Fruits et légumes frais réparent les poumons des anciens fumeurs

fruits et legumes

Une alimentation riche en pommes et en tomates peut contribuer à réparer les poumons dès l’arrêt de la cigarette. Et pour les tomates, l’effet protecteur est même plus marqué: le fruit ralentirait le déclin naturel de la fonction pulmonaire chez tous les adultes.

Cette étude de la John Hopkins Bloomerg School of Public Health va peut-être rendre le sourire à de nombreux ex-fumeurs. Car elle montre que le simple geste d’adopter le «5 fruits et légumes par jour» peut considérablement améliorer les capacités pulmonaires, qui commencent à décliner dès l’âge de 30 ans.

Fruits et légumes frais protecteurs de la fonction respiratoire

L’équipe de recherche a évalué le régime alimentaire et la fonction pulmonaire de plus de 650 adultes en 2002, puis 10 ans plus tard. Les participants de trois pays européens – l’Allemagne, la Norvège et le Royaume-Uni – ont rempli des questionnaires évaluant leur régime alimentaire et leur apport nutritionnel global. Ils ont également subi une spirométrie, afin de mesurer la capacité des poumons à absorber l’oxygène.

Les résultats révèlent que les adultes qui mangeaient en moyenne plus de 2 tomates ou plus de 3 portions de fruits frais (pommes en particulier, bananes dans une moindre mesure) par jour avaient un déclin plus lent (80 ml en moyenne sur 10 ans) de la fonction pulmonaire, comparativement à ceux qui mangeaient moins d’une tomate ou moins d’une portion de fruit par jour, respectivement.

Les chercheurs ont aussi évalué d’autres sources alimentaires telles que les plats et les aliments transformés contenant des fruits et des légumes (par exemple la sauce tomate), mais l’effet protecteur n’a été observé que dans les fruits et légumes frais et serait lié à leur apport en antioxydants spécifiques, à mieux déterminer.

Les tomates protègent plus la fonction respiratoire et les poumons des anciens fumeurs

La publication, qui est apparue dans le European Respiratory Journal, émane de l’étude ALEC (Ageing Lungs in European Cohorts), financée par la Commission européenne et dirigée par l’Imperial College of London. Ses observations vont également plus loin.

Elle a ainsi constaté un déclin plus lent de la fonction pulmonaire chez tous les adultes, incluant ceux qui n’avaient jamais fumé et les ex-fumeurs, avec la plus forte consommation de tomates. Une découverte d’autant plus intéressante, que la mauvaise fonction pulmonaire a été liée aux risques de mortalité de plusieurs maladies, telles que la bronchopathie chronique obstructive (BPCO), les maladies cardiaques et le cancer du poumon.

Pour les auteurs, cette étude suggère que manger plus de fruits sur une base régulière peut aider à atténuer le déclin pulmonaire à mesure que les gens vieillissent, et pourrait même aider à réparer les dommages causés par le tabagisme. Le régime alimentaire pourrait donc devenir un moyen de lutter contre l’augmentation du diagnostic de BPCO partout dans le monde.

Garcia-Larsen et al. Dietary antioxidants and 10-year lung function decline in adults from the ECRHS surveyEuropean Respiratory Journal, 017: 1602286.