Le plein de vitalité en hiver avec les graines germées par Anne Peradotto

graines germées

Ajouter des aliments vivants tels les graines germées à son régime alimentaire permet d’apporter des vitamines et des minéraux, mais aussi beaucoup de vitalité au travers des enzymes, qui vont venir faciliter la digestion et vous aider à passer l’hiver en pleine forme.

L’hiver arrive à grand pas : fruits et légumes frais de saison et de proximité ne seront bientôt plus qu’un souvenir jusqu’au printemps prochain… Or un apport de nourriture « vivante » est précieuse en toute saison. Un aliment « vivant » est plus qu’un aliment « cru » (qui est juste non cuit).

C’est aliment ayant été :

–           ni cuit ou cuit à très basse température (moins de 40°C),

–           non raffiné ou transformé, mis à part la germination ou la lacto-fermentation

–           et chaque fois que possible, boosté par une germination ou pré-germination (trempage)

Ces aliments sont principalement les fruits et légumes crus frais, les jus d’herbes, les graines germées, les oléagineux trempés, les légumineuses germées, les algues…

Une solution à la portée de tous se trouve dans les graines germées : facile à faire pousser chez soi sans être un jardinier chevronné, d’un coût modique, ce sont des aliments phares pour booster notre vitalité en hiver.

Le bénéfice de la consommation de graines germées

Consommer des graines germées est écologique (directement du producteur au consommateur !) et économique. Facile et  rapide à faire pousser, elles sont gustatives et décoratives. Et surtout, elles ont des vertus nutritionnelles exceptionnelles : haute concentration en vitamines, minéraux, oligoéléments, enzymes, protéines, chlorophylle et fibres, le tout très bio-disponible.

Pourquoi la graine germée a plus d’intérêt que la graine ?

Une graine (céréale, légumineuse ou oléagineux) possède des substances inhibitrices qui immobilisent les réserves de la graine (on peut citer l’acide phytique et les inhibiteurs de protéase). Ces substances indésirables pour la santé sont désactivées par le trempage qui précède la germination. D’ailleurs, il est tout à fait bénéfique de simplement faire tremper les céréales, légumineuses et oléagineux une nuit avant la consommation pour en faciliter la digestion et l’assimilation.Le processus de germination qui va suivre le trempage permet à la graine de constituer toutes les réserves en nutriments dont la plante aura besoin pour sa future croissance : des enzymes, des acides aminés issus de la transformation des protéines et aussi multiplication jusqu’à 10 fois la teneur en vitamines et oligo-éléments du grain.

Comment les consommer ?

Il est important de consommer les graines germées crues pour ne pas dénaturer les vitamines et enzymes qu’elles contiennent. Cependant, certaines graines légumineuses ou céréales conservent une enveloppe dure : une cuisson douce les rendra plus digestes. Les graines germées s’utilisent généralement en accompagnement des crudités, en tartine, dans un sandwich ou encore fabriquer du pain essene. On s’en sert également pour décorer et revitaliser les plats cuits : soupe, potage, purée, légumes…. Il est également possible de les ajouter à un jus de légumes frais : mettre une poignée de graines germées dans l’extracteur en plus des autres légumes.Etant donné la vitalité dont elles sont porteuses, les personnes sensibles ne doivent pas en consommer une trop grande quantité le soir.

Méthode de germination étape par étape

Le plus économique est d’utiliser un bocal en verre muni d’une gaze (attachée avec un élastique) ou faire des trous dans le couvercle. Ou encore acheter un germoir en boutique bio ou sur internet. Il existe aussi des « sac à germer » pour le voyage.

1-        Le trempage

Rincer soigneusement le bocal/germoir et le tamis à l’eau courante

Y verser 1 cuillère à soupe de graines, puis ajouter de l’eau pour les recouvrir largement.

Laisser tremper de 4 à 8 heures.

2-        La germination

Vider l’eau de trempage et rincer les graines : une écume mousseuse s’évacue (éléments indigestes). Si c’est un bocal, le déposer sur son égouttoir à 45°. Choisir une pièce aérée (cuisine par ex).

Rincer 2 fois par jour, matin et soir.

3-        La récolte

La récolte se fait après 5-6 jours en moyenne.

4-        La conservation

Conserver les graines germées au réfrigérateur, après les avoir bien rincées et égouttées, dans une boite hermétique.

Le temps de trempage et la durée de germination dépendent des graines choisies.

Attention aux graines dites « mucilagineuses » (basilic, cresson, lin, moutarde, roquette) qui ont un mode de pousse différent (1h de trempage et germoir spécifique où seules les racines sont au contact de l’eau).

Quelques précautions à prendre

Choisir des graines de qualité biologique et il est préférable d’utiliser de l’eau pure (eau de source ou filtrée).

Bien rincer les germes deux fois par jour pour éviter les moisissures.

La lumière doit être indirecte (éviter le plein soleil). Ne pas utiliser les graines de tomate, poivron, aubergine et rhubarbe (toxiques).

A vos bocaux !

Lancez-vous ! Vous pouvez commencer par des graines d’alfalfa qui sont faciles à germer et ont un goût peu prononcé. Puis aventurez-vous vers des graines de caractère avec des goûts plus particuliers…comme les graines d’ail par exemple, un peu plus longues à germer mais délicieuses sur un plat de pâtes à l’huile d’olive…

Pour en savoir plus, il existe de très nombreux sites internet et également des ouvrages intéressants. Mon préféré est « Les graines germées de A à Z », Carole DOUGOUD-CHAVANNE, Editions Jouvence.

Anne Peradotto, naturopathe
Praticienne de Santé Naturopathe, diplomée de l’école CENATHO (Daniel Kieffer, Paris, www.cenatho.fr), certifiée par la Fédération Française des Ecoles de Naturopathie (www.lafena.fr), membre des naturopathes de France (OMNES, http://www.omnes.fr/), formation continue.

www.je-vais-bien.fr

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.