Le saviez vous ?Nutrition

Perte de poids : les meilleurs conseils pour maîtriser l’alimentation émotionnelle

L’alimentation émotionnelle peut saboter vos efforts de perte de poids. Voici les meilleurs  conseils pour contrôler vos habitudes alimentaires.

Parfois, les plus fortes envies de nourriture se manifestent lorsque vous êtes au plus bas sur le plan émotionnel. Vous pouvez vous tourner vers la nourriture pour vous réconforter, consciemment ou inconsciemment, lorsque vous êtes confronté à un problème difficile, que vous vous sentez stressé ou même que vous vous ennuyez.

L’alimentation émotionnelle peut saboter vos efforts de perte de poids. Elle conduit souvent à manger trop. Et surtout trop d’aliments riches en calories, sucrés et gras. La bonne nouvelle est que si vous êtes enclin à manger de façon émotionnelle, vous pouvez prendre des mesures pour reprendre le contrôle de vos habitudes alimentaires et vous remettre sur la voie de vos objectifs de perte de poids.

Comment fonctionne le cycle humeur-alimentation-perte de poids

L’alimentation émotionnelle est un moyen de supprimer ou d’apaiser des émotions négatives. Telles que le stress, la colère, la peur, l’ennui, la tristesse et la solitude. Les grands événements de la vie ou, plus communément, les tracas de la vie quotidienne peuvent déclencher des émotions négatives qui conduisent à une alimentation émotionnelle. Elle va perturber vos efforts de perte de poids. Ces déclencheurs peuvent être les suivants :

  • Les conflits relationnels
  • Travail ou autres facteurs de stress
  • Fatigue
  • Pressions financières
  • Problèmes de santé
  • Bien que certaines personnes mangent moins face à des émotions fortes, si vous êtes en détresse émotionnelle, vous pouvez vous tourner vers une alimentation impulsive ou boulimique. Ce qui vous pousse à consommer rapidement ce qui vous convient sans plaisir.

En fait, vos émotions peuvent devenir tellement liées à vos habitudes alimentaires que vous vous mettez automatiquement à la recherche d’une friandise chaque fois que vous êtes en colère ou stressé sans penser à ce que vous faites.

La nourriture sert également de distraction. Si vous vous inquiétez d’un événement à venir ou si vous êtes en proie à un conflit, par exemple, vous pouvez vous concentrer sur la nourriture de réconfort plutôt que sur la situation douloureuse.

Quelles que soient les émotions qui vous poussent à trop manger, le résultat final est souvent le même. L’effet est temporaire, les émotions reviennent et vous portez probablement alors le fardeau supplémentaire de la culpabilité d’avoir repoussé votre objectif de perte de poids. Cela peut également conduire à un cycle malsain. Vos émotions vous poussent à trop manger. Vous vous reprochez de vous être écarté de votre objectif de perte de poids. Vous vous sentez mal et vous mangez à nouveau trop.

Comment se remettre sur la bonne voie ?

Lorsque des émotions négatives menacent de déclencher une alimentation émotionnelle, vous pouvez prendre des mesures pour contrôler les envies de manger. Voici quelques conseils pour vous aider à arrêter de manger pour des raisons émotionnelles :

Tenez un journal alimentaire

Notez ce que vous mangez, combien vous mangez, quand vous mangez. Comment vous vous sentez quand vous mangez et à quel point vous avez faim. Au fil du temps, vous pourriez constater des schémas qui révèlent le lien entre l’humeur et la nourriture.

Maîtrisez votre stress

Si le stress contribue à votre alimentation émotionnelle, essayez une technique de gestion du stress, telle que le yoga, la méditation ou la respiration profonde.

Faites un bilan de la faim

Votre faim est-elle physique ou émotionnelle ? Si vous avez mangé il y a quelques heures seulement et que votre estomac ne gargouille pas, vous n’avez probablement pas faim.

Laissez passer l’envie

une envie de nourriture liée à une émotion dure environ 20 min. Attendez et elle passera toute seule.

Obtenez du soutien

Vous risquez davantage de céder à une alimentation émotionnelle si vous ne disposez pas d’un bon réseau de soutien. Appuyez-vous sur votre famille et vos amis ou envisagez de rejoindre un groupe de soutien.

Combattez l’ennui

Au lieu de grignoter quand vous n’avez pas faim, distrayez-vous et adoptez un comportement plus sain. Allez vous promener, regardez un film, jouez avec votre chat, écoutez de la musique, lisez, surfez sur internet ou appelez un ami.

Enlevez la tentation

Ne gardez pas d’aliments réconfortants difficiles à résister dans votre maison. Et si vous vous sentez en colère ou déprimé, reportez votre visite à l’épicerie jusqu’à ce que vous ayez maîtrisé vos émotions.

Ne vous privez pas

Lorsque vous essayez de perdre du poids, vous risquez de limiter trop les calories, de manger les mêmes aliments à plusieurs reprises et de bannir les friandises. Cela pourrait ne faire qu’augmenter vos envies de nourriture, surtout en réponse à vos émotions. Mangez des quantités satisfaisantes d’aliments plus sains, profitez d’une gâterie occasionnelle et faites le plein de variété pour aider à réduire les fringales.

Prenez des collations saines

Si vous ressentez le besoin de manger entre les repas, choisissez un en-cas sain, comme des fruits frais, des légumes avec une sauce allégée, des noix ou du maïs soufflé non beurré. Ou essayez des versions moins caloriques de vos aliments préférés pour voir s’ils satisfont votre envie.

Tirez les leçons des échecs

Si vous avez un épisode d’alimentation émotionnelle, pardonnez-vous et recommencez à zéro le lendemain. Essayez de tirer les leçons de cette expérience et d’établir un plan pour la prévenir à l’avenir. Concentrez-vous sur les changements positifs que vous apportez à vos habitudes alimentaires et attribuez-vous le mérite d’avoir apporté des changements qui vous permettront d’être en meilleure santé.

Quand faire appel à une aide professionnelle

Si vous avez essayé les options d’auto-assistance mais que vous ne pouvez toujours pas contrôler votre alimentation émotionnelle, envisagez une thérapie avec un professionnel de la santé mentale. La thérapie peut vous aider à comprendre pourquoi vous mangez de façon émotionnelle et à acquérir des capacités d’adaptation. La thérapie peut également vous aider à découvrir si vous souffrez d’un trouble de l’alimentation, qui peut être lié à une alimentation émotionnelle.

Articles similaires