Cystite: 1,5 litre d’eau par jour diminue de moitié les cystites

Selon une étude franco-américaine, une consommation quotidienne d’1,5L d’eau diminue significativement la survenue de cystite, chez les femmes présentant des infections récurrentes du système urinaire.

Plus de la moitié des femmes en préménopause déclarent souffrir d’épisodes répétés de cystite. Et après la survenue d’une cystite, les récidives sont très fréquentes à un an: 44 à 77% des femmes seraient concernées.

Or, un simple geste s’avère salvateur: boire plus d’eau, de l’ordre de 1,5 litre en plus de la consommation habituelle, un changement loin d’être anodin.

Quels sont les symptômes de la cystite?

La cystite aiguë comprend généralement les symptômes suivants:

  • douleurs ou difficultés à uriner,
  • sensation de vessie pleine,
  • urgence ou fréquence de la miction,
  • sensibilité au bas de l’abdomen,
  • éventuellement du sang dans l’urine.

Parce que ces infections sont généralement traitées aux antibiotiques, l’augmentation de la consommation de boissons pourrait aider à réduire l’utilisation d’antibiotiques et ainsi à contrôler la résistance aux antibiotiques.

Moins de cystites, moins souvent

Cet essai randomisé était contrôlé contre placebo et réparti sur 12 mois. 140 femmes en bonne santé affectées par des épisodes récurrents de cystite et buvant moins de 1,5 l de liquide par jour  ont été assignées aléatoirement au:

  1. groupe Eau, qui devait majorer sa consommation habituelle d’1,5 l d’eau quotidiennement
  2. groupe Contrôle, qui conservait ses habitudes

Les résultats révèlent que 93% des femmes du groupe Eau ont eu seulement 2 épisodes de cystite ou moins, alors que 88% des femmes du groupe témoin en ont eu 3 ou plus. En moyenne, le nombre d’épisodes de cystite était d’environ la moitié dans le groupe Eau, par rapport au groupe contrôle.

Par ailleurs, le nombre annuel moyen de schémas thérapeutiques antimicrobiens utilisés pour traiter les épisodes de cystite était de 1,9 dans le groupe Eau, contre 3,6 dans le groupe témoin. Enfin, l’intervalle de temps moyen entre les événements était de 142,9 jours dans le groupe Eau, contre 85,2 jours dans le groupe témoin.

Pour les auteurs de l’étude, boire plus d’eau est donc non seulement un rituel accessible, mais aussi un moyen très efficace de réduire l’incidence de ces infections urinaires et le recours aux antibiotiques.

Source

Hooton T.M. et al., Effect of Increased Daily Water Intake in Premenopausal Women With Recurrent Urinary Tract Infections. JAMA Intern Med., 2018; 178(11): 1509-1515.