Doomscrolling : un comportement néfaste pour la santé mentale.

Vous est-il déjà arrivé de parcourir les médias sociaux et de vous sentir soudainement dépassé ou abattu ? Si oui, vous n’êtes pas le seul. Ce phénomène, souvent appelé « doomscrolling », peut nuire à notre santé mentale. Dans cet article, nous partageons avec vous ce qu’est le « doomscrolling » et pourquoi il est néfaste. Nous allons également vous orienter vers quelques conseils pour limiter ce fléau ou l’éviter. Continuez à lire pour en savoir plus !

Qu’est-ce que le Doomscrolling ?

Le doomscrolling n’est pas vraiment nouveau, mais le terme l’est. Il s’agit de l’habitude de faire défiler les médias sociaux régulièrement et pendant de longues heures, en lisant les mauvaises nouvelles et les messages négatifs.

S’il s’agit au départ d’un moyen de se tenir au courant de l’actualité, le « doomscrolling » peut rapidement devenir une mauvaise habitude, voire une obsession ou une compulsion pour certaines personnes.

Les effets du Doomscrolling sur votre santé mentale.

Si vous avez déjà pris l’habitude de faire du « doomscrolling », vous n’êtes probablement pas surpris d’apprendre que cela nuit à votre santé mentale. Bien avant le doomscrolling d’aujourd’hui, des études ont montré que l’utilisation des médias sociaux peut avoir un impact négatif sur la santé mentale. Elle contribue à l’anxiété et à la dépression, accroît la solitude et déclenche des comparaisons préjudiciables avec les autres.

Aujourd’hui, avec les nouvelles concernant les maladies, les décès, la violence et les problèmes politiques, le « doomscrolling » ajoute une nouvelle couche de dommages à la surutilisation des médias sociaux.

Ses effets sur la santé mentale sont graves :

Le « doomscrolling » renforce les pensées et les sentiments négatifs. Lorsqu’on se sent déprimé ou anxieux, on a tendance à rechercher des nouvelles et des informations pour confirmer ces sentiments. C’est un cycle néfaste qui vous maintient dans un état d’abattement.

  • Il aggrave les maladies mentales.

Ce cycle qui consiste à se tourner vers des histoires négatives a un impact sur les problèmes de santé mentale existants. Si vous souffrez de dépression ou de troubles anxieux, ou si vous y êtes sujet, cette habitude peut déclencher un épisode ou aggraver les symptômes.

  • Le défilement de nouvelles négatives augmente la panique et l’inquiétude.

Cela conduit à la rumination, une mauvaise habitude qui aggrave la dépression et peut également être la cause du stress.

  • Le défilement de l’actualité nuit à votre sommeil.

De nombreuses personnes ont tendance à faire défiler leurs flux avant de se coucher, ce qui augmente l’anxiété juste au moment où vous essayez de vous détendre suffisamment pour vous endormir. Un mauvais sommeil, à son tour, augmente le stress et d’autres problèmes de santé mentale, ajoutant au cycle négatif.

Comment mettre un frein au Doomscrolling nuisible ?

La prise de conscience d’une habitude malsaine comme le « doomscrolling » est la première étape positive pour l’enrayer.

  1. Fixez des limites.

Pour éviter le cycle sans fin du « doomscrolling », fixez des limites de temps pour l’utilisation des médias sociaux et des sites d’information que vous consultez lorsque vous défilez. Vous pouvez rester informé de l’actualité et rester en contact avec vos amis, mais faites-le avec des limites. Fixez des moments précis de la journée pour l’utilisation de ces plateformes.

  1. Faites l’effort de trouver des histoires ou des articles positifs à lire.

Recherchez des sites Web ou des chaînes qui se concentrent sur les bonnes nouvelles.

En ces temps difficiles, il est plus important que jamais de se concentrer sur les aspects positifs. C’est pourquoi il est important de faire un effort pour trouver des histoires ou des articles positifs à lire. Il existe de nombreux sites Web et chaînes de télévision qui se concentrent sur les bonnes nouvelles, alors vous n’avez aucune excuse pour vous laisser aller au catastrophisme ! Prenez l’habitude de consulter chaque jour certaines de ces sources d’information positives. Vous vous sentirez bientôt plus optimiste quant au monde qui vous entoure. Croyez-nous, l’effort en vaut la peine !

  1. Appliquez la pleine conscience au défilement.

Le défilement des nouvelles et des messages a un but utile, mais il peut devenir incontrôlable. La pleine conscience est une pratique positive de santé mentale qui s’applique surtout à la méditation. Vous pouvez également l’utiliser pour le défilement. L’idée est de se concentrer sur le moment présent. Ce qui vous empêche de vous inquiéter du passé ou de l’avenir.

  1. Suivez des comptes qui partagent des contenus édifiants.

Si vous vous surprenez à parcourir les médias sociaux de manière négative, il est peut-être temps de faire une pause et de réévaluer vos flux. Suivre des comptes qui partagent des contenus édifiants peut vous aider à sortir du cycle de pensées négatives qui peut résulter d’un excès de nouvelles. Au lieu de vous attarder sur le mal, concentrez-vous sur le bien avec des comptes qui publient des articles sur des personnes inspirantes, des animaux heureux et des histoires réjouissantes. Vous serez surpris de voir à quel point vous vous sentirez mieux après avoir fait une pause dans la morosité ambiante. Alors, allez-y, retirez vos messages déprimants et suivez des comptes qui vous feront sourire. Votre santé mentale vous en remerciera.

Si, malgré tous ces efforts, vous ne parvenez pas à détourner le regard et continuez à lire les nouvelles de l’enfer, envisagez de consulter un professionnel. Il est possible de devenir dépendant de ce genre de comportement. Toutefois, le « doomscrolling » peut aussi faire partie d’une maladie mentale. Le traitement des deux types de maladie vous aidera à apprendre à gérer les symptômes de santé mentale et les comportements qui les déclenchent.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -