Evitez l’infarctus et l’hypertension: mangez à heure fixe

Ce que l’on mange est aussi important que quand on le mange. L’American Heart Association (AHA) attire l’attention sur l’importance de l’horaire et de la fréquence des repas dans la prévention des maladies cardiovasculaires comme l’infarctus.

Les schémas alimentaires ont fortement évolué ces dernières années, avec une prise de nourriture en dehors des repas qui va en augmentant. Ainsi, aux États-Unis, en 35 ans, la part de l’énergie puisée dans les repas est passée, chez la femme adulte, de 82 à 77%. Et ce alors que l’apport énergétique du grignotage a grimpé, de 18 à 23% durant la même période. Le phénomène touche aussi les hommes. Les 3 repas traditionnels (petit-déjeuner, repas de midi et du soir) n’ont plus autant la cote, ce qui reflète des changements sur la façon de manger. La proportion de personnes qui font l’impasse sur l’un des repas principaux a augmenté, tout comme le grignotage.

Grignotage: bésité, hypertension et inflammation en hausse

L’AHA tire la sonnette d’alarme sur cette évolution. L’organisme met en avant les nombreux effets sur les marqueurs de santé cardiaques de cette évolution des habitudes alimentaires, dont: l’obésité, le profil lipidique, la résistance à l’insuline et la pression sanguine.

La relation entre les horaires alimentaires et l’horloge interne est aujourd’hui de mieux en mieux documentée. Chez l’animal, par exemple, le fait d’être nourris pendant une période d’inactivité (comme le sommeil) entraîne une réinitialisation de l’horloge interne qui altère le métabolisme des nutriments, résultant en:

– une prise de poids plus importante,

– une résistance à l’insuline,

– et de l’inflammation.

3 repas par jour et à heure fixe

L’AHA souligne notamment les conséquences fâcheuses de sauter le petit-déjeuner, notamment sur les lipides sanguins, la pression sanguine et le poids. Elle insiste sur l’importance d’un horaire régulier de repas, ainsi que du contexte lié à l’acte de manger. Il s’agit de prendre conscience de ce que l’on mange et de quand on le mange.

Source

St-Onge M.P., et al : Meal Timing and Frequency: Implications for Cardiovascular Disease Prevention: A Scientific Statement From the American Heart Association. Circulation

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.