Dépression : respirer de la lavande fait aussi bien que le Valium

Dépression: les mêmes zones du cerveau stimulées par la lavande que par le Valium

Dépression, et si une simple inhalation de lavande faisait aussi bien qu’un antidépresseur? C’est la surprenante découverte qu’ont fait des chercheurs de l’université de Kagoshima,au Japon. Ils ont montré que certains composantes de l’odeur de lavande ont des effets similaires à ceux liés à la prise de Valium. Pour le moment, cette étude porte sur un model animal, mais l’aromathérapie et l’olfactothérapie (respirer des Huiles Essentielles) n’ont pas encore dévoilé  tout ce qu’elles savaient faire.

Tout le monde aime l’odeur de la lavande.  Nous utilisons cette plante à la tête violette depuis au moins la période antique. Traditionnellement, elle est indiquée en aromathérapie pour calmer, apaiser et apporter de la sérénité. Elle aurait un impact positif sur la réduction du stress et de l’anxiété. Des chercheurs en neuroscience de l’Université de Kagoshima, au Japon viennent de démontrer que toutes ces allégations étaient parfaitement vraies, du moins pour le moment, chez les souris.

Dépression: les mêmes zones du cerveau stimulées par la lavande que par le Valium

Dans une étude récente publiée dans la revue Frontiers in Behavioral Neuroscience, les chercheurs Japonais ont découvert que l’inhalation du linalol, un alcool terpénique, possédant une odeur florale et fraîche que l’on retrouve dans l’huile essentielle de lavande, produisait sur le cerveau autant d’effet qu’un Valium. Le principe actif principal a fonctionné sur les mêmes parties du cerveau de la souris que ceux atteint par la Valium, mais sans tous les effets secondaires désastreux de l’antidépresseur. Le soulagement de l’anxiété chez les petits rongeurs a été déclenché par simple l’inhalation par le nez.

Leurs résultats s’ajoutent à un nombre croissant de recherches démontrant les qualités des odeurs de lavande qui réduisent l’anxiété et suggèrent un nouveau mécanisme pour leur fonctionnement dans le corps. Le Dr Kashiwadani, responsable de l’étude, pense que cette nouvelle vision est une étape clé dans le développement de composés dérivés de la lavande, tels que le linalol, destinés à une utilisation clinique chez l’homme.

Respirer de la lavande détend

Le Dr Kashiwadani et ses collègues se sont intéressés à l’action du linalol sur l’anxiété chez la souris. Ils ont remarqué que la présence de linalol semblait calmer les souris. Dans cette étude, ils ont exposé des souris à la vapeur de linalol, extraites d’un papier filtre à l’intérieur d’une chambre spécialement conçue pour vérifier si l’odeur provoquait une relaxation. En respirant le linlol de lavande, les souris se sont montrées plus détendues et ouvertes à l’exploration, indiquant qu’elles étaient moins anxieuses que les souris normales. Par ailleurs, elles ne se comportaient pas comme s’elles étaient saoules, comme des souris sous benzodiazépines, un principe actif que l’on retrouve dans les anxiolytiques.

Pour vérifier, leur hypothèse, ils sont donné à un groupe de souris un médicament qui bloque l’olfaction et les ont mis en présence de vapeurs de lavande. Résultats, les souris qui ne pouvaient plus sentir la lavande montraient des signes de stress et d’anxiété dans leur boîte. Cela suggère pour les chercheurs que le linalol  agit en envoyaient des signaux, par le biais des récepteurs olfactifs, aux bons endroits du cerveau, les mêmes stimulés par le Valium.

Sur le cerveau des humains aussi

Bien qu’il ne l’ait pas testé chez l’homme, le Dr Kashiwadani soupçonne que le linalol peut également agir sur le cerveau des humains et d’autres mammifères, qui présentent des circuits émotionnels similaires à ceux de la souris. Cela est important, car les troubles anxieux touchent près d’un adulte sur cinq et et bon nombre des médicaments anxiolytiques ont des effets secondaires, parfois moins supportables que l’anxiété elle-même.

Qui ne préférerait pas simplement prendre une bouffée de lavande et se sentir en paix, sans aucun effet secondaire?

Source

Hiroki Harada, Hideki Kashiwadani: Linalool Odor-Induced Anxiolytic Effects in Mice. Front. Behav. Neurosci., 23 October 2018

Shogo Tashiro, Ran Yamaguchi: Odour-induced analgesia mediated by hypothalamic orexin neurons in mice. Nature. Scientific Reports volume 6,

Lire aussi :

CALMER L’ANGOISSE ET L’ANXIÉTÉ PAR LES RESSOURCES DE LA NATURE

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.