Des crises de colère chez les tout-petits : Comment retrouver et maintenir la paix

Les crises de colère font partie de la vie de tous les jours. Voici comment réagir aux crises de colère et ce que vous pouvez faire pour les éviter.

Vous faites des courses avec votre enfant dans un commerce. Il ou elle convoite une friandise que vous n’avez pas l’intention d’acheter. Soudain, vous êtes au centre d’une crise de colère.
Quelle est la meilleure réponse ? Pourquoi ces crises émotionnelles se produisent-elles ? Pouvez-vous les prévenir ? Voici quelques conseils pour éviter les crises de colère.

Pourquoi les crises de colère se produisent-elles ?

Une crise de colère est l’expression de la frustration d’un jeune enfant face à ses limites ou de sa colère de ne pas pouvoir obtenir ce qu’il veut. Votre enfant a peut-être du mal à comprendre quelque chose ou à accomplir une tâche. Peut-être que votre enfant n’a pas les mots pour exprimer ses sentiments. La frustration peut déclencher un accès de colère, qui se traduit par un accès de colère.

Si votre enfant est fatigué, a faim ou se sent mal, son seuil de frustration sera probablement plus bas et sa colère plus probable.

Les jeunes enfants font-ils exprès de piquer des colères ?

Les jeunes enfants n’ont pas l’intention de frustrer ou d’embarrasser leurs parents. Pour la plupart des tout-petits, les crises de colère sont un moyen d’exprimer leur frustration. Pour les enfants plus âgés, les crises de colère peuvent être un comportement appris. Si vous récompensez les crises de colère par quelque chose que votre enfant désire, ou si vous lui permettez de s’en sortir en piquant une crise, les crises risquent de se poursuivre.

Peut-on prévenir les crises de colère ?

Il n’existe peut-être pas de moyen infaillible de prévenir les crises de colère, mais vous pouvez faire beaucoup pour encourager un bon comportement, même chez les plus jeunes enfants.

Par exemple, il est possible d’encourager un bon comportement chez les enfants, même les plus jeunes :

Soyez cohérent

Établissez une routine quotidienne afin que votre enfant sache à quoi s’attendre. Respectez la routine autant que possible, y compris l’heure de la sieste et du coucher. Le tempérament d’un enfant peut devenir court s’il n’a pas assez de repos ou de temps de tranquillité.

Planifiez à l’avance

Faites vos courses lorsque votre enfant ne risque pas d’avoir faim ou d’être fatigué. Si vous prévoyez de faire la queue, préparez un petit jouet ou une collation pour occuper votre enfant.

Laissez votre enfant faire les choix appropriés

Évitez de dire non à tout. Pour donner à votre enfant un sentiment de contrôle, laissez-le faire des choix. « Veux-tu porter ta chemise rouge ou ta chemise bleue ? » « Aimerais-tu manger des fraises ou des bananes ? » « Aimerais-tu lire un livre ou construire une tour avec tes blocs ? »

Félicitations pour votre bonne conduite

Offrez une attention supplémentaire lorsque votre enfant se comporte bien. Embrassez votre enfant ou dites-lui à quel point vous êtes fier lorsqu’il partage ou suit des directives.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Évitez les situations susceptibles de déclencher des crises de colère

Ne donnez pas à votre enfant des jouets qui sont bien trop avancés pour lui. Si votre enfant vous supplie de lui donner des jouets ou des friandises lorsque vous faites vos courses, évitez les endroits où ces tentations se manifestent.

Quelle est la meilleure façon de répondre à une crise de colère ?

En général, la meilleure façon de réagir à une crise de colère est de rester calme. Si vous répondez par des éclats de colère bruyants, votre enfant risque d’imiter votre comportement. Crier à un enfant de se calmer risque également d’aggraver la situation.

Essayez plutôt de distraire votre enfant. Un livre différent, un changement de lieu ou une grimace peuvent aider. Si vous avez demandé à votre enfant de faire quelque chose contre sa volonté, proposez-lui votre aide.  Vous avez demandé à votre enfant de ne pas jouer dans un certain endroit? Pensez à lui montrer où il peut jouer.

Si votre enfant frappe ou donne des coups de pied à quelqu’un ou essaie de courir dans la rue, arrêtez son comportement en le retenant jusqu’à ce qu’il se calme.
Lorsque votre enfant se calme, expliquez-lui calmement vos règles.

Que se passe-t-il si mon enfant devient destructeur ou dangereux ?

Si une crise de colère s’aggrave, retirez votre enfant de la situation et appliquez un temps d’arrêt :

Choisissez un lieu de sortie

Faites asseoir votre enfant dans un endroit ennuyeux, par exemple sur une chaise dans le salon ou sur le sol dans le couloir. Attendez que votre enfant se calme. Pensez à donner une minute de temps d’arrêt pour chaque année de l’âge de votre enfant.

Tenez-vous-en à cela

Si votre enfant commence à se promener avant la fin du temps d’arrêt, ramenez-le à l’endroit désigné pour le temps d’arrêt. Ne répondez pas à ce que votre enfant dit pendant le temps d’arrêt.

Sachez quand mettre fin au temps mort

Lorsque votre enfant s’est calmé, discutez brièvement de la raison du délai d’attente et des raisons pour lesquelles son comportement était inapproprié. Ensuite, reprenez vos activités habituelles.

N’utilisez pas trop les temps morts ou ils ne fonctionneront pas.

Quand a-t-on besoin d’une aide professionnelle ?

À mesure que la maîtrise de soi de votre enfant s’améliore, les crises de colère devraient devenir moins fréquentes. La plupart des enfants commencent à avoir moins de crises de colère à l’âge de 3 ans et demi. Si votre enfant se fait du mal à lui-même ou à autrui, retient sa respiration pendant ses crises jusqu’à l’évanouissement ou si ses crises s’aggravent après l’âge de 4 ans, faites part de vos inquiétudes au médecin de votre enfant. Le médecin pourrait examiner les problèmes physiques ou psychologiques qui pourraient contribuer aux crises de colère.