Course : le moyen le plus simple de chasser le stress et de protéger sa mémoire

La plupart des gens reconnaissent que la pratique d’un peu d’exercice aide à gérer le stress. Une étude menée par la  Brigham Young University (BYU) en Utah réalisée sur des souris a découvert que l’exercice, en particulier la course, permettait de réduire le stress tout en contribuant à protéger la mémoire.

Zone du cerveau

Selon les chercheurs américains la course, running en anglais, atténue les impacts négatifs du stress chronique sur l’hippocampe, la zone du cerveau responsable de l’apprentissage et de la mémoire. L’exercice est un moyen simple et bon marché d’éliminer les effets négatifs du stress chronique sur la mémoire.

Potentialisation à long terme

À l’intérieur de l’hippocampe, la formation de la mémoire se produit de façon optimale lorsque les synapses ou les connexions entre les neurones sont renforcées au fil du temps. Ce processus de renforcement synaptique est appelé potentialisation à long terme (LTP). Le stress chronique ou prolongé affaiblit les synapses, ce qui diminue la LTP et, finalement, affecte la mémoire. L’étude du Prof. Edwards a révélé que lorsque l’exercice est pratiqué pendant le stress, les taux de LTP ne diminuent pas, mais reste normale.

De l’exercice et du stress

Pour arriver à ces conclusions, le Prof. Edwards a réalisé des expériences avec des souris. Un groupe de souris a utilisé des roues pendant une période de 4 semaines (en effectuant en moyenne 5 km par jour) tandis qu’un autre groupe de souris est restée sédentaire. La moitié de chaque groupe a ensuite été exposée à des situations induisant le stress, comme marcher sur une plate-forme surélevée ou nager dans de l’eau froide. Une heure après l’induction du stress, les chercheurs ont réalisé des expériences d’électrophysiologie sur le cerveau des animaux pour mesurer la LTP.

Exercice physique : moins de stress et plus de mémoire

Les souris stressées qui ont fait des exercices affichaient une LTP significativement plus élevée que les souris stressées qui ne couraient pas. Edwards et ses collègues ont également constaté que les souris stressées qui faisaient des exercices avaient une performance aussi bonne que les souris non stressées qui s’exerçaient dans une expérience de labyrinthe testant leur mémoire. De plus, Edwards a constaté que les souris qui faisaient de l’exercice faisaient beaucoup moins d’erreurs de mémoire dans le labyrinthe que les souris sédentaires.

Les résultats révèlent que l’exercice est une méthode viable pour protéger les mécanismes d’apprentissage et de mémoire des impacts cognitifs négatifs du stress chronique sur le cerveau.

La situation idéale pour améliorer l’apprentissage et la mémoire serait de ne ressentir aucun stress et de faire de l’exercice. Bien sûr, nous ne pouvons pas toujours contrôler le stress dans notre vie, mais nous pouvons contrôler le temps passé pour faire de l’exercice. Nous savons que nous pouvons lutter contre les effets négatifs du stress sur notre cerveau, simplement en pratiquant de la course à pied.

Source

Miller RM : Running exercise mitigates the negative consequences of chronic stress on dorsal hippocampal long-term potentiation in male mice. Neurobiol Learn Mem.  doi: 10.1016/j.nlm.2018.01.008.