Les effets négatifs de la lumière bleue sur le sommeil

Comme pour chaque fonction corporelle, le sommeil demande une certaine préparation physiologique pour garantir un repos de qualité. Cette préparation est en grande partie faite par une hormone appelée « mélatonine », qui est responsable, entre autres, de la régulation des rythmes chronobiologiques.

Sa sécrétion permet donc de mettre le corps en phase de sommeil, ce métabolisme ne se fait généralement pas seul et est favorisé par plusieurs facteurs et conditions comme la fatigue, la faim et plus principalement le manque de lumière (d’où la facilité à dormir la nuit, qui est elle-même due à l’adaptation de l’humain à son environnement).

Or nous vivons dans un monde où la lumière est présente partout, de manière quasi-inévitable sous la forme de téléphones ou de télévisions pour ne citer que ces deux appareils.

La lumière bleue trouble le sommeil

La lumières est l’un des principaux facteurs des troubles du sommeil, mais c’est plus précisément la « lumière bleue » qui est la plus nocive, cette lumière bleue représente la partie du spectre lumineux où les longueurs d’onde sont les plus petites (plus intenses) et qui ont donc le plus d’impact sur les neurotransmetteurs responsables du sommeil.

L’explication simple de ce phénomène est que le cerveau se fait induire en erreur par l’afflux lumineux, le faisant donc croire qu’il fait encore jour et qu’il doit se maintenir éveillé et actif alors qu’il devrait être en train de métaboliser d’autres hormones pour suivre son horloge biologique quotidienne, car tous les métabolismes se suivent et sont étroitement liés, le dysfonctionnement de l’un d’entre eux impactera les autres.

Pas d’écran 30 min avant de se coucher

Vous le savez probablement, l’être humain passe de plus en plus de temps sur les écrans, au point d’en être dépendant (travail, applications utiles etc) ou accro (réseaux sociaux, jeux etc), ce nouveau mode de vie paraît inoffensif à première vue mais peut avoir de graves répercussions sur notre santé, à commencer par le sommeil justement. La présence de lumière ralentit, voire empêche la sécrétion de la mélatonine, il suffit juste d’une source lumineuse aussi petite que celle d’un smartphone pour nuire à ce procédé chimique. Par besoin d’intensité lumineuse, les smartphones sont généralement dotés d’un écran LED, dont la technologie se base sur les lumières bleues.

Il existe des modes de fonctionnement des écrans qui réduisent l’émission de la lumière bleue, mais il est toutefois préférable d’éviter ces appareils au moins 30 minutes avant de vous mettre au lit afin de vous garantir un sommeil de qualité.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.