Science

Deux fois plus de personnes, qu’il y a 30 ans, ont de l’hypertension… sans le savoir

L'hypertension, ce "tueur silencieux" ne cesse de toucher de plus en plus de personnes dans le monde. mauvaise alimentation et hygiène de vie en cause.

En 2015, l’hypertension était responsable d’environ 8,5 millions de décès dans le monde. Elle constitue un facteur de risque pour toute une série de problèmes de santé, notamment les maladies rénales et les affections cardiovasculaires telles que les accidents vasculaires cérébraux et les maladies cardiaques. Bien qu’elle soit relativement facile à diagnostiquer et à traiter, la communauté médicale qualifie l’hypertension artérielle de « tueur silencieux », car la plupart des personnes qui en souffrent ne présentent aucun symptôme.

De nouvelles recherches menées par une équipe internationale de scientifiques ont découvert qu’en 2019, près de 41 % des femmes et 51 % des hommes souffrant d’hypertension artérielle ignoraient qu’ils en étaient atteints.

La même étude a révélé qu’au total, environ 53 % des femmes et 62 % des hommes souffrant d’hypertension ne recevaient pas de traitement approprié, car la plupart d’entre eux ne savaient pas qu’ils étaient atteints de cette maladie. « Près d’un demi-siècle après le début du traitement de l’hypertension, qui est facile à diagnostiquer et à traiter, le fait qu’un si grand nombre de personnes souffrant d’hypertension dans le monde ne reçoivent toujours pas le traitement dont elles ont besoin constitue un échec en matière de santé publique », a déclaré le professeur Majid Ezzati, auteur principal de l’étude et professeur de santé environnementale mondiale à l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni). Cette nouvelle analyse est publiée dans la revue The Lancet.

Bilan mitigé en matière de traitement et de contrôle

La collaboration sur les facteurs de risque des maladies non transmissibles (NCD-RisC) a analysé les données de 1 201 études représentatives des populations de 184 pays. Les études ont utilisé des mesures de la pression artérielle et des informations sur le traitement pour un total de 104 millions de personnes. Selon les modélisations effectuées par les chercheurs, le nombre de personnes âgées de 30 à 79 ans souffrant d’hypertension a augmenté à l’échelle mondiale, passant d’environ 650 millions en 1990 à près de 1,3 milliard en 2019.

La majeure partie de cette augmentation s’est produite dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Des améliorations ont été constatées en matière de traitement et de contrôle dans les pays à revenu élevé comme l’Allemagne, les États-Unis et le Portugal. Les améliorations ont été particulièrement impressionnantes au Canada, en Islande et en Corée du Sud.

Cependant, des progrès importants ont également été réalisés dans le traitement et le contrôle de l’hypertension dans certains pays à revenu intermédiaire, notamment au Costa Rica, au Kazakhstan, en Afrique du Sud, au Brésil, en Turquie et en Iran. Les chercheurs attribuent ces progrès à l’extension de la couverture sanitaire universelle et au renforcement des soins primaires dans ces pays.

Cette analyse a révélé de bonnes pratiques en matière de diagnostic et de traitement de l’hypertension non seulement dans les pays à revenu élevé, mais aussi dans les pays à revenu intermédiaire. Ces succès montrent que la prévention de l’hypertension artérielle et l’amélioration de sa détection, de son traitement et de son contrôle sont réalisables dans les contextes de revenus faibles et moyens si les donateurs internationaux et les gouvernements nationaux s’engagent à s’attaquer à cette cause majeure de maladie et de décès. Toutefois, l’étude a révélé que le traitement et le contrôle de l’hypertension ne se sont guère améliorés au Népal, en Indonésie et dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne et d’Océanie.

Dans ces pays, moins d’un quart des femmes et un cinquième des hommes souffrant d’hypertension ont reçu un traitement pour cette affection en 2019. Dans l’ensemble, moins de 10% avaient une pression artérielle bien contrôlée. Les faibles taux de détection et de traitement qui persistent dans les nations les plus pauvres du monde, associés à l’augmentation du nombre de personnes souffrant d’hypertension, vont déplacer une part croissante de la charge des maladies vasculaires et rénales vers l’Afrique subsaharienne, l’Océanie et l’Asie du Sud.

Principaux coupables : le tabagisme et une mauvaise alimentation

Quelle est la raison pour laquelle la prévalence de l’hypertension avait augmenté dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire depuis 1990?

Les causes probables sont les changements de régime alimentaire, plus de glucides transformés agissant en partie par l’obésité et plus d’aliments emballés qui peuvent contenir du sel et le tabagisme. La prévention est cruciale : il faut rendre les fruits et légumes accessibles et abordables, réduire la teneur en sel et lutter contre le tabagisme.

Mais le traitement est tout aussi important que la prévention. Dans un commentaire accompagnant l’article, Tu Nguyen, M.D., Ph.D., et Clara Chow, M.D., Ph.D., tous deux de l’Université de Sydney en Australie, écrivent :

« L’analyse met en évidence les différences flagrantes en matière de prévalence, de traitement et de contrôle de l’hypertension, certaines régions connaissant des augmentations substantielles au fil du temps et d’autres des diminutions substantielles de la prévalence. » Ils notent que si les taux de contrôle mondiaux sont stables à environ 20 %, ils sont inférieurs à 10 % en Afrique subsaharienne et encore plus faibles en Indonésie (5 %), au Vanuatu (6 %) et dans les îles Salomon (7 %).

Source

Worldwide trends in hypertension prevalence and progress in treatment and control from 1990 to 2019: a pooled analysis of 1201 population-representative studies with 104 million participants

 

Articles similaires