Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

L’activité physique intense prolonge l’espérance de vie chez les grands sportifs

Une étude suggère que les personnes capables de performances sportives exceptionnelles peuvent en fait bénéficier d'une espérance de vie plus longue.

Bien que l’on sache depuis longtemps que l’exercice régulier est essentiel à une vie saine, certaines études antérieures ont montré que l’exercice intense pourrait en réalité avoir l’effet inverse. Cependant, une nouvelle étude récemment publiée dans le British Journal of Sports Medicine remet en question ces conclusions et suggère que les personnes qui pratiquent un sport extrême pourraient vivre plus longtemps.

Les chercheurs ont suivi un groupe sélect de coureurs d’élite capables de courir 1,5 km en moins de 4 minutes et ont constaté qu’ils pourraient vivre en moyenne 5 ans de plus que la population générale. Cette découverte étonnante remet en question l’idée répandue selon laquelle on peut « trop » s’entraîner et que les prouesses sportives extrêmes pourraient avoir des effets néfastes sur la santé.

Voici en détail ces résultats fascinants, leurs implications et les prochaines étapes de la recherche dans ce domaine passionnant.

L’étude sur les coureurs d’élite

L’étude, menée par le Dr. André la Gerche, un cardiologue du sport et directeur du laboratoire HEART (Heart, Exercise and Research Trials) à l’Institut de recherche médicale St Vincent’s et à l’Institut de recherche cardiaque Victor Chang, s’est concentrée sur la longévité d’un groupe des 200 premiers coureurs d’élite à avoir couru 1,5 km en moins de 4 minutes. Ces athlètes provenaient de 28 pays différents d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Océanie et d’Afrique, et étaient nés entre 1928 et 1955. Ils avaient en moyenne 23 ans lorsqu’ils ont réalisé cet exploit sportif hors du commun.

Résultats de l’étude

Les résultats de cette étude sont particulièrement fascinants. Tout d’abord, les chercheurs ont constaté que l’âge moyen de décès des participants à l’étude était de 73 ans, mais que l’âge moyen des coureurs d’élite encore en vie au moment de l’étude était de 77 ans.

En d’autres termes, les personnes ayant couru en moins de 4 minutes ont vécu environ 5 ans de plus que leur espérance de vie prévue en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur année de naissance et de leur nationalité.
De plus, les athlètes ayant réalisé cet exploit dans les années 1950 ont vécu en moyenne 9 ans de plus que la population générale, ceux des années 1960 ont vécu 5,5 ans de plus, et ceux des années 1970 ont vécu 3 ans de plus.

Implications et applications pour le grand public

Ces résultats sont non seulement fascinants, mais ils remettent également en question l’idée répandue selon laquelle l’exercice extrême pourrait être néfaste pour la santé. Au contraire, cette étude suggère que les personnes capables de performances sportives exceptionnelles peuvent en fait bénéficier d’une espérance de vie plus longue.

Bien que la plupart des gens ne puissent pas courir 1,5 km en moins de 4 minutes, le Dr. la Gerche estime que nous pouvons tous essayer d’adopter certains des « facteurs de mode de vie » des coureurs d’élite, comme une bonne alimentation, une consommation modérée d’alcool, un dévouement total et un exercice régulier et intense.

Bien que des études supplémentaires soient nécessaires pour mieux comprendre les liens entre différents types et durées d’exercice et la longévité, ces résultats sont encourageants et peuvent inspirer le grand public à améliorer sa forme physique et sa santé à long terme.

Autres études sur l’exercice extrême et la santé

Cette étude n’est pas la seule à s’intéresser aux effets de l’exercice intense sur la santé et la longévité. En effet, des recherches antérieures ont souvent montré que les athlètes de haut niveau pouvaient présenter des problèmes cardiaques liés à leur entraînement extrême.

Par exemple, une étude sur les cyclistes du Tour de France a révélé que, bien que ces athlètes aient une espérance de vie plus longue que la moyenne, ils présentaient également des changements structurels et fonctionnels au niveau du cœur, potentiellement liés à leur niveau d’entraînement élevé.

De même, d’autres études ont suggéré que l’exercice extrême pourrait augmenter les risques d’événements cardiaques. Cependant, la nouvelle étude sur les coureurs d’élite semble contredire ces conclusions antérieures.

La nécessité d’études supplémentaires

Bien que ces résultats soient très intéressants, les chercheurs soulignent qu’il est nécessaire de mener des études supplémentaires pour mieux comprendre les liens entre l’exercice, l’intensité, la durée et la longévité.
En effet, cette étude s’est concentrée uniquement sur un groupe spécifique de coureurs d’élite. Il sera important d’examiner d’autres types d’athlètes, comme les cyclistes, les nageurs ou les haltérophiles, pour déterminer s’il existe des tendances similaires en matière de longévité.

De plus, il sera crucial de se pencher sur les effets à long terme de l’exercice intense, en particulier chez les personnes qui maintiennent ce niveau d’entraînement tout au long de leur vie adulte.

L’importance de l’activité physique régulière

Bien que cette étude semble remettre en question l’idée que l’exercice extrême puisse être néfaste, il est important de souligner que l’activité physique régulière, quelle que soit son intensité, reste essentielle pour la santé et le bien-être à long terme.

Cela réitère l’importance de l’exercice, peut-être pas nécessairement à ce niveau extrême, mais simplement tout exercice qui soit bénéfique pour la santé cardiovasculaire et, en fin de compte, qui puisse prolonger l’espérance de vie.

Ainsi, même si les résultats de cette étude sont fascinants, il est important de ne pas les interpréter comme une invitation à se lancer dans des entraînements extrêmes. L’objectif devrait plutôt être d’adopter un mode de vie actif et équilibré, avec une activité physique régulière et modérée.

A retenir

Cette étude sur les coureurs d’élite capables de courir 1,5 km en moins de 4 minutes remet en question l’idée répandue selon laquelle l’exercice extrême pourrait être néfaste pour la santé. Au contraire, les résultats suggèrent que ces athlètes exceptionnels peuvent en fait bénéficier d’une espérance de vie plus longue que la moyenne.

Bien que des études supplémentaires soient nécessaires pour mieux comprendre ces liens, ces résultats sont encourageants et peuvent inspirer le grand public à adopter un mode de vie plus actif et sain. Cependant, il est important de garder à l’esprit que l’objectif devrait être de pratiquer une activité physique régulière et équilibrée, plutôt que de se lancer dans des entraînements extrêmes.

En fin de compte, cette étude souligne l’importance cruciale de l’activité physique pour la santé et le bien-être à long terme, et ouvre la voie à de nouvelles perspectives passionnantes sur les liens entre l’exercice et la longévité.

 

 

5/5 - (1 vote) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi