Dysfonction érectile: Plus on regarde de porno, plus on a de panne lors d’un rapport

Une enquête révèle que plus de 50 % des personnes souffrant de troubles de l’érection lors de rapports sexuels sont des grands consommateurs de pornographie.

Il peut y avoir un usage raisonné des films pour adultes. Par exemple, regarder des films à caractère sexuel peut parfois être utile : Cela peut aider les personnes qui sont anxieuses à propos de leur sexualité à dépasser leurs appréhensions. De plus, si on les regarde en couple, dans des conditions mutuellement acceptables, cela peut améliorer l’intimité du couple. Cependant, selon une nouvelle étude présentée le 16 juillet 2020 lors du congrès virtuel de l’Association européenne d’urologie (EAU), trop de pornographie regardée peut entraîner des problèmes d’érection. La dysfonctionnement érectile (DE): se produit lorsque les hommes ont du mal à obtenir et à maintenir une érection.

Plus le porno est regardé, plus le pourcentage de dysfonctionnement érectile augmente

L’étude est le résultat d’une enquête menée auprès de 3 267 hommes qui ont répondu à 118 questions sur leurs habitudes sexuelles. Telles que la masturbation, la fréquence à laquelle ils regardent du porno et l’activité sexuelle avec leurs partenaires. L’équipe de recherche a constaté qu’en moyenne, tous les participants regardaient du porno pendant environ 69 minutes par semaine.

Lorsqu’ils ont comparé cette quantité de pornographie regardée avec les expériences de DE, ils ont constaté que parmi les personnes de moins de 35 ans qui regardaient 300 minutes par semaine, 30 % avaient des DE, contre 10 % pour celles qui regardaient moins de 30 minutes. Dans le groupe des 35 à 45 ans qui regardent 300 minutes de pornographie par semaine, 40 % ont des difficultés érectiles. Cependant, en général, seuls 5 % des participants regardent 300 minutes ou plus.

Résultats surprenants sur les jeunes hommes et les DE

Les chercheurs ont constaté une ligne de tendance négative entre le temps où ils regardaient du porno et la fonction érectile lors de relations en couple. Soixante-cinq pour cent ont trouvé le sexe avec un partenaire plus excitant que le fait de regarder de la pornographie. Mais 23 % d’entre eux éprouvent des difficultés érectiles lors du rapport.

La dépendance au porno liée à une augmentation des dysfonctions érectiles

L’équipe a également vérifié l’association entre les troubles de l’érection et la dépendance au porno. Elle a constaté un lien beaucoup plus fort. Les experts en toxicomanie ne s’entendent pas sur le fait que la pornographie puisse être qualifiée de véritable dépendance. Mais la plupart s’accordent à dire qu’une consommation excessive a des conséquences négatives.

L’équipe de recherche a défini la dépendance à la pornographie parmi ses participants en utilisant un score spécifique validé de dépendance à la cyberpornographie. Ce score qui consiste en onze questions. Dans le groupe des moins de 35 ans, avec un score élevé de dépendance à la pornographie, 45 % avaient une DE. Dans le groupe des moins de 24 ans, environ 12 pour cent avaient déjà un score élevé de dépendance à la pornographie.

Plus d’hommes se déclarent insatisfaits des relations sexuelles avec leur partenaire lorsqu’ils regardent beaucoup de porno

Plus de 50 % des personnes souffrant de troubles de l’érection lors de rapports sexuels avec un partenaire n’en n’ont pas en revanche lorsqu’ils regardent du porno. La qualité de la vie sexuelle avec leur partenaire était plus faible s’ils regardaient plus de 300 minutes par semaine.

Les problèmes de dysfontion érectiles pas causés par des problèmes de santé mais une baisse de l’excitation

La DE induite par le porno n’est pas causée par une baisse de libido ou un problème organique dans les vaisseaux sanguins ou les nerfs du pénis. Vingt pour cent des jeunes de moins de 35 ans disent qu’ils ont besoin de regarder de plus en plus de porno, ou plus de porno extrême pour obtenir le même niveau d’excitation pour avoir une érection. Et chez ceux qui pensent qu’ils doivent regarder davantage pour avoir le même niveau d’excitation afin d’avoir une érection ont un score de dépendance plus élevé

source

https://resource-centre.uroweb.org/resource-centre/EAU20V/202930/Abstract/