LA CHIROPRATIQUE RENFORCE L’IMMUNITÉ

14188

La chiropratique, profession de santé reconnue par l’OMS, peut apporter des solutions aux effets secondaires des traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie. Moins de fatigue, de nausées ou de douleurs, des ajustements précis sur la colonne vertébrale permettent également de renforcer le système immunitaire.

La chiropratique est la première profession de santé manuelle dans le monde et  la seconde profession de santé aux Etats-unis.  La Fédération Mondiale de Chiropratique est partenaire officielle de l’OMS et reconnue sur tous les continents, notamment dans les pays anglo-saxons et les pays d’Europe du Nord où les chiropraticiens travaillent en collaboration étroite avec le corps médical.

Les chiropraticiens cherchent à comprendre le corps dans toutes ses expressions et concentrent  leur attention sur l’intégrité du système nerveux en relation avec tous les autres systèmes chez la personne en bonne santé comme chez la personne malade. La colonne vertébrale et le système nerveux sont intimement liés. La moelle épinière est une véritable « autoroute de l’information nerveuse ». Un traumatisme, une mauvaise position, une alimentation déséquilibrée et le stress peuvent diminuer la mobilité des vertèbres et créer ainsi des interférences nerveuses, des tensions musculaires et des troubles organiques. Le chiropraticien corrige ces perturbations par des ajustements précis et indolores de la colonne vertébrale et d’autres articulations.

Moins d’effets secondaires et un meilleur système immunitaire

La chiropratique, très organisée à l’échelle mondiale, possède ses centres d’études dans lesquels des professionnels suivent des protocoles rigoureux afin de mesurer et de publier tout le bénéfice que peut retirer un patient des ajustements. Ces études « cliniques » ont montré par exemple, grâce à un prélèvement sanguin avant et après ajustement, que le taux de globules blanc dans le sang pouvait monter de 30% après un ajustement sur une zone comprise entre  la première et la quatrième dorsale. Les globules blancs étant parmi les cellules de défense de l’organisme les plus importantes.

D’autres études ont elles mis à jour d’autres bénéfices tangibles que des patients sous chimiothérapie pouvaient tirer des ajustements de la chiropratique, notamment en terme d’atténuation des effets secondaires comme la fatigue, les douleurs telles les névralgies,  les nausées ou les symptômes d’anorexie. Le rééquilibrage général de l’organisme permet d’effacer petit à petit les désagréments  qu’entraînent le traitement. Ce bénéfice indirect permet souvent de prolonger le traitement jusqu’au bout et dans de meilleurs conditions.

L’apport de la chiropratique se mesure également par une dimension toute subjective pour le patient mais non négligeable, le touché. En effet, les ajustements mettent le patient en position de recevoir une aide précise et douce à travers un corps en souffrance, angoissé et bouleversé dans son fonctionnement par les traitements. Toute information contraire, comme celle que le corps peut à nouveau être source de bien être ou de mieux être, aide concrètement à mieux vivre la maladie et  les traitements.

Contacts utiles

L’Association Française de Chiropratique met à disposition un annuaire national des praticiens diplômés au numéro indigo : 0 820 888 377 ou sur son site internet http://www.chiropratique.org

Si cet article vous a plu abonnez-vous à notre news letter !

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here