On en parle

Est-il dangereux de laisser une bouteille de gel hydroalcoolique dans la voiture ?

Est-il dangereux de laisser une bouteille de gel hydroalcoolique dans la voiture ? De nos jours, le gel hydroalcoolique est l’un des articles d’hygiène personnelle les plus utilisés, avec les masques faciaux. Ces gels sont fabriqués à partir d’alcool, et c’est précisément là qu’une question se pose : est-il possible que cet élément de nettoyage puisse provoquer des incendies lorsqu’il est conservé à des températures élevées comme celles d’une voiture garée au soleil ?

Certains experts ont donné leur avis, voyons ce qu’ils en disent.

Est-il vraiment possible de provoquer un incendie ?

Étant composé d’alcool, c’est certainement un produit inflammable, mais il est également vrai que les chances sont très faibles et qu’il nécessite certains facteurs spéciaux, de sorte qu’il n’est pas possible qu’il s’enflamme tout seul, car de toute façon une étincelle est nécessaire pour activer le processus d’auto-combustion. Reinaldo Bazito, professeur à l’Institut de chimie de São Paulo au Brésil, déclare que « Il ne faut vraiment pas considérer comme un risque de laisser de petites bouteilles dans la voiture tant qu’elles sont bien fermées et à l’abri de la lumière directe du soleil. Cependant, laisser une bouteille de 500 ou 1000 ml sur le tableau de bord de la voiture en plein soleil n’est pas une bonne idée, mais il est très peu probable qu’elle aille jusqu’à de tels extrêmes, ce n’est pas quelque chose qui s’enflammera tout seul.

L’expert a ajouté que, pour qu’un flacon ordinaire de gel antibactérien commence à brûler sans raison apparente, il doit avoir une source d’inflammation ou atteindre au moins 363° C, une température qui n’est pas atteinte dans une voiture exposée au soleil. Il est possible que l’alcool génère quelques vapeurs inflammables, mais une étincelle ou une flamme est toujours nécessaire pour qu’il brûle.

L’effet de loupe

Guillaume Dayma, professeur de chimie à l’Université d’Orléans, chercheur à l’Institut de la combustion, de l’aérothermie, de la réactivité et de l’environnement du CNRS, déclare : « Si une paire de lunettes avait un effet de loupe sur le flacon de gel antibactérien, alors l’auto-inflammation pourrait se produire, mais c’est une hypothèse très peu probable ».

En conclusion, un incendie causé par un gel antibactérien à l’alcool est plus qu’improbable. C’est un cas qui ne peut se produire que dans des circonstances très spéciales et difficiles, même si, compte tenu de l’inflammabilité de cette substance en général, il vaut mieux être prudent et éviter de la laisser en contact avec la lumière du soleil.

Articles similaires