Dépression: les Omega-3 font aussi bien que les antidépresseurs

femme qui se tient le visage

Une importante méta-analyse rassemblant 13 études et 1233 participants mets en lumière la piste d’un effet protecteur des acides gras oméga-3 à longue chaîne sur le risque de trouble dépressif majeur.

Les oméga-3 à longue chaîne que sont le EPA et le DHA  sont connus pour jouer un rôle important pour le système nerveux, et ce dès la vie intra-utérine. Les études d’observation ont rapporté une association inverse entre le statut en ces acides gras, et/ou la consommation de poisson, principal marqueur de l’apport alimentaire en EPA et DHA, et la survenue de différents troubles mentaux.Ce qui a débouché sur la piste de la supplémentation en oméga-3 pour améliorer la santé mentale, notamment dans le traitement de troubles dépressifs majeurs.

Omega 3: les bénéfices d’une supplémentation sur la santé mentale

Selon l’OMS, la dépression est une cause de morbidité majeure affectant environ 350 millions de personnes dans le monde. Bien que certaines études de supplémentation en EPA et/ou DHA aient rapporté des résultats encourageants, ceux-ci ne sont pas suffisants pour leur attribuer un rôle curatif reconnu. D’où l’intérêt de cette  méta-analyse conduite par R. J. Mocking, psychiatre à l’Université d’Amsterdam, qui, à défaut d’apporter une réponse définitive, dresse un état des lieux à partir des données disponibles, et confirme l’intérêt de ces oméga-3.

Aussi bien que les antidépresseurs

La méta-analyse inclut 13 études totalisant 1.233 participants. Pour les acteurs, les résultats suggèrent que le bénéfice pour le EPA et le DHA soit comparable aux effets rapportés dans les méta-analyses portant sur les antidépresseurs.

Les effets bénéfiques sont le plus marqués dans les études utilisant des doses élevées d’EPA chez des patients déjà sous antidépresseurs. De quoi motiver la poursuite des investigations dans la piste des oméga-3 pour la santé mentale…

Source

Mocking R.J. et al : Meta-analysis and meta-regression of omega-3 polyunsaturated fatty acid supplementation for major depressive disorder. Transl Psychiatry. 6:e756. doi: 10.1038/tp.2016.29.

Article précédentLa cataracte peut être bloquée par la vitamine C
Article suivantFertilité: les omega 3 stimulent les hormones féminines
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.