Le jardinage, une activité à hauts risques  

 

Les jardiniers s’exposent aux pesticides et engrais sans vraiment prendre de précautions tant cette activité est associée au plaisir, à la détente et au bonheur et faire son jardin ou potager. Grave erreur, les produits chimiques vendus aux particuliers contiennent les mêmes molécules actives que ceux utilisés dans l’agriculture intensive. Pour que le jardinage reste un plaisir sain, adoptez quelques bons gestes.

Les traitements à l’aide de pesticides sont trop fréquemment effectués alors qu’ils ne sont pas nécessaires, plus de la moitié des problèmes observés sur les cultures ne sont pas dus à des maladies ou des parasites mais à des excès d’irrigation ou des carences en éléments minéraux. Les produits utilisés ne sont pas toujours adaptés aux parasites ou à la maladie visés, les quantités apportées sont trop souvent excessives, surtout lorsque la surface à traiter est petite et les délais d’application de produit avant récolte ne sont pas toujours respectés.

L’utilisation de pesticides, même pour les géraniums du balcon, présente des risques pour la santé, mal utilisés, les pesticides sont dangereux. Par ailleurs, les effets à long terme de leurs résidus dans les fruits et légumes sont peu connus. Pour l’environnement : un excès de pesticides présente un risque de pollution de l’eau, est néfaste aux organismes utiles (abeilles, vers de terre…) et peut perturber les équilibres biologiques.

Vers une meilleure utilisation des produits au jardin

Les pesticides, qu’ils soient de synthèse ou naturels, ne sont jamais des produits anodins, c’est pourquoi il faut veiller à respecter un certain nombre de règles avant, pendant et après le traitement.

Traiter quand cela est nécessaire

Il convient toujours de n’intervenir qu’à bon escient pour éviter les traitements inutiles. Surveillez l’état des plantations et apprenez à reconnaître les symptômes causés par les maladies, les insectes et autres parasites. Privilégiez les techniques ne nécessitant pas de produit : désherbage manuel (binage, paillage), choix de variétés résistantes, ramassage, piégeage. ces pratiques peuvent vous éviter le recours trop facile ou erroné aux pesticides.

Bien choisir le produit

Achetez uniquement des produits portant la mention « emploi autorisé dans les jardins » délivrée par le ministère de l’agriculture et de la pêche, les produits ne comportant pas cette mention sont interdits pour les jardiniers amateurs.  Bien lire les étiquettes et préférer les produits donnant des indications adaptées aux jardins (dose d’application par m², conseils d’utilisation) et sous un conditionnement pratique. Evitez les produits multi-usages car leur emploi est rarement justifié. Achetez les produits chez un distributeur spécialisé susceptible d’apporter un conseil adapté. Avant chaque utilisation, prendre le temps de relire l’étiquette et la notice d’emploi.

Quelques conseils pratiques pour vous et l’environnement

Ne pas fumer, boire ou manger pendant la préparation et le traitement, portez des gants adaptés, une combinaison de travail et des bottes. Si l’étiquette le mentionne portez un masque et des lunettes, en fin de traitement, laver les bottes, les gants, les mains puis le visage, ranger les appareils de traitement et les produits dans un local fermé à clé, hors de portée des enfants et des animaux domestiques.

Evaluez exactement les surfaces ou nombres de plantes à traiter, préparer strictement la quantité nécessaire au traitement afin d’éviter les restes en fin de traitement, utiliser du matériel d’application adapté (ne pas utiliser l’arrosoir), appliquer le produit au bon moment : ne pas traiter en cas de forte chaleur, vent ou pluie, veiller à ce que le produit ne soit pas entraîné en dehors de la surface traitée, ne pas désherber chimiquement les zones imperméables (terrasses, dallages, bitume…), ni appliquer de produits à proximité des puits, caniveaux, fossés. S’il reste de la bouillie dans l’appareil, ne pas la jeter au fossé ou à l’égout : la diluer et l’appliquer sur la culture traitée, en fin de traitement, rincer l’appareil et appliquer les eaux de rinçage sur la culture. Lorsque le bidon est vide, le rincer au moins trois fois et utiliser les eaux de rinçage lors du traitement. Les produits périmés, interdits ou non utilisés ainsi que les emballages doivent être déposés dans des déchetteries (adresses disponibles dans les mairies) ou rapportés chez le distributeur lorsque cela est possible.

La fertilisation doit également être raisonnée

Les engrais ainsi que les fertilisants organiques (fumiers et composts), très riches en azote et en phosphore, sont trop souvent utilisés dans des quantités supérieures aux besoins réels des plantes.

Ces excès sont source de pollution de l’eau, notamment par les nitrates, ils altèrent la qualité des légumes et des fruits et fragilisent les plantes qui deviennent plus sensibles aux maladies (incitant à utiliser encore plus de pesticides!).

Il faut donc évaluer les besoins des plantations et limiter les apports de fertilisants au strict nécessaire. Les millions de jardiniers amateurs ignorent trop souvent l’impact des traitements chimiques sur l’environnement et la santé. Une méconnaissance qui contribue à la pollution du cadre de vie.

Mots clés : pesticides, engrais, pollution, effet cocktail, nitrates

Si cet article vous a plu abonnez-vous à notre news letter !

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.