Coronavirus: Comment le virus infecte, rend malade et pourquoi il tue

La maladie COVID-19 est causée par un coronavirus appelé SRAS-CoV-2. Les coronavirus appartiennent à un groupe de virus qui infectent les animaux, des paons aux baleines. Ils sont nommés d’après les pointes en forme de bulbe qui dépassent de la surface du virus et donnent l’apparence d’une couronne qui l’entoure.

Recevez gratuitement chaque jour et en avant première notre actualité santé 

Adresse e-mail non valide

Une infection à coronavirus se manifeste généralement de deux façons : soit par une infection des poumons, qui comprend certains cas de ce que l’on appelle le rhume, soit par une infection de l’intestin qui provoque la diarrhée. Le COVID-19 commence dans les poumons comme les coronavirus du rhume, mais il cause ensuite des ravages dans le système immunitaire qui peuvent entraîner des lésions pulmonaires à long terme, voire la mort.

Le SRAS-CoV-2 est génétiquement très similaire aux autres coronavirus respiratoires humains, y compris le SRAS-CoV et le MERS-CoV. Cependant, les différences génétiques subtiles se traduisent par des différences significatives dans la facilité avec laquelle un coronavirus infecte les gens et dans la façon dont il les rend malades. Le SRAS-CoV-2 possède le même matériel génétique que le SRAS-CoV original, qui a provoqué une épidémie mondiale en 2003.

Une fois que le virus est entré dans la cellule, il la fait travailler pour lui

Une infection par coronavirus commence par une particule virale, une enveloppe sphérique qui protège une seule longue chaîne de matériel génétique et l’insère dans une cellule humaine. Le matériel génétique ordonne à la cellule de fabriquer environ 30 parties différentes du virus, ce qui permet au virus de se reproduire. Les cellules que le SRAS-CoV-2 préfère infecter ont à l’extérieur une protéine appelée ACE2 qui est importante pour la régulation de la pression sanguine.

Comment le virus rend les gens malades

Le SRAS-CoV-2 se développe dans les cellules pulmonaires de type II, qui sécrètent une substance semblable au savon qui aide l’air à se glisser profondément dans les poumons, et dans les cellules qui tapissent la gorge. Comme pour le SRAS, la plupart des dommages causés par le COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, sont dus au fait que le système immunitaire adopte une défense de terre brûlée pour arrêter la propagation du virus. Des millions de cellules du système immunitaire envahissent le tissu pulmonaire infecté et causent des dommages massifs dans le processus de nettoyage du virus et de toute cellule infectée.

Coronavirus: des lésions qui varient de taille selon les cas

Chaque lésion COVID-19 varie de la taille d’un raisin à celle d’un pamplemousse. Le défi pour les médecins qui traitent les patients est de soutenir le corps et de maintenir l’oxygénation du sang pendant que le poumon se répare.

Le SRAS-CoV-2 a une échelle de gravité variable. Les patients de moins de 10 ans semblent éliminer facilement le virus, la plupart des personnes de moins de 40 ans semblent rebondir rapidement, mais les personnes plus âgées souffrent d’une COVID-19 de plus en plus grave. La protéine ACE2 que le SRAS-CoV-2 utilise comme porte d’entrée dans les cellules est également importante pour réguler la pression sanguine, et elle ne fait pas son travail lorsque le virus arrive en premier. C’est l’une des raisons pour lesquelles la COVID-19 est plus grave chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle.

Pourquoi le nouveau coronavirus est plus dangereux que la grippe saisonnière

Le SRAS-CoV-2 est plus grave que la grippe saisonnière en partie parce qu’il dispose de beaucoup plus de moyens pour empêcher les cellules d’appeler le système immunitaire à l’aide. Par exemple, les cellules tentent de répondre à l’infection en fabriquant de l’interféron, la protéine de signalisation d’alarme. Le SRAS-CoV-2 bloque ce processus par une combinaison de camouflage, en coupant les marqueurs protéiques de la cellule qui servent de balises de détresse et en déchiquetant finalement toutes les instructions antivirales que la cellule produit avant qu’elles puissent être utilisées. En conséquence, COVID-19 peut s’envenimer pendant un mois, causant un peu de dégâts chaque jour, alors que la plupart des gens se remettent d’un cas de grippe en moins d’une semaine.

Actuellement, le taux de transmission du COV-2 est un peu plus élevé que celui du virus de la grippe pandémique H1N1 2009, mais le COV-2 est au moins dix fois plus mortel. D’après les données actuellement disponibles, le COVID-19 ressemble beaucoup au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), bien qu’il soit moins susceptible d’être grave que le SRAS.

Recevez gratuitement chaque jour et en avant première notre actualité santé 

Adresse e-mail non valide

Recevez gratuitement chaque jour et en avant première notre actualité santé 

Adresse e-mail non valide