DMLA, cataracte: les vertus protectrices de la tomate

D’un point de vue botanique, la tomate est un fruit (une baie en fait) puisqu’elle provient de la fécondation d’une fleur. Mais du point de vue de l’horticulture, elle est plutôt considérée comme un légume, tant par sa culture que par son utilisation. Originaire du Pérou, ce sont néanmoins les Aztèques d’Amérique centrale qui ont commencé la culture de ce qu’ils appelaient tomalt, le « fruit dodu » qu’ils utilisaient déjà avec les piments pour préparer ce qui est sans doute l’ancêtre de la salsa actuelle.

Découverte par les Espagnols lors de la conquête du Mexique au début du XVIe siècle, la tomate a fait son apparition en Espagne et en Italie à cette époque mais, curieusement, les habitants de ces pays ont longtemps hésité à l’inclure dans leur alimentation. Cette méfiance était due à la grande ressemblance des plants de tomate avec la belladone et la mandragore, deux plantes aux effets psychotropes très puissants et qui peuvent causer la mort. Fort heureusement, la curiosité des humains l’a emporté sur ces croyances et la tomate s’est progressivement imposée comme un aliment de base dans plusieurs traditions culinaires. Une ascension fulgurante car en deux siècles à peine, la tomate est devenue une des principales sources de vitamines et minéraux de notre alimentation.

Des molécules qui protègent les yeux de la DMLA et de la cataracte

La couleur rouge si caractéristique de la tomate est due au lycopène, un pigment de la grande famille des caroténoïdes. Cette famille de molécules joue plusieurs rôles importants pour le maintien d’une bonne santé.  Par exemple, certains caroténoïdes comme la bêta-carotène et la bêta-cryptoxanthine, sont des précurseurs de la vitamine A, une vitamine essentielle à la croissance.

D’autres membres de cette famille, comme la lutéine et la zéaxanthine, absorbent de façon très efficace la composante bleue de la lumière et pourraient donc protéger l’œil. D’ailleurs, de nombreuses études suggèrent que la consommation abondante d’aliments riches en lutéine et zéaxanthine (légumes verts, en particulier) était associée à une baisse marquée du risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge ainsi que de la formation de cataractes. Puisque le corps humain est incapable de fabriquer les caroténoïdes, ces molécules doivent être absolument obtenues par les végétaux de l’alimentation : une autre excellente raison de consommer nos 5-10 portions quotidiennes de fruits et de légumes

Le lycopène : le protecteur de la prostate

Le lycopène, quant à lui, est sans contredit celui qui a le plus d’impact sur la prévention du cancer, en particulier celui de la prostate. En effet, plusieurs études suggèrent que les individus qui consomment de grandes quantités de lycopène à partir de produits à base de tomates ont un risque réduit (environ 30 %) de développer ce cancer, particulièrement les formes les plus agressives de cette maladie.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les mécanismes par lesquels le lycopène parvient à réduire le développement du cancer de la prostate restent encore inconnus. Le lycopène possède une activité antioxydante exceptionnelle et il est très probable que ces propriétés contribuent à son effet anticancéreux en réduisant l’apparition de mutations génétiques qui peuvent dégénérer en cancer. Puisque le lycopène absorbé s’accumule préférentiellement au niveau de la prostate, la molécule serait donc idéalement située pour empêcher un éventuel excès de croissance des cellules cancéreuses.

Les meilleures préparations pour profiter au mieux des vertus de la tomate

Pour pouvoir profiter des impacts positifs du lycopène, il est important de choisir des produits fabriqués à partir de tomates cuites, car le bris des cellules du légume par la chaleur permet une meilleure extraction de la molécule et la rendent plus assimilable par l’organisme.

Il est aussi important de savoir que les graisses augmentent la disponibilité du lycopène et la cuisson de tomates dans de l’huile d’olive permet donc de maximiser la quantité de lycopène qui peut être absorbé par notre organisme. Les tomates ne doivent pas seulement être considérées comme une source de lycopène mais bien comme un légume savoureux, idéal pour se rafraîchir durant la saison estivale.

Une façon très agréable de profiter des belles tomates de saison est de verser un filet d’huile d’olive sur des tomates tranchées, agrémenté de quelques gouttes de vinaigre balsamique, d’origan, de poivre, de sel et de fromage feta émietté.