Danger à la maison : 6 risques pour la santé auxquels on ne pense pas

Nous savons tous que nos maisons peuvent être un lieu de risques sanitaires, si elles ne sont pas gérées correctement. La moisissure, l’eau de javel, les fuites de gaz, ce sont tous des risques réel. Mais quels sont les risques les moins évidents et pourtant tout aussi importants pour notre santé.

Notre maison est notre refuge, un lieu imprégné de marqueurs de nos goûts, de nos intérêts et de notre personnalité. Nous partageons notre maison avec des personnes, des animaux et des choses que nous aimons, et elle nous apporte confort et joie.

Pourtant, nos maisons peuvent parfois aussi présenter des risques pour notre santé. Par exemple, les chauffages au gaz et les cuisinières, en l’absence d’une ventilation adéquate, peuvent libérer suffisamment de monoxyde de carbone pour nous empoisonner. Un autre danger pour la santé réside dans tous les produits d’entretien ménager contenant de l’eau de Javel. L’utilisation de nettoyants à base d’eau de Javel peut entraîner des maladies pulmonaires chroniques. D’autres désinfectants couramment utilisés à la maison ont été associés à des malformations congénitales.

Pourtant, il ne s’agit pas exactement de dangers inattendus. Les propriétés toxiques des produits de nettoyage, par exemple, ne sont pas un secret.  C’est pourquoi nous gardons nos nettoyants pour cuisinière rangés en toute sécurité. Hors de portée des enfants ou des animaux domestiques. D’autres dangers domestiques, en revanche, sont loin d’être aussi évidents. Voici les risques cachés dans nos maisons.

1 La saleté sur la poussière

La poussière a le don de se propager partout. Quels que soient les efforts que nous déployons pour faire briller toutes les surfaces de nos maisons, il y a de fortes chances que nous n’ayons pas réussi à nous débarrasser de toute la poussière.

Elle s’accumule dans les coins difficiles d’accès, derrière les lits et les canapés, sous les réfrigérateurs et sur les plus hautes étagères. Certains d’entre nous peuvent même choisir de l’ignorer. Car l’époussetage est une véritable corvée et, après tout, quel mal un peu de poussière peut-elle faire ? Les recherches suggèrent cependant que nous ne devrions pas nous empresser d’en ignorer les effets néfastes. En effet,  la poussière qui s’accumule dans nos maisons est pleine de produits chimiques toxiques.

Les produits chimiques se lient à la poussière

Vous vous souvenez des produits de nettoyage toxiques mentionnés ci-dessus ? Les produits chimiques libérés dans l’air lorsque ces produits sont utilisés se combinent et se déposent avec la poussière. Recouvrant ainsi es sols et autres surfaces. Cet ennemi caché est particulièrement nocif pour les nourrissons et les jeunes enfants. N’oublions pas qu’ils rampent ou jouent sur le sol. L’analyse de plusieurs études portant sur l’impact de la poussière intérieure dans les foyers conclut qu’un large éventail de produits chimiques utilisés dans les produits de tous les jours se retrouvent dans les environnements intérieurs de tout le pays. Exactement où les gens, y compris les populations vulnérables comme les enfants, sont continuellement exposés.

L’environnement intérieur est un refuge pour les produits chimiques associés à la toxicité pour la reproduction et le développement, aux perturbations endocriniennes, au cancer et à d’autres effets sur la santé.

Une solution viable à ce problème, suggèrent les auteurs, serait de remplacer les produits toxiques par des alternatives plus sûres et plus respectueuses de l’environnement.

2 Vous avez fait votre lit, maintenant vous vous y couchez ?

Il n’y a rien de mieux que de se coucher dans son propre lit la nuit, après une dure journée de travail.  Pourtant, selon une étude de l’université de Manchester au Royaume-Uni, « la plupart des expositions [aux allergènes] se produisent au lit ».

Une étude ultérieure du même chercheur principal, le Dr Ashley Woodcock, a révélé que les oreillers usagés abritent un large éventail de champignons. Dont Aspergillus fumigatus, qui peuvent causer de graves problèmes de santé aux personnes souffrant d’immunodéficiences. Parmi les trois champignons les plus abondants, A. fumigatus est un champignon allergène bien connu. En effet, plus d’allergènes ont été identifiés dans A. fumigatus que dans tout autre champignon à ce jour. Une exposition régulière à ce champignon et à d’autres, surtout pendant l’enfance, pourrait déclencher de l’asthme. Alors, que faire ? L’étude suggère d’investir dans des oreillers et des couvertures de lit hypoallergéniques.

Une autre étude a révélé qu’en moyenne, il y a jusqu’à 110 acariens par gramme de poussière de matelas. Cependant, la concentration peut varier considérablement en fonction du niveau d’humidité de l’air. Les chercheurs conseillent donc de réduire l’humidité en laissant entrer le plus de soleil et d’air frais possible. Ce qui pourrait diminuer, voire éliminer les acariens.

3 Les dangers d’un bon nettoyage

L’un des dangers les moins attendus pour la santé est peut-être les produits antibactérien quotidien, dont on fait si souvent la publicité comme étant le meilleur allié contre la saleté et les bactéries indésirables. En effet,  le triclosan, une substance antimicrobienne présente dans les savons et les shampoings est lié au cancer et aux maladies du foie. Les consommateurs peuvent penser que les produits de lavage antibactériens sont plus efficaces pour prévenir la propagation des germes, mais nous n’avons aucune preuve scientifique qu’ils sont meilleurs que le savon ordinaire et l’eau. En fait, certaines données suggèrent que les ingrédients antibactériens peuvent faire plus de mal que de bien sur le long terme.

Les phtalates: des risques pour la fertilité

Une autre controverse concerne les phtalates, des produits chimiques largement utilisés dans les produits de soins personnels courants, notamment les shampoings, les laques, les après-rasages et les vernis à ongles. Les phtalates ont été liés aux dommages causés à l’ADN des spermatozoïdes. Ils affectent négativement la fertilité masculine, contribuant au mauvais développement des embryons et à la diminution des taux de grossesse chez les partenaires d’hommes subissant des traitements de procréation assistée.

4 Les substances odorantes : Ca sent le poisson

Qui n’apprécie pas le parfum subtil d’une bougie parfumée dans un cadre romantique. Peut-être perchée sur le bord de la baignoire le soir, pour nous aider à nous détendre et à nous sentir choyés. Certains d’entre nous ont probablement des réserves cachées de bougies parfumées à la maison. Prêtes à être sorties et allumées à la bonne occasion. Pourtant, certains chercheurs ne sont pas sûrs que les avantages l’emportent sur les risques dans le cas de ces décorations aromatiques.

En effet, les bougies parfumées et l’encens peuvent être une source de pollution intérieure. Certains pourraient avoir des effets négatifs sur la santé.  Le fait de brûler des bougies avec des mèches contenant du plomb peut entraîner une concentration de plomb dans l’air supérieure aux niveaux recommandés. De la même façon, la fumée de l’encens pourrait être liée à des cancers et à des dermatites de contact. La fumée d’encens pourrait également libérer suffisamment de benzène pour mettre la santé en danger.

Une solution pour les amateurs de bougies parmi nous pourrait être de s’en tenir à des bougies en cire végétale entièrement naturelles. Selon les chercheurs, elles ne produisent pas de produits chimiques toxiques.

5 Jardins d’intérieur : Plus de malheur que de fleurs ?

En parlant de parfums, il n’y a sûrement rien de plus naturel que l’odeur des fleurs. Les plantes en pot et les fleurs coupées ornent de nombreuses tables, étagères et rebords de fenêtres. Bien que les fleurs et autres plantes d’intérieur soient une riche source de beauté, de parfums agréables et d’oxygène, certaines doivent être manipulées avec plus de précaution et positionnées de manière stratégique. Non pas parce qu’elles nécessitent plus ou moins de lumière solaire, mais parce qu’elles peuvent être dangereuses.

Souvent, ces plantes ne sont toxiques que lorsque des fleurs ou d’autres parties sont ingérées. Donc même si elles ne posent pas de problème pour l’adulte avisé, elles peuvent mettre en danger de jeunes enfants curieux, ou des amis félins et canins. Par exemple, le lis, qui attire l’attention et dégage un doux parfum, compte de nombreuses variétés toxiques, comme le lis calla, le lis de Pâques et le lis tigré. Ces trois variétés comme étant plus ou moins toxiques pour les chats, les chiens ou les deux.

Le laurier-rose est également très toxique. Aussi, si vous devez gérer des branches coupées, manipulez-les avec précaution, portez toujours des gants et assurez-vous de vous laver les mains après. Les boutures de lauriers-roses doivent également être placées hors de portée des enfants et des animaux domestiques.

Les plantes d’intérieur dont il faut se méfier

En ce qui concerne les plantes d’intérieur en pot, l’aloès est souvent la plante préférée de ceux d’entre nous qui ont un penchant pratique. Car il est réputé pour ses nombreux bienfaits sur la santé. Sa sève gélatineuse peut apaiser les brûlures et les éruptions cutanées, et possède des propriétés antibactériennes. Cependant, ce que beaucoup d’entre nous ignorent, c’est que certaines parties de la plante d’aloès, comme la « gaine » de latex dont le gel est pressé, sont en fait toxiques. De sorte que les extraits d’aloès à feuilles entières peuvent avoir des effets néfastes.

Enfin, si vous êtes un fan des fleurs coupées, il y a un autre ennemi caché dont vous devriez vous méfier. Des recherches ont montré que l’eau stagnante dans un vase de fleurs coupées abrite jusqu’à 41 espèces de bactéries différentes.

Parmi celles-ci, 12 espèces de bactéries Pseudomonas. Elles peuvent provoquer des infections difficiles à traiter et tenaces, en particulier chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Ainsi, la prochaine fois que quelqu’un vous apporte un grand bouquet qui dure des jours, voire des semaines, veillez à remplacer l’eau régulièrement, afin d’éviter non seulement les mauvaises odeurs, mais aussi les amas de bactéries indésirables.

6 Les animaux de compagnie : pas toujours le meilleur ami de l’homme

Ne tirez pas sur le messager, mais vos animaux de compagnie bien-aimés peuvent également être une source de maladie. Les amis des animaux peuvent nous offrir une affection désintéressée et sans limite, et peuvent nous aider à améliorer notre bien-être mental. Cependant, s’ils ne sont pas vaccinés et vermifugés à temps, ou si leur propreté n’est pas raisonnablement assurée, les animaux de compagnie peuvent être une source d’infection.

La litière pour chats: un problème de santé publique

Elle peut abriter un parasite appelé Toxoplasma gondii, qui peut entraîner une maladie appelée « toxoplasmose », caractérisée par des kystes qui peuvent persister dans le système aussi longtemps que l’hôte est vivant. En ce qui concerne les produits courants pour animaux de compagnie, les colliers antipuces sont souvent un choix de premier ordre pour les propriétaires dont les chats ou les chiens aiment profiter d’une aventure en plein air.

Toutefois, certains produits chimiques contenus dans les colliers antipuces sont dangereux pour les animaux de compagnie, ainsi que pour les humains. Les pesticides tels que le tétrachlorvinphos (TCVP) et le propoxur,, sont cancérigènes pour l’homme et doivent donc être évités.

Sources

https://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/acs.est.6b02023

https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa023175#t=article

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1398-9995.2005.00941.x

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1398-9995.1994.tb02092.x

https://academic.oup.com/humrep/article/22/3/688/2939139

https://nepis.epa.gov/Adobe/PDF/P1009BZL.pdf

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3089829/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1907439/