Gueule de bois : les conseils pour l’éviter et la limiter

Gueule de bois

Vous appréciez la bière, les cocktails ou les bulles avec des amis, mais avant que vous vous en rendiez compte, la nuit se transforme en jour, et vous vous réveillez avec une terrible gueule de bois.  Quelques conseils peuvent vous aider à limiter la casse et la sensation qu’un troupeau de bisons vient de vous passer sous le scalp.

Environ 76% des adultes qui consomment de l’alcool ressentent les symptômes de la gueule de bois après une soirée alcoolisée, selon une étude publiée dans la revue scientifiques Addiction en 2008.

Les symptômes les plus fréquents de la gueule de bois comprennent: la fatigue, la déshydratation, le mal de tête, des douleurs musculaires, des étourdissements, tremblements, des battements de coeur plus rapides, et des désordres gastriques.

La gueule de bois est due à une réaction du système immunitaire et une réponse à l’inflammation orchestrées par le système nerveux central lorsque la concentration d’alcool dans le sang revient finalement à zéro. Le retour à l’absence d’alcool dans le corps est le moment où les symptômes de la gueule de bois sont à leur plus haut niveau. Voilà pour les informations scientifiques du processus, mais alors, que peut-on faire pour prévenir et traiter la gueule de bois?  Sans surprise, la consommation d’un grand volume d’alcool est un indicateur clair des risques de gueule de bois. Bien sûr, la meilleure façon de parer à une gueule de bois est de ne pas boire, ou de boire avec modération et d’être conscient des risques liés à la consommation abondante d’alcool.

 

Le type d’alcool consommé peut, à la marge, avoir un effet

 

Certaines études suggèrent que le type d’alcool que vous consommez peut influer sur la sévérité de votre gueule de bois, quoique légèrement, selon une petite étude publiée dans la revue Alcoolisme: recherche clinique et expérimentale en 2009.

 

Les composés associés à la fermentation de l’alcool, appelés congénères, substances issues de la fermentation alcoolique ou ajoutées pendant le processus de fabrication sont liés à l’augmentation des symptômes de la gueule de bois. On les trouve en plus grandes quantités dans des alcools bruns, comme le bourbon et le whisky, que dans les alcools blancs, comme la vodka ou les bières. Donc, une boisson alcoolisée brune pourrait entraîner une gueule de bois plus dure.

Conseils alimentaires pour limiter la gueule de bois et ses effets

Pour commencer,  soyez attentif à ce que vous buvez et mangez avant ou pendant une soirée. Vous le savez sûrement aussi, les experts recommandent de ne pas boire avec un estomac vide, ce qui  aggrave les symptômes de la gueule de bois.

La nourriture aide à ralentir la vitesse à laquelle votre corps absorbe l’alcool. Manger peut vous fournir quelques électrolytes supplémentaires et des liquides, ce qui va ajouter à votre niveau d’hydratation, diluer la concentration d’alcool et atténuer la gueule de bois.

De plus, l’alcool épuise les vitamines et les minéraux clés dans votre corps et peut nuire à l’absorption par votre corps de certains nutriments. L’alcool est lié dans certaines études à une baisse des niveaux de vitamine A, vitamines B, de  zinc, de potassium et d’autres nutriments clés. Mais manger les bons aliments peuvent jouer un rôle dans leur remplacement avant une soirée arrosée.

La vitamine A peut être trouvée dans les oeufs, la viande, le poisson et les légumes de couleur orange et jaune, tels que les patates douces. Les protéines, comme le poulet ou le poisson, contiennent des vitamines B. L’asperge est riche en zinc et une vitamine B appelée folate. Les protéines animales sont une bonne source de zinc, ainsi que des noix, des grains entiers et des haricots. Les avocats ou les bananes peuvent offrir un apport supplémentaire de potassium.

Il est également important de rester hydraté. Si vous vous réveillez avec une gueule de bois, il faut boire des quantités généreuses d’eau tout de suite. Il est recommandé également de boire un verre d’eau entre les boissons alcoolisées pour prévenir une gueule de bois. À son tour, cela peut vous aider à boire moins d’alcool et de diminuer la déshydratation.

Les solutions miracles ne marchent pas

« Prendre un verre de pastis au réveil élimine la gueule de bois » entend-on parfois.  C’est vrai et faux, en reprenant de l’alcool, la boisson va temporairement retarder la gueule de bois, mais quand le niveau d’alcool reviendra à nouveau à zéro, le corps va réagir de façon encore plus dure. Les mixtures à base d’oeufs crus, de piment ou autre « recette miracle » n’ont jamais fais leur preuve. Important aussi, les médicaments non plus ne fonctionnent pas, les experts mettent même en garde contre la prise de médicaments contenant de l’acétaminophène, tels que le Tylenol, qui peut causer des dommages hépatiques lorsqu’ils sont combinés avec de l’alcool.

Pour mémo, une personne en bonne santé élimine en moyenne 0,10 g d’alcool par heure. Ce qui signifie qu’au-delà de trois verres pour un homme et deux pour une femme, il faut une heure pour éliminer chaque verre consommé. Les seules vraies clés pour éviter et limiter les effets de la guerre de bois sont la modération, l’hydratation et l’alimentation.

Source

https://www.bmj.com/content/331/7531/1515

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.