Douleur aigüe, douleur chronique: pourquoi avons nous mal ?

Tout le monde connait la douleur. Son désagrément peut prendre de nombreuses formes, qu’il s’agisse d’une brûlure, le mal quotidien de l’arthrite ou un mal de tête lancinant. Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est le mécanisme derrière la douleur qui explique pourquoi vous avez mal.

La douleur implique une interaction complexe entre les nerfs spécialisés, votre moelle épinière et votre cerveau. Imaginez un système de circulation compliqué, avec des rampes, des vitesses différentes, des feux de circulation, des conditions météorologiques et routières variables, un centre de contrôle de la circulation, un système d’intervention d’urgence, et plus encore. Et le véhicule dans lequel vous vous trouvez fait également une différence, parce que l’expérience de la douleur varie d’une personne à l’autre.

La douleur est à la fois physique et émotionnelle. Il s’agit d’apprentissage et de mémoire. La façon dont vous vous sentez et réagissez à la douleur dépend de ce qui la cause, ainsi que de nombreux facteurs personnels.

Douleur aiguë par rapport à la douleur chronique

Il existe deux grandes catégories de douleur. La douleur peut être à court terme (aigu) ou à long terme (chronique) :

La douleur aiguë est une douleur grave ou soudaine qui se résout dans un certain laps de temps. Vous pourriez ressentir une douleur intense lorsque vous souffrez d’une maladie, d’une blessure ou suite à une chirurgie.

La douleur chronique, elle, est persistante, dure des mois ou même plus longtemps. La douleur chronique est considérée comme un problème de santé en soi.

Avec la douleur aiguë, vous savez généralement exactement où et pourquoi vous avez mal. Votre coude brûle après une égratignure ou vous ressentez de la douleur à l’emplacement d’une incision chirurgicale. La douleur aiguë est déclenchée par des lésions tissulaires. Son but est de vous alerter sur les blessures et de vous protéger contre d’autres dommages.

Avec la douleur chronique, vous pourriez ne pas connaître la raison de la douleur. Par exemple, une blessure a guéri, mais la douleur demeure et pourrait même devenir plus intense. La douleur chronique peut également se produire sans aucune indication d’une blessure ou d’une maladie.

Causes de la douleur

Au niveau le plus basique, la douleur commence lorsque des terminaisons nerveuses particulières sont stimulées. Cela pourrait résulter de dommages aux tissus de votre corps, comme lorsque vous vous coupez. La douleur peut également résulter de dommages ou de perturbation s’ils sont infligés aux nerfs eux-mêmes. Parfois, la douleur se produit sans aucune cause connue, ou longtemps après qu’une blessure a guéri.

La douleur peut affecter n’importe quelle partie de votre corps. Certaines des formes les plus courantes de douleur sont les douleurs au dos et au cou, les douleurs articulaires, les maux de tête, la douleur causée par des lésions nerveuses, la douleur causée par une blessure, la douleur liée au cancer et les affections liées à la douleur comme la fibromyalgie (un trouble qui cause des douleurs musculo-squelettiques généralisées).

Douleur causée par des lésions tissulaires

La douleur est la façon dont votre corps vous avertit du danger et vous fait savoir ce qui se passe dans votre corps. Vous percevez la douleur à travers les cellules nerveuses sensorielles. Ce sont les mêmes types de cellules qui transmettent des informations de vos sens, vous permettant de sentir, voir, entendre, goûter et toucher.

Les cellules nerveuses qui répondent à la douleur font partie du système nerveux périphérique, qui comprend tous les nerfs du corps, sauf ceux de la moelle épinière et du cerveau (le système nerveux central). Les cellules nerveuses périphériques s’alignent en un réseau de fibres qui transportent des messages de la peau, des muscles et des organes internes à votre moelle épinière et cerveau. Les messages prennent la forme de courants électriques et d’interactions chimiques.

Illustration de la façon dont les nerfs courent à travers le corps

Le système nerveux périphérique rassemble tous les nerfs de votre corps, en dehors de ceux de votre cerveau et la moelle épinière. Il agit comme un relais de communication entre votre cerveau et vos extrémités. Par exemple, si vous touchez un poêle chaud, les signaux de douleur se déplacent de votre doigt à votre cerveau en une fraction de seconde. En aussi peu de temps, votre cerveau dit aux muscles de votre bras et de votre main d’arracher votre doigt du poêle chaud.

Les fibres nerveuses périphériques ont des terminaisons spéciales qui peuvent détecter différents types de stimuli nocifs, tout ce qui endommage ou menace d’endommager les tissus de votre corps. Il pourrait s’agit d’une coupure, de la pression, de la chaleur, de l’inflammation, voire de changements chimiques. Les blessures, les maladies et la chirurgie peuvent toutes causer des lésions tissulaires.

Ces terminaisons nerveuses spécialisées sont appelées nocicepteurs. Vous en avez des millions dans la peau, les os, les articulations, les muscles et les tissus conjonctifs, ainsi que dans les membranes protectrices autour de vos organes internes.

En réponse aux lésions tissulaires, les nocicepteurs, à la source des messages de douleur, relaient l’information de la blessure sous forme d’impulsions électriques. Ces messages de douleur se déplacent le long d’un nerf périphérique à votre moelle épinière.

Ce type de douleur est appelé douleur nociceptive. Elle peut être douce ou sévère. Elle peut être pointue, poignardante, lancinante, brûlante, sous forme de picotement, atténuée ou très vive. Aïe!

La voie de la douleur

Dans votre moelle épinière, les cellules nerveuses spécialisées filtrent et priorisent les messages des nerfs périphériques. Ces cellules nerveuses agissent comme des portes, contrôlant les messages qui passent à travers votre cerveau et à quelle vitesse et avec quelle force. La douleur sévère, comme d’une brûlure, est traitée comme un avertissement urgent, déclenchant vos muscles pour tirer votre main loin de la cuisinière. Certains messages de douleur, comme une égratignure ou un estomac contrarié, sont relayés plus lentement ou avec moins de force.

De la moelle épinière, les messages de douleur se déplacent vers le cerveau. Votre cerveau répond en envoyant des messages qui favorisent le processus de guérison. Par exemple, le cerveau peut signaler à votre système nerveux autonome, qui contrôle le flux sanguin, d’envoyer des globules blancs et des plaquettes supplémentaires pour aider à réparer les tissus à l’endroit d’une blessure. Votre cerveau peut également déclencher la libération de produits chimiques analgésiques.

La voie de la douleur

La douleur résulte d’une série de changements électriques et chimiques complexes impliquant vos nerfs périphériques, la moelle épinière et le cerveau.

Douleur causée par des lésions nerveuses

Parfois, la douleur résulte de dommages à un ou plusieurs nerfs périphériques ou rachidiens. Cela peut se produire à la suite d’un accident, d’une infection, d’une chirurgie ou d’une maladie. Les nerfs endommagés se contortionnent et envoient des signaux de douleur spontanément, plutôt qu’en réponse à une blessure.

Ce type de douleur, appelée douleur neuropathique, est souvent décrite comme une brûlure, un engourdissement ou des picotements. Elle peut également créer une sensation de « broches et d’aiguilles ». Une forme commune de douleur neuropathique se produit lorsque le diabète endommage les petits nerfs dans les mains et les pieds, produisant une sensation de brûlure douloureuse.

Une autre forme de douleur neuropathique se produit lorsque les voies de la douleur dans les nerfs périphériques et la moelle épinière s’activent de façon persistante. Ce processus, appelé sensibilisation, amplifie le message de douleur. Il est hors de proportion avec ou même déconnecté de la maladie ou de la blessure d’origine. C’est ce qui se passe dans ce qu’on appelle la douleur des membres fantômes, même si un membre blessé a disparu, les voies de transmission de la douleur le long des nerfs sont toujours activés, comme si le membre est toujours là.

Autres influences sur la douleur

Une blessure ou une maladie qui est extrêmement douloureuse pour une personne pourrait être seulement légèrement gênante pour une autre. La réponse d’une personne à la douleur est fortement influencée par de nombreux traits individuels, ainsi que des facteurs psychologiques, émotionnels et sociaux.

Lorsque les messages de douleur atteignent votre cerveau, ils passent par les régions émotionnelles et pensantes, ainsi que la région de sensation physique. L’expérience de la douleur d’une personne est façonnée par le traitement émotionnel et cognitif complexe qui accompagne les dommages physiques ou la sensation. Donc, la douleur est vraiment dans votre tête autant que dans votre corps.

Les facteurs qui peuvent influencer votre sensibilité à la douleur et la façon dont vous y réagissez sont les suivants :

Génétique. Votre constitution génétique affecte la sensibilité de votre corps aux signaux de douleur et la façon dont vous percevez la douleur. Certaines preuves suggèrent que la tendance à développer une douleur neuropathique après une lésion nerveuse peut également avoir une forte composante génétique. Les facteurs génétiques influenceront également votre réponse aux analgésiques.

Sexe. Les femmes signalent une douleur plus fréquente, des niveaux de douleur plus graves et des douleurs plus durables que les hommes. On ne sait pas si cela est dû à des différences biologiques ou des facteurs psychologiques et sociaux.

Problèmes de santé à long terme. De nombreuses maladies et affections chroniques, comme la fibromyalgie, les migraines et le syndrome du côlon irritable, sont associées à la douleur.

Facteurs psychologiques. La douleur est plus répandue chez les personnes souffrant de dépression, d’anxiété ou d’une faible estime de soi. Un pessimisme exagéré ou une « catastrophisation » de la douleur peut aussi l’aggraver.

Facteurs sociaux. Le stress et l’isolement social ajoutent à l’expérience de la douleur. La recherche suggère également que des niveaux d’éducation plus faibles, un faible revenu et un chômage sont liés à une prévalence plus élevée de la douleur.

Expériences passées. Vos souvenirs d’expériences douloureuses passées peuvent influencer vos expériences actuelles. Si vous avez eu une mauvaise expérience avec un dentiste ou n’avez jamais été chez un dentiste vous pouvez être très nerveux à ce sujet. Même une sonde mineure peut produire une forte réponse à la douleur. Et la douleur elle-même peut vous prédisposer à plus de douleur: Le facteur de risque le plus constant pour développer une condition douloureuse est un épisode précédent de la douleur.

Autres facteurs individuels. Votre éducation, vos stratégies d’adaptation et votre attitude générale peuvent influer sur la façon dont vous interprétez les messages de douleur et sur la façon dont vous tolérez la douleur. Il en va de même pour vos attentes quant à la façon dont vous « pensez » que vous devriez ressentir ou réagir.

L’impact de la douleur

La douleur courante et complexe est un fardeau. La douleur interfère avec votre capacité à prendre part à vos activités quotidiennes. Elle peut affecter négativement vos relations et interactions avec les autres. Elle peut saper votre énergie et vous faire sentir moins en bonne santé dans l’ensemble. Plus la douleur est intense, plus elle pèse sur votre bien-être.

Heureusement, de nombreuses options de traitement différentes sont disponibles pour aider à gérer à la fois la douleur aiguë et la douleur chronique. Votre attitude et votre style de vie joueront également un rôle clé.

À NE PAS RATER !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé
Avec nous, pas d’indésirable. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Adresse e-mail non valide