Coronavirus: un danger de contamination accru en faisant son jogging

Publicité

D’un pays à l’autre les recommandations de bonne distance à respecter varient. Bien qu’il y ait une incertitude quant à la meilleure distance, ces directives sont basées sur la distance que les gouttelettes ont tendance à parcourir à partir de notre bouche avant de se déposer sur le sol.

Mais que se passe-t-il si le cracheur de gouttelettes est en mouvement, comme un joggeur qui court ?

En effet, les joggeurs et les cyclistes laissent un « sillage » de particules derrière eux d’autant plus important qu’ils exhalent fortement en raison de leur activité physique. Il est donc logique de s’en éloigner encore plus ou de se déplacer sur le côté, selon une nouvelle simulation réalisée par des ingénieurs en Belgique et aux Pays-Bas. L’analyse s’est appuyée sur un modèle informatique de gouttelettes expirées, et non sur une expérience en direct avec des virus. Mais plusieurs experts confirment que les résultats sont plausibles.

Quelle distance de sécurité entre deux joggeurs?

Les virus peuvent s’attarder dans l’air comme la fumée d’une cigarette. Il est tout à fait logique que si vous suivez quelqu’un qui exhale le virus, vous avez plus de chances de l’inhaler. Si quelqu’un expire, tousse ou éternue en marchant, en courant ou en faisant du vélo, la plupart des microgouttelettes sont entraînées dans le sillage ou le couloir de glissement de l’air laissé par le joggeur ou le cycliste derrière lui. L’autre personne qui court ou fait du vélo juste derrière cette personne de tête dans le sillage se déplace alors à travers ce nuage de gouttelettes.

Le degré de séparation recommandé dépend de la vitesse à laquelle l’exhalateur et l’inhalateur se déplacent. Un coureur devrait viser à rester à 10 mètres derrière quelqu’un qui va dans la même direction, tandis qu’un cycliste devrait viser jusqu’à 20 mètres s’il se déplace rapidement. Si cela n’est pas possible, il faut changer de voie.

Continuer pourtant à faire votre activité physique quotidienne, loin les uns des autres

Les résultats ne devraient pas décourager les gens de faire de l’exercice. L’exercice physique est crucial pour le maintien de la santé physique et mentale au cours d’une pandémie, comme à tout autre moment. Mais il est logique de se tenir encore plus à l’écart des autres personnes qui font de l’exercice, car les gens propagent le virus lorsqu’ils font du jogging ensemble ou non loin les uns des autres.

Donc pour ceux qui font leur jogging matinal ou le soir : restez dans votre propre voie, ne suivez personnes et ne croisez pas le chemin d’un autre coureur.