Nutrition

Intolérance au gluten: 3 différents types d’intolérance, de la maladie à la sensibilité

Voici les 3 différents types d'intolérance au gluten, y compris la sensibilité au gluten non cœliaque

De nombreuses personnes évitent le gluten dans leur alimentation, mais pourquoi le gluten est-il un problème ? La sensibilité au gluten existe-t-elle ? Et si oui, quelle est la différence entre la maladie cœliaque et la sensibilité au gluten ? La sensibilité au gluten, ou sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC), est une véritable affection qui relève du terme générique  » intolérance au gluten « . Cet article présente les différents types d’intolérance au gluten, y compris la sensibilité au gluten non cœliaque.

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten est peut-être l’un des composés alimentaires les plus controversés et les plus mal compris. Bien qu’il soit souvent considéré comme une protéine unique, le gluten englobe un certain nombre de protéines appelées prolamines. Les prolamines sont présentes dans le blé, le seigle, l’orge et un croisement entre le blé et le seigle appelé triticale. Bien que ces céréales contiennent de nombreuses prolamines, la gliadine et la gluténine sont les principales prolamines du blé. Ces protéines sont résistantes à la digestion complète par les enzymes digestives qui résident dans le tractus gastro-intestinal (GI).

En effet, les enzymes produites par le pancréas, l’estomac et la bordure en brosse du tractus intestinal sont incapables de décomposer complètement les protéines à forte teneur en résidus de proline. La proline est un acide aminé, l’élément constitutif des protéines, qui est présent dans le gluten. La digestion incomplète de ces protéines permet de faire passer de grandes unités d’acides aminés appelées peptides à travers la paroi de l’intestin grêle. Ces fragments traversent la barrière intestinale et se déplacent vers d’autres parties du corps, où ils peuvent déclencher une réponse immunitaire inflammatoire chez les personnes sensibles. Il est important de noter que les protéines du gluten sont exceptionnellement résistantes à la digestion chez tous les individus, et pas seulement chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque, qui est une maladie auto-immune.

3 types d’affections liées au gluten

Le terme « intolérance au gluten » est un terme générique qui désigne trois grands types d’affections liées au gluten.

La maladie cœliaque

La maladie cœliaque est sans doute la pathologie liée au gluten la plus connue. Il s’agit d’une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire réagit aux protéines du gluten. Lorsque les personnes atteintes de la maladie cœliaque mangent du gluten, cela entraîne des lésions dans l’intestin grêle et provoque un large éventail de symptômes, dont la diarrhée, des douleurs abdominales et des ballonnements. Une exposition prolongée au gluten chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque peut entraîner une diminution de la densité minérale osseuse, une perte de poids importante, une anémie ferriprive, des convulsions, une faiblesse musculaire et d’autres symptômes graves. La prévalence varie dans le monde, certains pays connaissant des taux plus élevés que d’autres.

Les experts estiment que la maladie touche actuellement environ 1 à 2 % de la population Européenne et qu’elle est plus fréquente chez les femmes. La maladie cœliaque est également plus fréquente chez les personnes atteintes d’autres maladies auto-immunes, notamment le diabète de type 1. Les experts pensent que cette maladie est due à des facteurs à la fois génétiques et environnementaux. Les médecins recommandent généralement aux personnes atteintes de la maladie cœliaque de suivre un régime strict sans gluten.

Allergie au blé

Les personnes souffrant d’une allergie au blé ont une réaction allergique aux protéines présentes dans le blé. Ce type d’allergie est beaucoup plus fréquent chez les enfants, bien qu’il puisse également toucher les adultes. L’allergie au blé peut produire des symptômes graves, notamment l’anaphylaxie, qui est une réaction allergique pouvant mettre la vie en danger. Bien que la maladie cœliaque et l’allergie au blé soient toutes deux des affections graves, les mécanismes impliqués dans l’une et l’autre diffèrent. Par exemple, contrairement à la maladie cœliaque, l’allergie au blé peut être médiée par les immunoglobulines E (IgE). Cela signifie que les anticorps IgE spécifiques du blé se lient au blé, déclenchant ainsi la libération de composés inflammatoires, dont l’histamine. Les réponses immunitaires à médiation IgE sont immédiatesSource fiable et peuvent mettre la vie en danger. Une réponse peut également provenir de l’inhalation de blé, par exemple, lors de la cuisson avec de la farine de blé.

Sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC)

Certaines personnes ont des réactions au gluten même si elles ne souffrent pas de la maladie cœliaque ou d’une allergie au blé. Les experts qualifient ce type d’intolérance au gluten de NCGS. Selon une revue de 2019, la SGNC est beaucoup plus fréquent que la maladie cœliaque et peut toucher jusqu’à 13 % de la population. Comme la maladie cœliaque, la SGNC est plus fréquent chez les femmes.

Les personnes atteintes de la SGNC présentent des symptômes gastro-intestinaux, notamment des ballonnements, des gaz et des diarrhées, ainsi que des symptômes non gastro-intestinaux, tels que la fatigue, l’anxiété et les maux de tête. Ces symptômes s’atténuent souvent avec un régime sans gluten. Les experts pensent qu’il existe un lien entre les symptômes de la SGNC et une réponse immunitaire, bien que la cause précise fasse encore l’objet de controverses. La SGNC est plus fréquente chez les personnes atteintes de maladies auto-immunes.

Certains scientifiques suggèrent que d’autres composants du blé, et pas seulement le gluten, peuvent causer ou contribuer à la SGNC. Il reste encore beaucoup à apprendre sur la SGNC, et les scientifiques poursuivent leurs efforts pour mieux comprendre cette maladie. Si une personne présente les symptômes énumérés ci-dessus après avoir consommé du gluten, un médecin doit exclure la maladie cœliaque et l’allergie au blé avant de pouvoir diagnostiquer le NCGS.

Il n’existe actuellement aucun test permettant de diagnostiquer la SGNC, c’est pourquoi cette affection reste un diagnostic d’exclusion. Après un diagnostic de SGNC, une personne doit éviter le gluten en suivant un régime sans gluten. La sensibilité au gluten est un type d’intolérance au gluten.

La maladie cœliaque et l’allergie au blé sont d’autres affections liées au gluten, mais elles diffèrent de la SGNC à bien des égards. Si une personne présente des symptômes tels que la diarrhée, des ballonnements ou des maux de tête après avoir consommé du gluten, elle doit consulter un médecin pour effectuer des tests d’intolérance au gluten.

Articles similaires