Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Guide des huiles essentielles

Huile essentielle de thym à feuilles de sarriette

Aline Legrand

Le thym à feuilles de sarriette, aussi appelé thym saturéoïde, est une plante odorante de la famille des Lamiacées. Elle prospère sur des sols caillouteux et pierreux. Son huile essentielle est extraite des parties aériennes fleuries. Sa coloration et sa qualité varient en fonction de la provenance de la plante : pureté de l’air, ensoleillement, nature du sol, altitude.

Quelles sont les substances actives de cette huile essentielle ?

Elle contient :

  • des alcools monoterpéniques : 25 à 30 % de bornéol, 10 % d’alpha-terpinéol, linalol, terpinène-4.ol,
  • des phénols : thymol et carvacrol,
  • des monoterpènes : comme le camphrène, l’alpha-pinène, le béta-pinène, le limonène,
  • des sesquiterpènes : exemple, du béta-caryophyllène,
  • un ester : acétate de bornyle,
  • des oxydes et cétones terpéniques : comme le thuyone.
Cette composition lui procure des propriétés toniques, anti-infectieuses et antiparasitaires. Elle est aussi emménagogue (effet sur le cycle menstruel), mucolytique, calmante, diurétique. Elle a des effets similaires à la cortisone (anti-inflammatoire).

Quelles sont les indications de l’huile essentielle de thym à feuilles de sarriette ?

Elle peut aider à :
  • tonifier l’organisme : asthénie physique, mentale, sexuelle, régulatrice immunitaire,
  • soutenir le système respiratoire : prévention et amélioration des infections chroniques, virales ou bactériennes,
  • soulager des parasitoses : gale, vers intestinaux,
  • agir contre les infections urinaires et vaginales : cystites, leucorrhées, prurit vulvaire,
  • calmer les lésions cutanées : plaies infectées, acné,
  • apaiser les rhumatismes : raideurs articulaires, arthrose, arthrite.

Comment se soigner avec cette huile essentielle ?

  • voie orale : sous contrôle médical (par exemple, 2 gouttes dans une cuillerée de miel ou d’huile ou sur un comprimé neutre, 3 fois par jour),
  • voie cutanée : 3 gouttes diluées dans une huile de support (15 % – 85 %) pour massage du dos, de la poitrine et des zones douloureuses ou application par compresse ou mélangée à un dispersant dans l’eau d’un bain aromatique.
  • voie respiratoire : en diffusion dans l’atmosphère ou inhalation à la vapeur au début des symptômes respiratoires.

Y a-t-il des risques à l’utiliser ?

Cette huile essentielle est dermocaustique et irritante pour les voies respiratoires. Elle contient des composants possiblement allergènes. Risque grave en cas d’ingestion pure ou de séances d’inhalation longues et sèches.

Elle est contre-indiquée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants et déconseillée aux personnes suivant un traitement à base de cortisone sans avis médical.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques. Ne pas prolonger le traitement si aucune amélioration et consulter.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi