COVID-19: Bonne nouvelle : Les chiffres commencent à s’améliorer

La France a signalé, dimanche 5 Mars, 357 décès par coronavirus à l’hôpital en 24 heures, soit la plus faible augmentation quotidienne en une semaine, ce qui porte le bilan du pays à 8 078 morts en raison du COVID-19.

Ce chiffre inclut 5.889 patients décédés à l’hôpital et 2.189 personnes dans les maisons de retraite et autres établissements médicaux, selon un communiqué du gouvernement.

Le nombre de personnes atteintes de coronavirus hospitalisées en France s’élève désormais à 28 891, soit 748 de plus que la veille, dont 6 978 en soins intensifs, ce qui représente une augmentation de 140 par jour, soit le nombre le plus faible depuis plusieurs jours. Il y a eu 70 478 cas confirmés de coronavirus en France, mais ce n’est pas le total car le dépistage du virus n’est pas universel.

Quarante et un patients gravement malades ont été évacués dimanche des hôpitaux débordants d’Ile-de-France et amenés en Bretagne, dans le nord, dans deux trains à grande vitesse spécialement équipés. Au total, plus de 550 patients ont été évacués à ce jour de l’Ile-de-France et de l’Est de la France qui a été le premier point chaud de la pandémie.

Un relâchement des Français en matière de confinement

La France est en quarantaine depuis le 17 mars pour tenter de ralentir la propagation de l’épidémie, seuls les déplacements indispensables étant autorisés, et doivent être justifiés par un papier signé. Alors que le pays se chauffait sous un soleil radieux dimanche et que la période des vacances de Pâques commençait, les responsables ont exhorté la population à continuer à respecter les règles de confinement.

Les contrôles de police se sont poursuivis, car il a été observé que les Français se relâchaient en matière de confinement, notamment  pour ce qui est  du jogging en groupe, du rassemblement dans les espaces verts, alors que les zones rurales recevaient des vacanciers en violation des consignes de confinement du gouvernement.

« La fin de l’enfermement n’est pas encore prévue, une date limite n’a pas été fixée », a souligné le numéro deux du ministère de l’Intérieur, Laurent Nunez. « C’est les vacances, il fait beau, ne cédez pas à la tentation », a insisté Valérie Pecresse, présidente de la grande région Ile-de-France, la plus touchée par la pandémie.