Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Guide des huiles essentielles

L’huile essentielle d’élémi : exotique et polyvalente

Aline Legrand

L’élémi, scientifiquement le Canarium luzonicum, est un arbre exotique originaire des Philippines. Il donne une oléorésine principalement utilisée dans la fabrication des laques et des vernis. En médecine naturelle, cette résine sert à produire des baumes ou onguents cicatrisants. En aromathérapie, la distillation des fleurs à la vapeur d’eau fournit une huile essentielle aux propriétés variées, intéressant plusieurs domaines.

Quelle est la composition de l’huile essentielle d’élémi ?

Elle contient principalement des :
  • monoterpènes : dont 60 % de limonène, alpha-phellandrène, sabinène, etc.,
  • alcools monoterpéniques : alpha-terpinéol, terpinène-4-ol,
  • alcools sesquiterpéniques : élémol,
  • phénylpropènes : comme l’élémicine.

Ses propriétés sont antiseptiques, cicatrisantes, expectorantes et décongestionnantes, immuno stimulantes, toniques digestives et anti-inflammatoires.

Pourquoi l’employer en aromathérapie ?

  • traiter des affections dermatologiques diverses : abcès, brûlures, ulcère variqueux, plaie, dermatose squameuse, escarres,
  • améliorer la posture et le confort musculaire : atténue les douleurs vertébrales et les contractions musculaires, débloque les cervicales. Au Moyen Âge, prescrite pour redresser un dos voûté ou une scoliose (efficacité jamais démontrée),
  • favoriser le confort digestif et intestinal : diarrhées, fermentations intestinales, amibiase, crampes digestives,
  • apporter du bien-être respiratoire : bronchite, toux, catarrhes pulmonaires,
  • participer à l’équilibre nerveux et émotionnel : asthénie nerveuse, surmenage, angoisse et agitation.

De quelle façon l’utiliser ?

  • voie orale : 1 à 2 gouttes mélangées à 1 cuillère à café d’huile d’olive ou sur un comprimé neutre. Prendre conseil auprès d’un thérapeute. Ne pas prolonger une cure au-delà de 5 à 7 jours.
  • voie cutanée : mélangée à une huile végétale de support, masser les zones concernées ou appliquer sur les lésions. Peut être ajoutée dans l’eau d’un bain en utilisant du bicarbonate de soude comme dispersant (1/4 de tasse).
  • voie respiratoire : inhalation sèche ou humide et diffusion atmosphérique.

Quelles précautions prendre ?

L’huile essentielle d’élémi est contre-indiquée durant la grossesse, l’allaitement et aux enfants.

Pour l’administration par voie cutanée, effectuer un test d’allergie 24 heures avant l’utilisation car le limonène est allergène.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques. Ne pas prolonger le traitement si aucune amélioration et consulter.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi