L’aronie : une plante à connaître pour ses remarquables vertus santé

L’aronie est une plante aux baies noires rassemblées en grappes. De la famille des Rosacées, elle vient d’Amérique du Nord. Son nom scientifique est Aronia melanocarpa. Proche de la myrtille, elle fait grincer les dents par son acidité, mais, une fois séchée, c’est la douceur même. Cette baie, qui manque totalement de notoriété en Europe, possède des propriétés si admirables qu’elle fait partie de l’élite prestigieuse des super-aliments. À quel titre ?

Quels actifs contient l’aronie ?

L’Aronie est championne des antioxydants car sa teneur est très élevée en  :

  • flavonoïdes,
  • anthocyanes (des colorants),
  • acides phénoliques, également anti-inflammatoires,
  • vitamines C, B1 et B2 : impliquées contre le stress oxydatif, soutien du métabolisme.

D’où tient-elle sa réputation ?

Elle agit sur de nombreux fronts essentiels :
  • protéger la santé cardiovasculaire,
  • renforcer le système immunitaire, stimuler la vitalité,
  • améliorer la circulation sanguine,
  • diminuer les taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang,
  • réguler les pics de glycémie grâce à sa faible teneur en sucre,
  • protéger les muqueuses gastriques et hépatiques,
  • stimuler les fonctions digestives,
  • protéger des risques d’infections urinaires.
  • réduire les risques de dégénérescence maculaire.

Comment en profiter ?

  • jus : consommer un demi-bouchon doseur de jus par jour.
  • baies séchées : 10 à 15 g de baies séchées par jour durant 2 mois.
  • gélule : 2 gélules deux fois par jour avec un grand verre d’eau.
  • infusion : 2 ou 3 cuillères à café de marc séché (produit résiduel après la fabrication du jus) dans 250 ml d’eau bouillante, 5 à 10 minutes.

Y a-t-il des risques à l’utilisation ?

L’aronie ne présente pas de risques pour la santé, bien au contraire. Cependant, il faut signaler :
– une contre indication en cas de gastrite, d’ulcère de l’estomac ou du duodénum,
– un risque d’interaction avec certains médicaments de chimiothérapie.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand