Hypertension : les bactéries buccales font monter la pression

Des chercheurs ont découvert un lien entre certains types de bactéries buccales et le risque d'hypertension

Les personnes souffrant d’hypertension présentent un risque accru d’accident vasculaire cérébral et de maladie cardiaque. Les chercheurs à l’origine d’une nouvelle étude ont découvert un lien entre certains types de bactéries buccales et le risque d’hypertension chez les femmes ayant connu la ménopause. Les chercheurs associent des bactéries spécifiques à la fois à la pression artérielle de base et au risque de développer une hypertension. L’étude est publiée dans le Journal of the American Heart Association.

Hypertension et microbiome

La pression artérielle est la pression du sang qui pousse contre la paroi des artères. Il est normal que la pression artérielle augmente et diminue au cours de la journée, mais si elle reste élevée, elle peut entraîner des problèmes de santé. Une personne souffrant d’hypertension est plus susceptible de subir un accident vasculaire cérébral ou de développer une maladie cardiaque. Cette affection touchant particulièrement les personnes âgées et les femmes.

Les chercheurs ont noté que, malgré l’existence d’approches fondées sur des données probantes pour prévenir et réduire l’hypertension, celle-ci est encore très répandue. C’est pourquoi la recherche se poursuit pour comprendre pourquoi les gens développent une hypertension et comment y remédier.

Selon les scientifiques, la relation entre le microbiome et le risque d’hypertension mérite d’être étudiée plus avant. Le microbiome est un ensemble de microbes, principalement des bactéries, qui vivent dans et sur le corps d’une personne. Les scientifiques trouvent de plus en plus de preuves que le microbiome joue un rôle dans le maintien d’une bonne santé. Il existe des preuves que le microbiome intestinal affecte le risque d’hypertension chez un individu. Dans la présente étude, cependant, les chercheurs se sont concentrés sur le microbiome oral et sa relation avec le risque d’hypertension.

Plus de 1 000 participants

Les chercheurs se sont appuyés sur l’étude Buffalo Osteoporosis and Periodontal Disease Study. Ils ont examiné les données de 1 215 femmes ayant connu la ménopause, âgées en moyenne de 63 ans lorsqu’elles se sont inscrites à l’étude entre 1997 et 2001. Lors de l’inscription des participantes, les chercheurs ont prélevé des échantillons de leurs bactéries buccales sous la ligne gingivale et ont mesuré leur tension artérielle. Ils ont également recueilli les antécédents médicaux des participants et enregistré les médicaments qu’ils prenaient.Au début de l’étude, 40 % des participants prenaient des médicaments contre l’hypertension. Environ la moitié des participants qui ne souffraient pas d’hypertension ou ne recevaient pas de traitement pour cette maladie au départ ont reçu un diagnostic d’hypertension et un traitement au cours du suivi moyen de 10 ans.

Lien entre les bactéries et l’hypertension

Après avoir analysé les échantillons de bactéries buccales, les chercheurs ont identifié 10 espèces qu’ils ont associées à un risque accru d’hypertension, allant d’une augmentation de 10 à 16 %. Les chercheurs ont également trouvé un lien entre cinq bactéries et un risque d’hypertension inférieur de 9 à 18 %. À l’exception de deux bactéries, ces résultats sont restés valables même lorsque les chercheurs ont pris en compte l’âge et d’autres facteurs de confusion liés au mode de vie et à la clinique.

Les mécanismes exacts par lesquels des bactéries orales spécifiques pourraient influencer la pression artérielle, pour le meilleur ou pour le pire, ne sont pas entièrement clairs. Les scientifiques émettent l’hypothèse que la capacité de certaines bactéries buccales à convertir le nitrate alimentaire en nitrite, qui est ensuite converti dans l’intestin en oxyde nitrique, une substance chimique puissante responsable de la relaxation et de la dilatation des artères, est une possibilité probable.

 

Par ailleurs, les bactéries buccales peuvent s’échapper de la bouche et se déplacer dans la circulation sanguine vers d’autres parties du corps. L’un de ces endroits où l’on a trouvé des bactéries buccales est la paroi artérielle, encapsulée dans des plaques d’athérome. L’athérosclérose entraîne un raidissement des artères, ce qui a pour effet d’augmenter la pression artérielle. Il est donc possible qu’il y ait un lien entre les bactéries buccales et l’athérosclérose artérielle.

« Bien sûr, il y a toujours la possibilité que notre découverte soit le fruit du hasard. Il sera important de savoir si d’autres études examinant cette question trouvent des résultats cohérents ou différents », a déclaré le professeur LaMonte.

Pour maintenir un microbiome buccal sain, il faut veiller à :

– se brosser les dents deux fois par jour avec un dentifrice fluoré
– utiliser quotidiennement du fil dentaire
– adopter un régime alimentaire sain en limitant les boissons et les en-cas sucrés
– consulter régulièrement un dentiste pour la prévention et le traitement des maladies bucco-dentaires.

Sources

Oral Microbiome Is Associated With Incident Hypertension Among Postmenopausal Women

Guideline for the Prevention, Detection, Evaluation, and Management of High Blood Pressure in Adults: Executive Summary: A Report of the American College of Cardiology/American Heart Association Task Force on Clinical Practice Guidelines

Report of the National Heart, Lung, and Blood Institute Working Group on the Role of Microbiota in Blood Pressure Regulation

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -