L’Arthrite et ces autres maladies auto-immunes causées par l’excès de sel

59328412 - people, healthcare and problem concept - close up of man suffering from pain in hand oe wrist at home

Nous consommons beaucoup trop de sel. Cet excès est préoccupant, car plusieurs études ont clairement montré qu’un apport alimentaire élevé en sodium augmente fortement le risque d’hypertension, le principal facteur de risque de maladies cardiovasculaires. On estime qu’une pression artérielle supérieure à la normale (≥115 mm Hg systolique) est responsable à elle seule de la moitié des infarctus du myocarde et des AVC. Ce qui se traduit chaque année par environ 10 millions de décès prématurés à l’échelle mondiale. Une réduction de la pression artérielle provoquée par une diminution de l’apport en sodium pourrait donc réduire significativement la mortalité causée par ces événements cardiovasculaires.

Trop de sel perturbe le système immunitaire et favorise les maladies auto-immunes

Plusieurs études ont rapporté que le sodium en excès peut également s’accumuler dans les tissus et rompre le délicat équilibre qui permet à notre système immunitaire de distinguer le soi (nos propres cellules) du non-soi (les bactéries, virus, cellules cancéreuses). Lorsque cet équilibre est rompu, l’immunité est perturbée et peut commencer à attaquer sans raison l’organisme, ce qui mène à l’apparition de maladies auto-immunes.

Des études montrent qu’une consommation élevée de sodium perturbe la fonction des lymphocytes T régulateurs (qui empêche l’immunité de s’emballer) et active en parallèle l’activité des lymphocytes pro-inflammatoires Th17. Ce déséquilibre s’accompagne d’une hypersécrétion dans le sang de plusieurs molécules cytokines pro-inflammatoires (GM-CSF, TNF, IL-2) et à une accélération notable du développement de maladies auto-immunes dans des modèles génétiquement prédisposés à développer ces maladies. Cet impact d’un apport élevé en sodium a été observé pour plusieurs maladies auto-immunes, incluant la sclérose en plaques, le lupus, l’arthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn. Ce qui suggère que la consommation excessive de sodium pourrait être un facteur du mode de vie qui favorise l’apparition ou aggrave les symptômes de plusieurs maladies auto-immunes.

En ce sens, il faut noter que l’incidence des maladies auto-immunes a considérablement augmenté au cours des 50 dernières années, ce qui coïncide avec l’utilisation à grande échelle de sodium par l’industrie alimentaire, en particulier celle de la malbouffe.

L’arthrite quand le sel ronge les articulations

Chez les humains, l’étude des effets du sodium sur les maladies auto-immunes en est encore à ses premiers pas et très peu d’études se sont penchées sur cette question. Les résultats obtenus chez les personnes atteintes d’arthrite tendent à montrer qu’un excès de sodium pourrait effectivement hausser le risque de développer cette maladie. Par exemple, une étude portant sur 18 555 Espagnols a montré que les personnes qui rapportaient la plus grande consommation de sodium avaient 40 % plus de risque d’être atteintes par l’arthrite rhumatoïde que celles qui en consommaient le moins. D’autres études suggèrent que cette hausse du risque par le sodium est particulièrement importante (220 %) chez les gros fumeurs.

Il n’y a pas que le sel: pensez aux épices et aromates

Plus de 80 % du sel consommé provient des produits alimentaires fabriqués industriellement et est donc consommé de façon tout à fait involontaire. La seule façon vraiment efficace de réduire l’apport en sel est donc de diminuer la consommation de produits préparés et de cuisiner soi-même le plus souvent possible.

Il faut aussi se rappeler que le sel n’est vraiment pas la seule façon d’assaisonner un plat : nous avons la chance de pouvoir profiter de centaines d’épices et d’aromates provenant des quatre coins du monde et l’utilisation de ces ingrédients au goût unique représente une excellente façon de diminuer notre consommation de sel et d’explorer de nouveaux horizons culinaires.

Source

Kleinewietfeld M et coll. Sodium chloride drives autoimmune disease by the induction of pathogenic TH17 cells. Nature ; 496: 518-22.

Toussirot E et coll. Could sodium chloride be an environmental trigger for immune-mediated diseases? An overview of the experimental and clinical evidence. Frontiers in physiology  9: 440.

Salgado E et coll. High sodium intake is associated with self-reported rheumatoid arthritis: a cross sectional and case control analysis within the SUN cohort. Medicine  94: e0924.

Sundström B et coll. Interaction between dietary sodium and smoking increases the risk for rheumatoid arthritis: results from a nested case-control study. Rheumatology 2015; 54: 487-93.