L’activité physique peut réduire le risque de maladie d’Alzheimer de 33 %

Une étude récente trouve que l'activité physique pourrait réduire le risque de démence et notamment de maladie d'Alzheimer

Une étude récente trouve des preuves supplémentaires que l’activité physique pourrait réduire le risque de démence et notamment de maladie d’Alzheimer. Alors que les taux de démence augmentent avec le vieillissement de la population, les scientifiques tentent de comprendre quels facteurs augmentent le risque de développer ou de prévenir ces conditions. Il existe déjà des preuves que la forme physique pourrait contribuer à réduire le risque de démence. Une étude récente conclut que l’aptitude cardiorespiratoire est, en effet, liée au risque de développer la maladie d’Alzheimer et les troubles connexes (MAAC) à un âge avancé.

Tirant parti du vaste éventail de personnes recevant des soins dans l’administration sanitaire des anciens combattants (VHA), le premier auteur, le Dr Edward Zamrini, et ses collègues ont étudié 649 605 anciens combattants militaires âgés de 30 à 95 ans. Ces personnes n’avaient pas reçu de diagnostic de la MAAC et avaient effectué un test sur tapis roulant à l’effort (ETT) dans le cadre de leurs soins de routine. Les scientifiques ont analysé les dossiers de ces personnes afin d’établir un diagnostic de la MAAC sur une période moyenne de 8,8 ans. Le Dr Zamrini, l’auteur principal, le professeur Qing Zeng-Teitler, et leurs collègues ont comparé les résultats de l’ETT et l’incidence du développement de la MAAC chez ces personnes.

Équivalence métabolique

Les tests de tolérance à l’effort permettent de quantifier les niveaux de forme physique à l’aide d’une norme de mesure appelée MET, ou équivalence métabolique de la tâche. Dans cette étude, les auteurs ont divisé les participants en cinq groupes en fonction des MET qu’ils pouvaient atteindre, de la condition physique la plus faible à la plus élevée : en moyenne, environ 3,8 à 11,7 MET. À titre de comparaison, 1 MET équivaut à rester assis tranquillement, le yoga requiert 3,2 MET, et une randonnée pédestre à 6 km par heure demanderait 11,6 MET.

Les scientifiques ont constaté que les personnes en mauvaise condition physique couraient le plus grand risque de souffrir de la MAAC. À l’inverse, les personnes en excellente forme physique étaient les moins susceptibles de développer la MAAC.

Le Dr Zamrini, directeur de la neurologie à Irvine Clinical Research, professeur adjoint de recherche clinique et de leadership à l’université George Washington et professeur adjoint de neurologie à l’université de l’Utah, a expliqué: Cette étude a révélé une association inverse forte et graduelle entre la forme cardiorespiratoire et la réduction du risque de maladie d’Alzheimer. Cela signifie que plus une personne est en forme, moins elle a de chances de développer la maladie d’Alzheimer plus tard.

Plus précisément, les chercheurs ont constaté que, par rapport aux participants les moins en forme, les plus en forme étaient 33 % moins susceptibles de développer la Maladie d’Alzheimer. De même, le deuxième groupe le plus en forme était 26 % moins susceptible de développer la maladie, le troisième groupe le plus en forme était 20 % moins susceptible, et le quatrième groupe le plus en forme était 13 % moins susceptible.

Plus on est en forme, moins on a de risques

Deux facteurs principaux influencent la forme cardiorespiratoire : la génétique et l’exercice. Nous ne pouvons pas changer notre génétique, mais nous pouvons améliorer notre aptitude cardiorespiratoire grâce à un programme d’exercice raisonnable. Cette étude démontre également qu’il n’est pas nécessaire de devenir marathonien pour réduire les risques. Même de petites augmentations de la forme cardiorespiratoire peuvent aider !

La corrélation entre l’augmentation de la condition physique et la diminution du risque de démence est très nette. C’est une association très convaincante. De plus, il existe de nombreuses autres études qui ont examiné de manière prospective pour affirmer ce lien entre la condition physique et le risque de démence et confirmer que l’exercice régulier et recommandé peut réduire le risque d’une personne] de développer une démence. Ainsi, des études comme l’étude mondiale FINGER, menée en Finlande, où l’on étudie de manière prospective les populations au fil du temps, il y a tout simplement de plus en plus de preuves que si vous voulez réduire votre risque de démence et conserver un cerveau sain, vous devriez faire de l’exercice régulièrement et pratiquer d’autres activités pour améliorer votre condition cardiorespiratoire.

Les bons conseils pour prévenir la maladie d’Alzheimer

Un bon conseil à tous ceux qui s’inquiètent de leur risque de maladie d’Alzheimer est le suivant : adoptez un mode de vie aussi sain que possible. Il existe plusieurs mesures de style de vie considérées comme bénéfiques. Il s’agit de l’exercice, du régime alimentaire, d’un sommeil adéquat et du fait de rester mentalement actif et socialement engagé. Les preuves les plus solides concernent l’exercice.

Les facteurs de risque modifiables qui sont importants dans la maladie d’Alzheimer. 12 facteurs de risque modifiables sont liés à 40% des cas de démence dans le monde.

Les principaux sont:

– rester en bonne forme physique
– une alimentation saine et équilibrée, riche en fruits et légumes
– avoir de bonnes nuits de sommeil
– des relations significatives
– maintenir un fort sentiment d’appartenance sociale
– éviter l’excès d’alcool
– ne pas fumer
– avoir la possibilité de se restaurer et de réduire le stress par la méditation et d’autres formes de soins personnels.

 

Il s’agit d’une étude épidémiologique importante. De telles études ne prouvent pas la cause et l’effet. Cependant, la force des études épidémiologiques réside dans le nombre de sujets étudiés. Le grand nombre de sujets de cette étude et les ajustements faits pour les comorbidités renforcent ces conclusions.

Source

Cette étude sera présentée lors du 74ème metting annuel de l’American Academy of Neurology, à Seattle. 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -