Déclin cognitif : une bonne vision pour mieux le prévenir

Une étude rapporte que l’amélioration de la vision par la chirurgie des cataractes est associée à une protection des fonctions cognitives

Une étude rapporte que l’amélioration de la vision par la chirurgie des cataractes est associée à une protection des fonctions cognitives. La démence est le terme médical employé pour décrire les troubles de comportement, de la personnalité et de l’ensemble des fonctions cognitives causés par la dégénérescence de certaines régions du cerveau. Plusieurs observations récentes indiquent qu’une proportion significative (40 %) des maladies neurodégénératives n’est pas une conséquence inévitable du vieillissement. Elle est plutôt le résultat de l’influence de certains facteurs de risque qui peuvent en accélérer leur progression Parmi ces facteurs de risque de démence, plusieurs sont directement associés au mode de vie. On pense tout de suite à ces facteurs: tabagisme, obésité, hypertension, sédentarité, consommation excessive d’alcool. Leurs impacts peuvent donc être rapidement atténués en adoptant de meilleures habitudes de vie.

La détérioration sensorielle nuit au cerveau

Une autre classe de facteurs de risque, moins connue celle-là, concerne la détérioration sensorielle qui peut survenir au cours du vieillissement. Le meilleur exemple est sans doute la surdité. Les études montrent en effet qu’une perte auditive qui survient à l’âge mûr, même lorsqu’elle est légère, comme une difficulté d’entendre des sons entre 25 et 40 dB, ce qui correspond en gros à une conversation normale, est fortement corrélée avec un risque accru de démence dans les décennies qui 2 suivent.

Il semble que la surdité diminue la stimulation sensorielle du cerveau. Ce qui provoque une perte de volume cérébral au niveau du lobe temporal, incluant l’hippocampe et le cortex entorhinal, deux régions impliquées dans la mémoire. L’utilisation de prothèses auditives par les personnes qui n’entendent pas bien peut cependant contrecarrer cette hausse du risque. Ce qui souligne l’importance de maintenir une stimulation optimale du cerveau pour conserver les facultés mentales.

Soigner la cataracte pour préserver la santé du cerveau

La vision est un autre sens dont l’acuité peut diminuer significativement au cours du vieillissement. Les cataractes sont l’une des principales causes de cette perte de vision. Elle touche une personne sur cinq entre 65 et 74 ans et une sur deux après 75 ans. La cataracte est l’opacification du cristallin qui entraîne une perte progressive de la vision et qui peut mener avec le temps à la cécité.

Ce problème de vision peut cependant être efficacement traité par chirurgie en éliminant la cataracte et en insérant une lentille dans la capsule du cristallin. L’importance de cette chirurgie est bien illustrée par les résultats d’une étude qui s’est penchée sur le risque de démence associé à la présence de 3 cataractes.

Cataracte soignée: 30% de risque de maladie neurodégénérative en mois

Dans cette étude, les chercheurs ont suivi 3038 personnes (âge moyen de 74 ans) diagnostiquées avec une cataracte et qui étaient en bonne santé cognitive au début de l’étude. Pendant une période d’environ 8 ans, ils ont évalué à intervalles réguliers l’apparition de signes de démence à l’aide de tests cognitifs standards et comparé les résultats entre les participants qui avaient été opérés pour les cataractes (45 % de la cohorte) et ceux qui n’avaient subi aucune intervention.

Les résultats sont sans équivoque. La chirurgie des cataractes est associée à une baisse de 30 % du risque de développer une démence. Cette différence qui était indépendante du niveau d’éducation, du tabagisme ou de la présence de certaines versions de gènes connues pour hausser le risque de démence. Selon les auteurs, deux principaux mécanismes sont probablement en cause pour expliquer cette réduction du risque.

Bien voir pour garder un cerveau au top

Premièrement, l’élimination de la cataracte permet une meilleure stimulation de la rétine. Ce qui permet aux personnes de mieux interagir avec leur environnement et donc de stimuler adéquatement le cerveau. Deuxièmement, la cataracte provoque l’apparition d’une teinte jaunâtre qui bloque le spectre bleu de la lumière. Les cellules photosensibles de la rétine sont extrêmement sensibles à cette lumière bleue. Des études antérieures ont montré que la détérioration de la fonction de ces cellules était associée avec un déclin cognitif et l’apparition de démences. En améliorant la quantité de lumière atteignant la rétine, la chirurgie de la cataracte permettrait de réactiver ces cellules et donc de prévenir le déclin cognitif.

Sources

Dementia prevention, intervention, and care: 2020 report of the Lancet Commission

Association Between Cataract Extraction and Development of Dementia

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -