the Alpha Omega Cohort. The American Journal of Clinical Nutrition. doi.org/10.3945/ajcn.117.153338