Est-ce vrai que la ménopause précoce pourrait engendrer des problèmes cardiaques ?

La ménopause est dite « prématurée » quand elle survient avant l’âge de 50 ans. L’arrêt définitif des menstruations combiné à l’incapacité des ovaires à produire des hormones a de nombreux effets sur le corps de la femme et sur sa santé en général. Doit-on s’inquiéter des problèmes cardiaques en cas de ménopause précoce ? Une étude menée par le Korea University College of Medicine, à Séoul, a permis de répondre à cette question.

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de la ménopause précoce.

Le facteur génétique :

Une ménopause précoce peut être une anomalie héréditaire. Si votre mère, votre sœur, tante ou grand-mère ont souffert de ce phénomène, il se peut que cela vous arrive également. Le facteur génétique concernerait 20 % des cas. C’est-à-dire que la ménopause qui arrive plus tôt que la normale peut être causée par des maladies ou des mutations génétiques. Les femmes les plus sujettes sont celles atteintes du syndrome de l’X fragile. Bien que vous ne souffriez pas de ce syndrome, il ne faut pas écarter l’éventualité d’une mutation pouvant affecter les ovaires. Même chose pour les femmes qui souffrent du syndrome de Turner qui affecte les ovaires.

La thyroïdite ou la maladie d’Addison :

La thyroïdite ou la maladie d’Addison peut ainsi expliquer une insuffisance ovarienne prématurée. Dans les deux cas, l’organisme attaque les cellules qui contiennent l’ovocyte et les empêchent de fonctionner correctement.

Le tabagisme :

Méfiez-vous pareillement du tabac et des perturbateurs endocriniens. Le tabagisme passif ou actif expose à certaines toxines affectant la réserve de follicules ovariens. D’où les symptômes de la ménopause qui se présentent plus tôt que prévu.

La chimiothérapie et/ou la radiothérapie :

Les traitements du cancer, tout comme les toxines, affectent le code génétique des cellules ovariennes. Selon le type de traitement, la dose de radiation reçue, l’âge de la femme atteinte de la maladie ou la zone du corps concerné, il est donc possible que la personne qui soit passée par la radiothérapie ou la chimiothérapie souffre d’une ménopause avant la cinquantaine.

Les causes psychologiques :

L’hypophyse et l’hypothalamus contrôlent les sécrétions hormonales ainsi que le fonctionnement des ovaires. Un cas de hausse du taux de l’Hormone folliculo-stimulante ou FSH peut par conséquent révéler une paresse des ovaires. Pour une femme de plus de 40 ans, il est ainsi possible qu’un choc psychologique soit à l’origine d’une ménopause prématurée.

Les statistiques des femmes ayant une ménopause précoce en France.

La ménopause précoce se manifeste par l’absence des règles durant 4 mois de suite. Elle affecte 1 femme sur 10 000 avant la vingtaine. 1 femme sur 1000 avant la trentaine et 1 femme sur 100 avant la quarantaine. Ce phénomène ne rend pas à néant la possibilité de tomber enceinte pour autant. En effet, une grossesse spontanée est possible chez 3 à 5 % des femmes touchées par la ménopause précoce.

Quelles sont les conséquences de la ménopause précoce sur les femmes ?

Mis à part l’impossibilité de tomber enceinte, l’insuffisance ovarienne prématurée peut ne pas présenter de symptôme du tout chez certaines femmes. Elle peut donc être indétectable, surtout si la personne n’a pas l’intention de tomber enceinte. La perturbation du cycle menstruel figure parmi les symptômes de ménopause précoce la plus connue. Ensuite, des manifestations similaires à la ménopause naturelle peuvent survenir. Pour les symptômes dits transitoires, on peut constater des maux et gênes inexpliqués. À savoir : maux de tête fréquents, bouffées de chaleur, suées nocturnes, insomnie, sensation de fatigue constante, douleurs articulaires, irritabilité, etc.

Il existe également des symptômes plus durables qui peuvent s’installer : sécheresse vaginale, cystites à répétition, envies fréquentes d’uriner… Dans le cas où ces symptômes persistent, il est fortement recommandé de consulter un spécialiste. Il existe d’ailleurs des traitements naturels de la ménopause précoce en mesure d’atténuer l’intensité des symptômes. Certaines plantes ont déjà fait leurs preuves comme le ginseng, le trèfle rouge ou l’igname sauvage. De nombreuses femmes ont aussi opté pour la médecine douce pour apaiser les symptômes désagréables.

La ménopause précoce augmente-t-elle le risque de problèmes cardiaques ?

On sait notamment que chez les femmes, les maladies cardiovasculaires surviennent environ jusqu’à 10 ans plus tard. En effet, les œstrogènes participent à la protection du système cardiovasculaire. Par conséquent, lorsque le taux d’œstrogène commence à baisser, les femmes deviennent plus vulnérables aux maladies cardiovasculaires.

La Société européenne de cardiologie, European Heart Journal a mené une étude sur les liens entre la ménopause précoce et les problèmes cardiaques. Ce phénomène qui toucherait 1 % des femmes serait associé à des risques élevés d’insuffisance cardiaque ainsi que de fibrillation auriculaire. Cette étude a été portée sur plus de 1,4 million de femmes autour de 60 ans. Elle a révélé que plus l’âge de la femme ménopausée est jeune, plus les risques sont élevés. Par conséquent, si les symptômes se présentent tôt, l’arrêt du tabac et la pratique d’exercices physiques sont fortement recommandés afin de réduire les risques.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -