Infarctus, AVC : les symptômes qui doivent vous alerter

Infarctus, AVC
Infarctus, AVC

Infarctus, AVC, les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes en raison de maladies cardio-vasculaires que de toute autre cause. On estime à 17,7 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires, soit 31% de la mortalité mondiale totale. Parmi ces décès, on estime que 7,4 millions sont dus à une cardiopathie coronarienne et 6,7 millions à un AVC. Dès les premiers signes, vous devez consulter en urgence.

Il est fréquent qu’une maladie cardiovasculaire touchant les vaisseaux sanguins ne donne aucun symptôme. Un infarctus ou un AVC sont parfois le premier signe d’une maladie cardiaque sous-jacente. Les principaux facteurs de risques des cardiopathies et des AVC, sont une mauvaise alimentation, un manque d’activité physique, le tabagisme et l’usage nocif de l’alcool. Certains facteurs de risque peuvent encore aggraver les risques comme: l’hypertension, une hyperglycémie, une hyperlipidémie, le surpoids et l’obésité.

Les symptômes de l’infarctus

Un infarctus peut provoquer notamment les symptômes suivants:

– douleur ou gêne dans la partie centrale de la poitrine;

– douleur ou gêne au niveau des bras, de l’épaule gauche, des coudes, de la mâchoire ou du dos.

– difficultés à respirer ou un essoufflement,

– éprouver un malaise ou vomir,

– avoir des sensations vertigineuses ou s’évanouir,

– être prise de sueurs froides ou pâlir.

La probabilité de ressentir des difficultés respiratoires ou des nausées, de vomir ou encore d’éprouver une douleur à la mâchoire ou au dos, est plus forte pour les femmes.

Les symptômes de l’AVC

Le symptôme le plus courant d’un AVC est une sensation de faiblesse soudaine au niveau de la face, du bras ou de la jambe, le plus souvent sur un seul côté du corps.

Un AVC peut aussi provoquer l’apparition brutale des symptômes suivants:

– engourdissement de la face, du bras ou des jambes, en particulier d’un seul côté du corps;

– confusion, difficultés à parler ou à comprendre un discours;

– difficultés visuelles touchant un œil ou les deux;

– difficultés à marcher, étourdissement, perte d’équilibre ou de coordination;

– céphalées sévères sans cause connue et syncope ou perte de conscience.

Les personnes présentant ces symptômes doivent consulter immédiatement.

Les mesures de prévention à adopter qui marchent

Il est possible de prévenir la plupart des maladies cardiovasculaires en s’attaquant aux facteurs de risque comportementaux: tabagisme, mauvaise alimentation et obésité, sédentarité et utilisation nocive de l’alcool.

Cesser de fumer, réduire l’apport en sel dans son alimentation, consommer des fruits et des légumes, pratiquer une activité physique régulière et éviter l’usage nocif de l’alcool permettent de réduire le risque de maladie cardiovasculaire. En outre, le traitement du diabète, de l’hypertension et de l’hyperlipidémie peut s’avérer nécessaire pour diminuer le risque cardiovasculaire et prévenir les infarctus et les AVC.

 

Article précédentBisphénol A : il n’y en a plus dans le plastique mais c’est pas mieux
Article suivantAutisme : les bactéries intestinales en cause
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.