Les huiles essentielles pour assainir les voies respiratoires

Les élixirs floraux huiles essentielles
huiles essentielles

Lorsque l’hiver est froid et humide, les poumons et les sinus sont le repaire de nombreuses bactéries et virus, qui trouvent dans les mucosités respiratoires, le gite et le couvert à la fois. Nous allons voir quelles huiles essentielles permettent d’assainir ces mucosités.

Les huiles essentielles assainissantes respiratoires

En tout premier lieu, il est utile de désinfecter les bronches et les sinus. Généralement, l’infection respiratoire démarre dans les sinus et la cavité nasale. Il sera utile d’inhaler des huiles essentielles assainissantes telles que l’eucalyptus radiata ou l’eucalyptus globulus. Chez l’enfant, on préférera le premier eucalyptus cité, qui est plus doux. Cette inhalation peut être effectuée soit en mettant une goutte d’huile essentielle pure d’eucalyptus sous chaque narine, ou alors en mettant un peu de cette huile essentielle dans un diffuseur d’arôme.

Les huiles essentielles immunostimulantes respiratoires

On donnera aussi des immunostimulants; tels que le ravintsara ou le tea tree. Le premier cité est aussi un excellent antiviral, si bien qu’on le préférera au cas où le problème respiratoire est viral (angine virale par exemple) ou lorsque le trouble respiratoire s’accompagne d’état grippal. Le tea tree est une huile essentielle antibactérienne, utile en cas de troubles de type sinusite ou bronchite. Ces deux huiles essentielles ont l’avantage de ne pas être agressives et de pouvoir être employées même chez les enfant de moins de six ans.

Bouillon blanc et noisetier en complément des huiles essentielles

Ces huiles essentielles peuvent être prises en synergie avec des plantes à action pectorale ou régulatrice des muqueuses des bronches et des sinus. Citons tout de suite une plante remarquable, le bouillon blanc, qui rentre dans la composition de nombreux complexes de plantes respiratoires. Cette plante possède des propriétés expectorantes car elle active les cils des cellules des muqueuses bronchiques. Les cils en question renouvèlent les muqueuses et permettent l’évacuation des micropolluant qui encombrent les bronches.

Le noisetier en gemmothérapie est l’autre plante à conseiller. Ce bourgeon favorise le tonus des poumons y compris en cas d’insuffisance pulmonaire. On peut le conseiller y compris chez les personnes qui ont eu une maladie infectieuse pulmonaire grave, avec des séquelles de type asthme chronique ou insuffisance pulmonaire avec tendance obstructive.

N’oubliez pas la prévention

Vous pouvez ne pas attendre de vivre une infection pulmonaire pour prendre un traitement. Dans les traitements préventifs, le ravintsara sera très intéressant, car il stimule le système immunitaire et permet de mieux éviter l’installation d’agents infectieux. En complément, vous pouvez prendre un comprimé d’acérola, riche en vitamines C, le matin à jeun.

 

Alain Tardif

Naturopathe, président de l’Académie Européenne des Médecines Naturelles

créateur de produits à base de plantes et de champignons et auteur de nombreux livres

pour voir des fiches sur les plantes médicinales, vous pouvez aller sur notre site de botanique et de mycologie

 

Article précédentL’énergie des plantes pour traverser l’hiver
Article suivantSoignez vos douleurs articulaires apprenez à marcher
Avatar
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.