Cycles menstruels et cycles lunaires : il y a bien un lien mais pas celui que l’on croit

Pendant des siècles, les chercheurs et les écrivains ont spéculé sur la possibilité d’un lien entre les cycles lunaires et les menstruations. Et en 2021, il semble que la synchronicité potentielle entre les deux continue de fasciner.

Les menstruations sont un processus cyclique, tout comme les phases de la Lune. De la nouvelle lune au croissant décroissant. Il n’est donc pas étonnant que les poètes, les philosophes et les universitaires aient, au fil des siècles, établi des parallèles entre les deux, suggérant qu’ils pourraient être liés. La mystique de la Lune et celle des corps féminins, à une époque où la médecine n’en était qu’à ses débuts, a conduit le philosophe grec Aristote à affirmer, au 4ème siècle avant l’ère commune, que :

« Les menstruations ont tendance à se produire naturellement pendant la lune décroissante […]. Car cette période du mois est plus froide et plus humide à cause de la déperdition et de la disparition de la Lune ».

Les parallèles séculaires entre le cycle menstruel et les phases de la lune ont probablement conduit certaines femmes à appeler leurs règles « cycles lunaires » jusqu’à ce jour. Y a-t-il vraiment un lien entre les cycles lunaires et les cycles menstruels ? Nous nous penchons sur la question.

27 jours pour la Lune, 28 jours pour les femmes

La croyance populaire et de nombreuses œuvres littéraires suggèrent qu’il pourrait y avoir une certaine synchronisation entre les menstruations et les phases de la Lune. Cela pourrait être basé sur la similitude de durée entre les cycles menstruels et les cycles lunaires.

Une révolution complète de la Lune autour de la Terre prend 27 jours, 7 heures et 43 minutes. Un cycle de phases lunaires, au cours duquel la quantité de surface lunaire que nous pouvons voir de la Terre augmente et diminue, dure 29,5 jours. La durée des cycles menstruels peut être comprise entre 25 et 30 jours, la durée médiane d’un cycle menstruel étant de 28 jours.

Début de l’ovulation avec la nouvelle lune

Une étude réalisée en 1986 par Sung Ping Law, du département de gynécologie du Collège de médecine traditionnelle chinoise de Canton, à Guangzhou, semble avoir établi un lien entre les cycles menstruels et lunaires. Cette recherche, qui paraît dans la revue Acta Obstetricia et Gynecologica Scandinavica, a étudié les cycles de 826 participantes, âgées de 16 à 25 ans, sur « 4 mois lunaires en différentes saisons ». Le concept de l’étude, écrit l’auteur, « était basé sur le concept de la médecine traditionnelle chinoise selon lequel les rythmes physiologiques humains présentent une synergie avec d’autres rythmes naturels ».

Law a constaté que, dans la cohorte étudiée, « une grande partie » des menstruations se produisaient autour de la nouvelle lune. Cela a conduit le chercheur à déduire que les périodes d’ovulation avaient tendance à coïncider avec la pleine lune.

Les cycles qui se coordonnent: un mythe?

Cependant, des recherches plus récentes contredisent l’idée selon laquelle les cycles menstruels sont souvent synchronisés avec les phases de la lune.

Par exemple, une étude rétrospective d’une année à partir de 2013 (parue dans la revue Endocrine Regulations) n’a trouvé aucune « synchronisation des phases lunaires avec le cycle menstruel ». Cette étude a suivi 980 cycles menstruels chez 74 femmes en âge de procréer sur une année civile.

Une étude plus récente parue en 2016, conclut également que la synchronisation entre les cycles menstruels et lunaires est un « mythe ». Cette recherche, qui a analysé plus de 7,5 millions de cycles menstruels, suggère que les périodes ne sont probablement pas « synchronisées avec le cycle lunaire ».

Les chercheurs ont recueilli des données sur les schémas menstruels auprès de 1,5 million d’utilisatrices d’un application. Le Dr Marija Vlajic Wheeler, spécialiste des données sur les indices, les a analysées. « En examinant les données, nous avons constaté que les dates de début des périodes menstruelles tombent de manière aléatoire tout au long du mois, quelle que soit la phase lunaire », explique le Dr Wheeler.

Cycle lunaire- cycle menstruel: des synchronies intermittentes?

Une nouvelle étude publiée dans la revue Science Advances suggère toutefois que l’idée de synchronisation entre les phases lunaires et les cycles menstruels pourrait être plus poussée que ce que les recherches précédentes ont pu indiquer.

Cette étude à petite échelle a analysé les schémas menstruels de 22 participantes qui avaient suivi l’apparition de leurs règles pendant 32 ans.
« Ensemble, nous avons enregistré 15 femmes âgées de 35 ans et moins et 17 femmes de plus de 35 ans », écrivent les chercheurs.Leur étude a révélé que celles dont les cycles menstruels étaient supérieurs à 27 jours avaient une synchronisation intermittente avec deux des cycles de la Lune : le cycle de luminance et le cycle gravimétrique.

Les deux cycles de la Lune

Le cycle de luminance fait référence à l’intensité lumineuse différente de la Lune lorsque sa position par rapport au Soleil change et qu’elle passe par ses différentes « phases », de la nouvelle lune à la pleine lune. Le cycle gravimétrique fait référence à la différence cyclique de l' »attraction » de la Lune sur la Terre lorsqu’elle tourne autour de notre planète. Comme l’orbite de la Lune est elliptique, elle est parfois plus éloignée de la Terre, et parfois elle s’en rapproche.

Son cycle, du périgée (lorsqu’elle est la plus proche de la Terre) à l’apogée (lorsqu’elle est la plus éloignée de la Terre) dure 27,5 jours. Selon l’endroit où elle se trouve dans son orbite, la Lune exerce une attraction gravitationnelle différente sur les différentes parties de la Terre.

Un troisième cycle lunaire, le mois tropical, ou la durée moyenne de la révolution de la Lune depuis un point quelconque de son orbite jusqu’à ce même point, semble également être lié à l’apparition des périodes.

L’équipe note également que, si les cycles menstruels se synchronisent par intermittence avec les cycles lunaires, la probabilité d’une synchronisation s’amenuise au fur et à mesure que les participantes vieillissent. Dans l’ensemble, les chercheurs ont observé que le cycle d’intensité lumineuse de la Lune semblait être le cycle lunaire le plus influent en termes d’effet sur le début des menstruations.

« Nous émettons l’hypothèse que dans les temps anciens, le comportement reproductif humain était synchrone avec la Lune mais que notre mode de vie moderne, notamment notre exposition croissante à la lumière artificielle, a modifié cette relation », expliquent-ils.

Sources

The Regulation of Menstrual Cycle and its Relationship to the Moon

Cutler WB, Schleidt WM, Friedmann E, Preti G, Stine R. Lunar influences on the reproductive cycle in women. Human Biology. 1987 Dec 1:959-72.

Friedmann E. Menstrual and lunar cycles. American Journal of Obstetrics & Gynecology. 1981 Jun 1;140(3):350.

Women temporarily synchronize their menstrual cycles with the luminance and gravimetric cycles of the Moon