Faire 3 min d’exercice pourrait augmenter votre longévité

Vous ne pensez peut-être pas que le fait de marcher à toute vitesse pendant deux minutes pour arriver à l’heure à votre vol ou de monter quatre étages dans un parking améliore votre santé, mais selon une nouvelle étude, de brèves périodes d’activité physique comme celles-ci sont liées à une réduction importante du risque de décès.

L’équipe internationale de scientifiques à l’origine de cette nouvelle étude, publiée dans Nature Medicine, a baptisé ces périodes d’activité « activité physique de style de vie intermittente vigoureuse « . À l’aide des données de 25 241 personnes de la UK Biobank ayant indiqué ne pas pratiquer une activité physique ou un sport durant leur temps libre, les scientifiques ont cherché à savoir si l' »activité physique de style de vie intermittente vigoureuse  » était associée à des changements dans la mortalité toutes causes confondues ou la mortalité due aux maladies cardiovasculaires et au cancer chez ces personnes qui ne font pas d’exercice.

3 minutes sont assez suffisantes de rendre votre vie plus longue et épanouie.

Demander aux participants d’estimer leurs séances d’activité physique intense serait, au mieux, problématique. Comment se souviendraient-ils ou caractériseraient-ils correctement le fait de monter des escaliers, de déplacer des meubles ou de pelleter de la neige en tant que « activité physique de style de vie intermittente vigoureuse  » ? Heureusement, les 25 241 sujets portaient tous un accéléromètre, de sorte que les chercheurs ont pu voir ces séances d’activité physique se refléter clairement dans les données.

Après avoir suivi les participants pendant une durée moyenne de 6 à 9 ans, les chercheurs ont constaté que les participants qui effectuaient en moyenne trois de ces séances d’activité physique intense par jour, chacune ne durant qu’une ou deux minutes, présentaient une réduction de près de 40 % de la mortalité due à toutes les causes et au cancer. Ainsi qu’une réduction d’environ 50 % de la mortalité due aux maladies cardiovasculaires, par rapport aux personnes qui n’en faisaient pas du tout. Le fait d’effectuer un plus grand nombre de ces séances d’activité physique chaque jour était lié à une réduction supplémentaire du risque, bien que les avantages s’amenuisent lorsque la durée quotidienne totale des séances dépasse 12 minutes environ.

« Les personnes pour qui l’exercice structuré n’est pas attrayant ou n’est pas réalisable peuvent envisager d’introduire des périodes brèves, mais régulières d’activité physique intense dans leur routine quotidienne », ont commenté les chercheurs. L’utilisation d’accéléromètres pour mesurer l’activité physique a été un atout particulier de l’étude. L’alternative – les données autodéclarées – est facilement biaisée par une mauvaise mémoire.

Est-ce vraiment le cas ?

Toutefois, ces travaux méritent un certain scepticisme. Si l’effet rapporté par les chercheurs est probablement réel, il n’est peut-être pas aussi stupéfiant que celui rapporté pour la personne moyenne. N’oubliez pas que la réduction de la mortalité est comparée à celle de personnes presque totalement inactives, et qu’il est donc très possible que ces personnes aient eu des problèmes de santé sous-jacents non signalés.

Les chercheurs affirment qu’ils ont tenu compte d’un grand nombre de variables confusionnelles, notamment l’âge, le tabagisme, l’alcool, la durée du sommeil, la consommation de fruits et de légumes, les antécédents parentaux de maladies cardiovasculaires et de cancer, et la prise de médicaments. Cependant, ils ne peuvent pas exclure la possibilité d’un lien de causalité inverse, c’est-à-dire que les personnes déjà en bonne santé sont peut-être plus susceptibles de faire des exercices intenses. En d’autres termes, la flèche de la causalité pourrait pointer dans l’autre sens.

Néanmoins, les résultats vont dans le sens d’essais plus contrôlés sur l’activité physique intermittente de haute intensité, qui consiste à faire de l’exercice vigoureux pendant de très brèves périodes entrecoupées de courtes pauses, d’une durée de 10 à 15 minutes par jour. Ce type d’exercice permet d’obtenir les mêmes bénéfices qu’une activité physique modérée de plus longue durée.

Alors, allez-y, prenez les escaliers au lieu de l’ascenseur. Faites du jogging depuis votre voiture jusqu’au restaurant plutôt que de marcher. Ce surcroît d’activité ne peut pas faire de mal, et il pourrait même réduire votre risque de décès.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.