Coronavirus: les fumeurs seraient-ils protégés du virus grâce à la nicotine?

Publicité

La nicotine pourrait protéger la population contre le coronavirus. Des recherches menées en France, laissent penser que la nicotine pourrait être utilisée pour prévenir ou traiter cette maladie mortelle.

Les résultats d’une première étude sont le fruit de l’examen, dans un grand hôpital parisien, de 343 patients atteints de coronavirus ainsi que de 139 personnes infectées par la maladie et présentant des symptômes peu graves. Les chercheurs ont constaté qu’un faible nombre d’entre eux fumaient. Alors que le taux de tabagisme est d’environ 35 % dans la population générale française. Parmi ces patients, seuls cinq pour cent étaient fumeurs. La recherche fait écho à des conclusions similaires publiées dans le New England Journal of Medicine le mois dernier. Un premier travail montrait que 12,6 % des 1 000 personnes infectées en Chine étaient des fumeurs. Ce chiffre est bien inférieur au nombre de fumeurs réguliers dans la population chinoise, estimé à environ 26 %, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La nicotine se fixe sur les mêmes récepteurs que ceux où se fixe le virus

La théorie est que la nicotine pourrait adhérer aux récepteurs cellulaires, bloquant ainsi l’entrée du virus dans les cellules, selon le neurobiologiste renommé Jean-Pierre Changeux de l’Institut Pasteur français, co-auteur de l’étude. Les chercheurs attendent l’approbation des autorités sanitaires françaises pour effectuer d’autres essais cliniques.

Les médecins chercheurs prévoient d’utiliser des patchs à la nicotine sur les agents de santé de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Cela permettait de vérifier si cela les protège contre la contagion du virus. Ils ont également demandé à utiliser les patchs à la nicotine sur des patients hospitalisés pour voir si cela permet de réduire les symptômes, même les plus graves. Les chercheurs tentent également de savoir si la nicotine pourrait aider à prévenir les « tempêtes de cytokines », une réaction rapide et excessive du système immunitaire qui joue un rôle clé dans les cas mortels de COVID-19.

Ne pas mettre de patchs à la nicotine ni surtout.. commencer à fumer!

Les experts n’encouragent pas les gens à commencer à fumer, ni à utiliser des patchs à la nicotine comme mesure de protection contre le virus.
« Nous ne devons pas oublier les effets nocifs de la nicotine », a déclaré Jérôme Salomon, le plus haut responsable français de la santé. « Ceux qui ne fument pas ne doivent absolument pas utiliser de substituts de la nicotine », qui provoquent des effets secondaires et une dépendance, a-t-il averti.

Le tabac est la première cause de mortalité en France, avec environ 75 000 décès par an liés au tabagisme. La France est l’un des pays les plus touchés par le coronavirus en Europe, avec plus de 21 000 décès et plus de 155 000 infections signalées.

Source: New England Journal of Medicine