Framboises, fraises, myrtilles, mûres: d’extraordinaires alliés pour la santé

Les fruits rouges commencent à arriver sur les étales des marchés. Une occasion en or de profiter non seulement du goût exquis de ces baies délicieuses, mais aussi de leurs nombreux bénéfices pour la santé.  Que ce soit les fraises, les framboises, les myrtilles ou les mûres, certaines molécules présentes dans ces fruits délicieux exercent de multiples activités anticancéreuses qui peuvent contribuer à la prévention de cette maladie.

Bloque les facteurs de progression du cancer

On sait maintenant que pour progresser, les tumeurs doivent absolument acquérir un nouveau réseau de vaisseaux sanguins qui leur permet d’avoir accès à l’oxygène et aux éléments  nutritifs qui sont essentiels au maintien de leur croissance. Pour y arriver, les cellules cancéreuses relâchent des messages chimiques qui attirent les cellules des vaisseaux sanguins présents à proximité et les forcent à se diriger vers elles pour donner naissance à de nouveaux vaisseaux.  Étant donné que toutes les tumeurs sont très dépendantes de leur énergétique, le blocage de ces nouveaux vaisseaux sanguins représente donc une arme de choix pour les empêcher d’acquérir la force nécessaire à leur croissance et ainsi les maintenir dans un état microscopique et inoffensif.  Autrement dit, il est possible de prévenir la croissance des tumeurs en les soumettant à un régime très strict !

Les fruits rouges: des armes de pointe contre le cancer

Les fraises, framboises, bleuets et mûres ne sont pas que des fruits délicieux, ils sont également des sources alimentaires de plusieurs polyphénols, notamment l’acide ellagique et la delphinidine, deux molécules qui bloquent l’angiogenèse. Les travaux de recherche réalisés au cours des dernières années ont montré que ces deux molécules interfèrent avec ce processus en bloquant l’activité de protéines essentielles à la migration des cellules des vaisseaux sanguins vers les tumeurs.  En bloquant la fonction de ces protéines, l’acide ellagique et la delphinidine empêchent donc les cellules des vaisseaux de participer à la formation du nouveau réseau sanguin à proximité des tumeurs et, par conséquent, les privent de leur approvisionnement en oxygène et en molécules nutritives. Puisque tous les cancers sont absolument dépendants de cet apport sanguin, on peut donc considérer l’acide ellagique et la delphinidine comme des agents de prévention extrêmement importants, capables de freiner le développement d’un large éventail de cancers.

Des fruits rouges à tous les desserts

Les petits fruits étant les seules sources alimentaires qui permettent un apport important en acide ellagique et en delphinidine, il va de soi que la consommation régulière de ces aliments est un préalable pour pouvoir profiter de leurs bienfaits sur la prévention du cancer. L’acide ellagique est présent en grandes quantités dans les fraises, les framboises et les mûres alors qu’on retrouve la delphinidine surtout dans les myrtilles et les mûres. La présence simultanée d’acide ellagique et de delphinidine dans les mûres est particulièrement intéressante et fait de ces petits fruits de précieux alliés dans la lutte au cancer.  Il existe de multiples façons d’apprêter les petits fruits. Que ce soit nature, en mousse, ajoutés à des yogourts ou encore sous forme de confitures, ces fruits sont toujours un véritable délice. Si vous désirez profiter le plus souvent possible des propriétés anticancéreuses des molécules associées aux petits fruits, il est même possible de les congeler pour utilisation ultérieure, car les molécules anticancéreuses qui leur sont associées résistent bien à la congélation.