Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Article SponsoriséBien être

Peur du sommeil : ce que vous devez garder à l’esprit.

Hélène Leroy

Les terreurs nocturnes sont des épisodes de cris, de peur intense et de tremblements corporels qui interviennent durant le sommeil. Aussi connues sous le nom de « peur du sommeil », les terreurs nocturnes sont souvent associées au somnambulisme. Comme le somnambulisme, les terreurs nocturnes sont considérées comme un type de « parasomnie ». C’est-à-dire, un vécu indésirable pendant le sommeil. Les attaques de terreurs nocturnes durent généralement de quelques secondes à quelques minutes, mais peuvent être plus longues à certaines occasions. Les terreurs nocturnes chez les adultes sont beaucoup plus rares, mais affectent près de 40 % des enfants. Bien que les terreurs nocturnes soient terrifiantes (pardonnez la redondance), elles ne sont généralement pas une source de préoccupation. La plupart des enfants surmontent leurs terreurs nocturnes avant la puberté.

En général, les adultes ont souvent besoin de médicaments pour traiter les symptômes des terreurs nocturnes. Cependant, pour ceux qui préfèrent éviter les médicaments, certains produits naturels peuvent également être utilisés. Quoi qu’il en soit, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé afin qu’il puisse proposer le traitement le plus adapté au cas par cas. Il est également important de mener une vie équilibrée pour prévenir les terreurs nocturnes. En cela, le repos et la nourriture ou nos routines quotidiennes jouent un rôle important.

Les terreurs nocturnes sont différentes des cauchemars. Les personnes qui font des cauchemars peuvent se souvenir de détails quand elles se réveillent. Les personnes souffrant de terreurs nocturnes peuvent continuer à dormir durant leurs crises. Le matin, les enfants ne se souviennent généralement pas de leurs terreurs nocturnes. Par contre, les adultes peuvent se souvenir de fragments des rêves qu’ils ont eus durant leurs épisodes.

 

Photo par Annie Spratt sur Unsplash

Les terreurs nocturnes se produisent généralement pendant une période allant du premier tiers à la première moitié de la nuit, et apparaissent rarement pendant les siestes. Les terreurs nocturnes peuvent conduire au somnambulisme, et apparaissent plus fréquemment chez les femmes. De plus, elles se produisent aussi plus communément si les membres de la famille des personnes touchées ou affectées ont des antécédents de terreurs nocturnes ou de somnambulisme.

Selon la clinique Mayo, plusieurs facteurs peuvent contribuer à l’apparition et à la persistance des terreurs nocturnes. Il s’agit de facteurs tels que la fatigue extrême, la privation de sommeil (comme les perturbations de l’horaire de sommeil, les interruptions, les voyages…), le stress ou même la fièvre.

Ces terreurs nocturnes peuvent également être déclenchées par des conditions qui interfèrent avec le sommeil, telles que le syndrome des jambes sans repos, l’anxiété et la dépression, ou les troubles respiratoires du sommeil.

Par ailleurs, dans la région de Murcie (Espagne), une augmentation considérable des cauchemars et des terreurs nocturnes a été détectée chez les enfants. Les services de santé ont constaté que ce phénomène était provoqué par la pandémie de covid, du confinement et des changements qu’il a entraînés dans les habitudes quotidiennes des enfants. Tous ces facteurs ont eu des retombées sur la qualité du sommeil des enfants murciens. Selon des informations fournies par docteur Maetzu, chef de la neurophysiologie du centre d’El Palmar.

5/5 - (16 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi