Insomnie : les huiles essentielles qui agissent comme des somnifères naturels, par Pierre Franchomme

3987

30 à 40 % des français sont confrontés à l’insomnie à un moment ou à un autre de leur vie et 10  % sont atteint d’une forme sévère. Certaines huiles essentielles agissent telles de vrais somnifères naturels et vous aident à dormir à nouveau sur vos deux oreilles. Pierre Franchomme, spécialiste mondial de l’aromathérapie vous dévoile les HE à vertu sédative.

L’insomnie dégrade littéralement la vie de ceux qui en souffrent. Impossible de trouver le sommeil, de multiples réveils durant la nuit et au matin, la sensation de se lever fatigué  sans  avoir récupéré. La consommation de somnifères est à mettre en miroir de cette situation. En 2015, d’après l’ANSM près de 13,4% de la population française avait pris au moins une fois un produit contenant des benzodiazépines, la France se plaçant ainsi au deuxième rang des pays les plus consommateurs d’Europe derrière l’Espagne. Des médicaments aux substances potentiellement dangereuses d’ailleurs, dans son rapport, l’ANSM nous apprend que l’absorption de tranquillisants et de somnifères augmentent de 60 à 80% les risques d’accidents de la route et la prise prolongé de somnifères et d’antidépresseurs est reconnue pour être un facteur majeur de l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Insomnie : des nuits sans sommeil, des journées sous stress

Les causes principales de l’insomnie sont l’anxiété, la rumination ou un stress chronique qui chamboule les cycles naturels de l’endormissement et de la récupération. On parle d’insomnie chronique quand elle survient au moins trois fois par semaine pendant trois mois. L’insomnie se définit par la plainte d’un mauvais sommeil qui peut se traduire par :

– des difficultés d’endormissement,

– des éveils dans la nuit,

–  un réveil trop précoce le matin,

– la sensation d’un sommeil non reposant et non récupérateur.

Elle s’accompagne obligatoirement d’un retentissement sur la qualité de la journée : fatigue, « nervosité », irritabilité, troubles de la mémoire, difficultés de concentration, humeur fluctuante.

Les HE qui luttent contre l’insomnie

Les huiles essentielles sont des aides extrêmement efficaces pour retrouver des nuits paisibles et réparatrices.

Le passage de l’état de veille à celui de sommeil est réglé par une « horloge biologique » située dans le cerveau. Elle se déclenche, quelle que soit la saison, vers 22 heures, grâce à la sécrétion par la glande pinéale de l’hormone du sommeil, la valentonine.  Celle-ci a de multiples effets : diminution de la tension artérielle, du rythme cardiaque et de la respiration, d’où baisse de la tension d’oxygène sanguine, sans oublier la relaxation musculaire et la diminution de la vigilance.

A cette horloge s’adjoint un « interrupteur neuronal » situé dans l’hypothalamus, ce centre du sommeil émet un neurotransmetteur, le Gamma Amino Butyric Acid (GABA) qui a pour rôle d’éteindre le centre de l’éveil, situé lui aussi dans l’hypothalamus.

La phase d’endormissement ne demande normalement que de 5 à 10 minutes quand tout va bien.

En finir avec l’insomnie : une stratégie en trois points

Faciliter le sommeil sans dépendre des somnifères habituels demande ainsi une stratégie ciblée sur 3 points :

  1. La valentonine est le dernier élément d’une voie de synthèse débutant par le tryptophane. Durant la journée, les extraits de gentiane jaune et de millepertuis préservent le taux de sérotonine nécessaire à la synthèse, durant le soir et la nuit, de mélatonine – un puissant neuroprotecteur – précurseur de la valentonine.

Manger des noix et des noisettes au repas du soir est également bénéfique, car ces fruits gras contiennent naturellement cette substance.

  1. Les esters présents dans les huiles essentielles suivantes sont de bons sédatifs capables de réduire les états d’anxiété et les effets des stress, citons : la camomille romaine (Chamaemelum nobile) et plus particulièrement la camomille du Cap (Eriocephalus punctulatus) au parfum très agréable.

Les aldéhydes de la litsée citronnée (Litsea cubeba), de la mandarine verte (Citrus reticulata var. mandarine) et du yuzu (Citrus x junos) ainsi que de la vanilline naturelle, sont d’excellents calmants, via leur impact sur les récepteurs du GABA.

A appliquer sous forme de baume sur le haut de la poitrine, à l’aile du nez, et à respirer, selon les états de stress, au cours de la journée.

  1. Les alcools mono- et sesquiterpéniques dextrogyres, par voie olfactive, activent le système parasympathique cardiaque, d’où une diminution du rythme cardiaque et de la tension artérielle, et in fine de la tension d’oxygène sanguine nécessaire à l’endormissement, ainsi la respiration de « parfums thérapeutiques » à base d’huiles essentielles de bois tels que ceux de santal blanc (Santalum album), de genévrier de Virginie (Juniperus virginiana var. virginiana), de bois de rose d’Amazonie (Aniba rosaeodora).

Un ester d’alcool sesquiterpénique rarissime agit également comme hypnotique naturel : le farnésoate de méthyle du bois de Chypre (Cordia alliodora).

Une trace de ces huiles essentielles à l’orifice nasal suffit.

Les HE du sommeil : à préparer soi-même ou  se procurer des mélanges tout prêt

Préparer soi-même

Si vous souhaitez préparer vous même vos mélanges d’HE sédatives, a plupart des HE citées dans cet article sont disponibles sur le site pierrefranchomme-lab.

Les mélanges d’HE spéciales sommeil déjà tout prêt à l’emploi:

Une spécialité appelée AROMA DERM à la mandarine, contient les huiles essentielles de camomille romaine, camomille du Cap, litsée citronnée, mandarine verte, yuzu et de la vanilline naturelle facilitant l’endormissement.

Une spécialité appelée AROMA SENTEUR « Nuit paisible » est également disponible, elle contient les huiles essentielles de santal blanc, genévrier de Virginie, bois de rose d’Amazonie et bois de Chypre, spécialement conçue pour retrouver un sommeil réparateur.

Pierre Franchomme

Retrouvez les complexes d’huiles essentielles de Pierre Franchomme sur le site complementnature.com

Pierre Franchomme est une sommité dans le domaine des huiles essentielles médicinales. Véritable pionnier depuis les années 1975, il est notamment le découvreur de plusieurs huiles essentielles aujourd’hui incontournables telles que le ravintsara, le tea tree, l’eucalyptus radié, l’immortelle, l’inule odorante… Son immense travail de recherche a posé les bases de la pharmacologie aromatique, le conduisant à imposer la notion fondamentale de “chémotype” et à collaborer avec des organismes prestigieux : Institut Pasteur de Paris, Faculté de médecine de Toulouse, CNRS, et bien d’autres. Pierre Franchomme est également enseignant en Aromathérapie et fondateur de l’association humanitaire Aromathérapie sans frontières.