Gel hydroalcoolique, désinfectant à tout va : le danger de créer des bactéries résistantes

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, les scientifiques et les gouvernements conseillent les populations sur les meilleures pratiques d’hygiène pour se protéger. Ces conseils ont provoqué une forte augmentation de la vente et de l’utilisation de produits de nettoyage et de désinfectants pour les mains. Malheureusement, ces instructions sont rarement accompagnées de conseils sur la manière de les utiliser de manière responsable ou sur les conséquences potentiellement catastrophiques d’une mauvaise utilisation.

Mais comme pour l’utilisation abusive des antibiotiques, l’utilisation excessive de produits de nettoyage et de désinfectants pour les mains peut entraîner une résistance antimicrobienne chez les bactéries. Les experts craignent que la surutilisation soudaine de produits de nettoyage et de désinfectants pour les mains pendant la pandémie n’entraîne une augmentation du nombre d’espèces bactériennes résistantes aux antimicrobiens que nous rencontrons. Cela mettrait à rude épreuve nos systèmes de santé, déjà en difficulté, et pourrait entraîner une augmentation du nombre de décès. De plus, le problème pourrait persister longtemps après la fin de la pandémie actuelle.

Des bactéries résistantes qui deviennent mortelles

Les antimicrobiens) sont importants pour notre santé. Ils nous aident à lutter contre les infections, en particulier lorsque notre système immunitaire est faible. Cependant, certains organismes (comme les bactéries) peuvent changer ou muter après avoir été exposés à un antimicrobien. Elles sont alors capables de résister aux médicaments conçus pour les tuer. Le nombre de souches résistantes augmente à mesure que l’utilisation et l’abus des antimicrobiens se répandent. Des infections qui étaient autrefois faciles à traiter deviennent aujourd’hui mortelles.

Comment fabriquer chez soi des bactéries résistantes et mortelles

Les processus qui conduisent à la résistance aux antimicrobiens sont nombreux et variés. L’une des voies est la mutation. Certaines mutations se produisent après que l’ADN de la bactérie a été endommagé.  La résistance aux antimicrobiens est directement associée à l’utilisation abusive de médicaments, tels que les antibiotiques. Le mauvais usage peut consister à ne pas suivre une cure d’antibiotiques ou à ignorer les intervalles entre les doses quotidiennes. Ces deux cas de figure peuvent augmenter les chances de survie et de multiplication des souches de bactéries les plus résistantes au sein d’une population.

Mais les bactéries peuvent également acquérir une résistance après l’utilisation inappropriée ou excessive de certains produits chimiques, notamment des agents de nettoyage. La dilution des agents d’assainissement, ou leur utilisation intermittente et inefficace, peut donner un avantage de survie aux souches les plus résistantes. Cela conduit finalement à une plus grande résistance globale.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Tout ce qui est « antimicrobien » peut augmenter la résistance des bactéries

Les « experts » d’Internet et des médias sociaux qui donnent des conseils sur la fabrication de désinfectants pour les mains faits maison qui, selon eux, peuvent tuer le virus, ne font qu’aggraver la situation. Pour la plupart de ces produits, rien ne prouve qu’ils sont efficaces. Ils ne tiennent pas non plus compte des effets indésirables éventuels de leur utilisation. Ce que nous savons, c’est que beaucoup de ces produits artisanaux contiennent des ingrédients, comme l’alcool, qui ont des propriétés antibactériennes en quantité suffisante. Tout ce qui est antibactérien a le potentiel d’augmenter la résistance aux antimicrobiens.

Parmi les ingrédients courants de nombreux produits de nettoyage et de désinfectants pour les mains, on trouve des alcools, des composés d’ammonium quaternaire, des phénols, du peroxyde d’hydrogène, des agents tensioactifs, du chlorure de benzalkonium et du triclosan. L’utilisation de certains de ces composés a déjà été liée à une augmentation de la résistance aux antimicrobiens. L’encouragement actuel des gouvernements à utiliser des produits contenant ces composés, sans avertissement clair sur les conséquences d’une mauvaise utilisation, doit être pris en compte.

Du savon pour les mains, des détergents pour les sols : ça suffit largement

Lorsque vous utilisez des désinfectants pour les mains et des produits d’entretien, traitez-les comme s’il s’agissait d’un médicament sur ordonnance. Lisez attentivement les instructions, car toute déviation peut les rendre inefficaces. Évitez de diluer ou de combiner des produits déjà préparés avec d’autres. Ne fabriquez pas des produits d’hygiène et de nettoyage maison. Le savon pour les mains suffit et les détergeant courant font merveille pour nettoyer les sols et surfaces de la maison.

Nos tentatives de nous protéger contre COVID-19 peuvent également créer un environnement où des micro-organismes encore plus résistants aux antimicrobiens peuvent apparaître. La résistance aux antimicrobiens cause déjà plus de 700 000 décès par an dans le monde entier, il est important que nous agissions avec prudence pour éviter tout impact supplémentaire.