Devenez plus intelligents: mangez du bon gras

Une étude suggère que les acides gras mono-insaturés sont associés à une meilleure organisation fonctionnelle cérébrale ainsi qu’à une intelligence générale plus élevée.

La demande relativement élevée du cerveau en énergie souligne le rôle important de la nutrition dans le maintien de la santé cérébrale. L’accès plus aisé à des sources d’énergie, mais aussi une meilleure extraction de l’énergie contenue dans les aliments notamment avec l’apparition de la cuisson a joué un rôle important dans l’évolution du cerveau humain, qui s’est développé au détriment de la mâchoire. Dans cette étude, les chercheurs ont tenté de comprendre comment la nutrition pouvait être utilisée pour soutenir les performances cognitives.

L’intelligence fait appel au réseau cérébrale qui carbure au bon gras

Dans cette étude, les scientifiques ont examiné 17 acides gras saturés ou mono-insaturés des phospholipides membranaires dans le sang de 99 personnes âgées en bonne santé. Il en ressort deux profils sanguins différents basés sur le type d’acides gras: l’un saturé, l’autre mono-insaturé.

Ils constatent en outre que l’intelligence générale est associée au réseau d’attention dorsale du cerveau, qui joue un rôle central dans les tâches qui requièrent de l’attention et la résolution des problèmes quotidiens. Et plus précisément, à l’organisation fonctionnelle de cette partie et ses connexions avec d’autres réseaux.

Le cerveau adore l’huile d’olive et le régime méditerranéen

L’étude révèle que les taux élevés de mono-insaturés sont associés à une meilleure organisation fonctionnelle du réseau d’attention dorsale ainsi qu’à une intelligence générale plus élevée. C’est la première fois que des données suggèrent de façon aussi précise un lien entre la consommation d’acides gras mono-insaturés et l’intelligence. Les auteurs projettent maintenant de développer une étude d’intervention pour voir dans quelle mesure des apports en mono-insaturés peuvent à long terme, influencer l’organisation de réseaux cérébraux et l’intelligence. Ces observations pourraient en outre contribuer à expliquer ce que plusieurs études avaient déjà rapporté, à savoir une association entre une alimentation méditerranéenne, qui est riche en mono-insaturés par l’utilisation d’huile d’olive comme principal corps gras, et les fonctions cognitives.

Source

Zamroziewicz M K et al Nutritional status, brain network organization, and general intelligence. Neurolmage ;161:241-250.

 

Article précédentDiabète: la viande rouge ou de volaille aggrave le risque, pas le poisson
Article suivantRégime végétarien: les dangers pour la santé de certains polluants liés à ce régime
Avatar
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.